cinephiledoc

Blog pour cinéphiles et profs docs

Catégorie : Bouquins bouquins (Page 1 sur 5)

Bullet journal : an trois

Je vous souhaite à toutes et tous une excellente année 2022.

Pour la troisième année consécutive, j’ai décidé de consacrer ce premier article de janvier à un sujet pas vraiment cinéphile et pas tout à fait profdoc (quoique).

À nouveau, comme l’an dernier, je précise qu’il s’agit ici d’un simple compte-rendu d’expérience, sur des méthodes de travail et d’organisation que j’ai adoptées, et que ce compte-rendu n’est absolument pas injonctif.

Je ne reviendrai pas ici sur les raisons qui m’ont fait adopter le bullet journal, je les développe suffisamment dans l’article de janvier 2020.

Je ne vais pas non plus revenir sur mes sources d’inspiration, que j’ai pu évoquer dans le même article.

L’an dernier, j’avais pu me rendre compte à quel point le bullet journal s’était révélé un allié précieux du confinement et du télétravail.

Cette année, ce sont encore d’autres aspects et d’autres trouvailles, tant sur le plan personnel que professionnel, qui me persuadent de consacrer généralement un jour entier au mois de décembre à préparer le carnet de l’année suivante.

Encore une fois, cet article sera très illustré et il sera organisé, comme l’an dernier, en quatre parties :

  • la forme
  • le fond
  • allié du quotidien et nouvelles rubriques
  • un petit bilan annuel

La forme

  • Le carnet

En 2019, j’avais utilisé la référence suggérée par Solange te parle (voir article de janvier 2020) : un Leuchtturm 1917 à couverture verte avec index, pagination et une rubrique « Future log », la seule rubrique imposée de tout le carnet.

En 2020, j’ai utilisé un carnet Quo Vadis à couverture rouge, mais avec exactement les mêmes caractéristiques que le précédent, si ce n’est que j’ai fait le « Future log » moi-même, que j’ai indiqué les rubriques qui m’avaient été utiles dans le carnet de 2019, et que le Quo Vadis, au lieu des 240 pages du Leuchtturm, n’en proposait que 215, ce qui m’avait fait me sentir un peu à l’étroit…

En 2021, j’ai donc repris la référence initiale, un Leuchtturm 1917 cette fois à couverture violette, format A5 avec pointillés, de 250 pages, qui n’était pas estampillé « bullet journal » mais en offrait toutes les caractéristiques.

Au terme de ces trois années, je commence à avoir mes petites habitudes et je m’y tiens : j’ai commandé début décembre 2021 le prochain carnet, à couverture jaune foncé.

  • L’écriture

Concernant l’écriture, j’avais acheté en 2019 des feutres Faber-Castell noirs tailles S, F et B. Globalement les B servent pour écrire les titres, les F pour tracer des lignes, et les S pour écrire au quotidien.

J’écris quasiment tout en noir et j’ai conservé cette habitude. Malgré une petite touche de couleur en 2020 pour distinguer lycée et télétravail, j’ai beaucoup moins utilisé les surligneurs en 2021.

Je glisse à chaque déplacement dans mon sac une petite trousse toute fine dans laquelle on retrouve généralement deux S, deux F, deux B, un crayon à papier, une gomme et un correcteur. Sur mon bureau une règle complète généralement cet équipement.

Le fond

Gestion du temps

Pour la gestion du temps et l’organisation, j’ai conservé de l’année passée une rubrique « future log » sur laquelle j’ai mon calendrier annuel, et j’utilise toujours une double page par mois. Dès que j’arrive à la fin du mois en cours, je prépare le mois suivant.

Sur cette double-page consacrée aux mois, j’ai pris l’habitude cette année de distinguer un peu mieux le professionnel du personnel, aussi bien en ce qui concerne l’aspect « agenda », que l’aspect « to-do-list ».

Pour les semaines j’ai maintenu le même mode de fonctionnement que les années passées : une double page par semaine pendant les périodes travaillées, une double page par quinzaine pendant les vacances.

Dès que j’arrive à la fin de la double page en cours, même chose, je prépare la double page suivante (j’aime bien anticiper, donc généralement les tableaux à gauche et à droite de la double page sont prêts le vendredi de la semaine d’avant, et j’ajoute simplement après jour par jour les choses à faire au fur à mesure).

Organisation

Le recul cette fois de deux ans m’a permis de voir de quelles rubriques j’avais le plus besoin, celles que je pouvais regrouper, et celles dont je pouvais me passer.

Contrairement aux années passées où je reportais systématiquement dans l’index chaque double-page, j’ai choisi de ne plus y noter les semaines, ce qui était loin d’être parlant.

Concrètement, lorsque je crée une double-page deux hypothèses s’offrent à moi :

  • soit c’est une rubrique de routine (semaine, quinzaine) et une fois qu’elle est passée, je n’ai pas forcément besoin d’y revenir (sauf éventuellement pour mon article profdoc où j’essaye de faire le recensement de toutes mes activités professionnelles du mois en cours)
  • soit c’est une rubrique exceptionnelle (lectures, liste, boite à idées, séances élèves) que j’ai besoin de retrouver rapidement : je l’ajoute donc au sommaire.

Je n’ai donc plus besoin, comme l’an dernier, de surligner les pages les plus souvent consultées.

Sur le mois je fais un suivi de ce que j’ai fait en terme de tâches ménagères, d’occupations, et, avec le suivi de ma consommation d’essence, un simulacre de budget. Je note aussi mon temps de sport quotidien sur cette page.

Par semaine, j’ai aussi quelques tâches que je note dans une rubrique « À faire » : passer à la poste, retirer des réservations à la médiathèque, appeler telle ou telle personne, réserver des transports, prendre des rendez-vous…

Organisation du travail

Pour cette année, j’ai donc repris et rassemblé les rubriques suivantes :

  • une boîte à idées qui rassemble des idées d’actions au CDI, des idées d’ouvrages à commander, quelques points de réunions, d’autres pistes d’articles et de réflexions, mais sur lequel on peut aussi retrouver des titres d’ouvrages de cinéma (comme quoi cette rubrique n’est pas très bien rangée…)
  • le suivi des séances avec les élèves (même s’il m’arrive de le négliger, au profit de l’agenda partagé du CDI sur l’ENT) et la prise en notes de quelques exposés d’élèves
  • les choses à ne pas oublier pour le ministère (avec quelques réunions prises en notes et le calendrier de programmation des tweets @eduscol_DOC), des rubriques TraAM et séminaire des IAN
  • les articles à publier sur LudoDOC et les parcours de profs docs
  • le déroulé de mes stages et le calendrier prévisionnel de mes formations et des autres activités à l’extérieur
  • le suivi de mes cours pour le master 2 de Montpellier
Loisirs, culture et sport

Pour le sport, les loisirs et la culture, j’ai également repris un certain nombre de rubriques et j’en ai réorganisé d’autres

  • Culture 2021 avec les films, séries télévisées, expositions et musées, concerts 

J’ai associé à cette rubrique une rubrique « (Re)vu, lu, écouté », ce qui me permet de distinguer ce que je découvre complètement, et ce vers quoi je vais retourner. J’ai rassemblé les anciennes rubriques « J’ai appris » et « Vécu » pour économiser de la place.

J’opte l’an prochain pour une nouvelle organisation : je vais fondre quasiment toutes ces double-pages en une seule : CULTURE, avec à gauche les nouveautés et événements / à droite les relectures et revisionnages… en espérant qu’elle me satisfasse.

J’ai gardé deux rubriques déjà existantes : « À voir / à écouter » et « En ligne (anciennement) Sur YouTube », même si j’ai tendance à ne pas être très assidue pour les remplir… Je vais certainement fondre cette rubrique « en ligne » dans une rubrique de veille.

  • Blog 2021 avec les articles à publier sur Cinéphiledoc

J’ai gardé pour ce domaine une rubrique « Veille blog » pour faire un suivi des ouvrages sur le cinéma qui peuvent m’intéresser pour le blog, même si, comme je l’ai dit plus haut, j’ai tendance à noter ce genre de choses un peu n’importe où, dans les boites à idées ou dans les listes « à lire »…

  • Autres listes

J’ai gardé deux rubriques à l’identique : une rubrique plus superficielle « Liste d’envies », qui canalise mon shopping, et deux rubriques « Prêts » et « Emprunts ». J’ai également une double-page, pas très fournie, de recettes de cuisine.

  • Lectures

Enfin, j’ai conservé mes deux rubriques dédiées à la lecture :

  1. « À lire », que je coche au fur à mesure (et qui m’empêche de craquer sur tout et n’importe quoi en librairie)
  2. Et une rubrique « Lectures » où je reporte de la première rubrique ce que j’ai lu, où j’indique ce qui me sert pour le blog et ce que j’ai aimé.

Le bullet journal comme allié du quotidien

Cette année j’ai été confrontée à des situations – aussi bien sur le plan personnel que professionnel – qui exigeaient beaucoup en terme d’organisation, et à nouveau, j’ai pu constater à quel point ce fichu petit carnet s’avérait un allié efficace !

Que vous ayez des démarches administratives à gérer, des piles de papier à renvoyer sous enveloppe, un emménagement à effectuer, ou simplement un escape game à réaliser, avec ce petit carnet et ses pointillés vous avez simplement l’impression que tout devient plus facile !

Sans compter la joie que procure à chaque fois le fait de cocher une nouvelle tâche effectuée, et le rocher de Sisyphe semble (même un bref instant) un peu plus léger à pousser…

Je vous propose ci-dessous deux exemples, l’un personnel :

  • un aménagement avec des plans

Pour moi qui suis nulle en dessin, j’étais très fière de mes petits gribouillages avec tel et tel meuble qui va à tel et tel endroits…

j’ai d’ailleurs réutilisé le procédé pour demander à un ami qui a pour habitude de travailler le bois de me fabriquer un meuble sur mesure :

l’autre professionnel :

  • le déroulé de l’escape game Olympe de Gouges, que je vous avais présenté en novembre dans l’article profdoc

C’est cette petite liste qui me permettait de voir globalement la construction de mon scénario et les énigmes que je voulais faire résoudre aux élèves.

Petit bilan annuel

Voilà donc de nouveaux arguments, en faveur de ce mode de fonctionnement, et que j’ajoute au bilan de cette année.

Je ne peux que recommander le bullet journal à tout ceux qui chercheraient un nouvel outil pour différentes raisons (organisation, aide-mémoire, gestion du temps, détox numérique).

J’ai inauguré à la mi décembre mon nouveau Bullet Journal pour l’année 2022. Je l’ai préparé pour ce début janvier, en y inscrivant les rubriques qui me sont devenues indispensables, en reportant les lectures 2021 que je n’ai pas faites, et en préparant la rentrée.

J’ai réorganisé, comme indiqué plus haut, certaines rubriques, et je verrai si ces petits aménagements me conviennent mieux que les précédents…

Voilà pour mes petits secrets de méthode de travail, qui je l’espère vous seront utiles.

Encore une belle année à tous et à très bientôt sur Cinéphiledoc !

Hors-série 2 : conseils de lecture estivaux

Pour ce deuxième hors-série de l’été, je poursuis mes conseils de lecture avec une petite sélection des livres que j’ai lus durant l’année scolaire 2020-2021 et qui m’ont particulièrement marquée.

Cet article est un peu à la manière de la présentation que je propose à mes collègues, mes « Conseils de lectures de la #profdoc », mais je donnerai ici à ces conseils un tour un peu plus personnel et plus sélectif.

Le mois dernier, j’avais abordé des lectures suggérées par Bénédicte, comparse de #LudoDOC, trois ouvrages plutôt facétieux avec des univers d’auteurs bien particuliers (Jean-Paul Didierlaurent, Benoit Philippon et Romain Puértolas) et deux ouvrages prêtés par des copains copines du lycée.

Pour cet article, je vais à nouveau aborder les choses en trois parties : d’autres suggestions de lecture par les copains copines du lycée, trois ouvrages qui m’ont été conseillés par la même personne qui est depuis longtemps ma principale source en matière de lecture, et mon univers d’auteur / auteur coup de coeur de l’année.

Les conseils de lectures des paddocks du lycée (2)

Cette année, j’ai eu le bonheur de voir qu’un petit réseau de profs lecteurs s’organisait au lycée et commençait à s’échanger quelques ouvrages… nous avions d’ailleurs évoqué l’idée d’organiser des cafés littéraires, qui se sont déroulés deux fois à distance.

C’était aussi la première année qu’en plus d’emprunter régulièrement des livres au CDI, certains (ou pour être plus exactes certaines) m’en ramenaient pour me les prêter : j’ai donc pu découvrir quelques pépites, que vous avez pu découvrir en partie dans mon premier hors-série, et dont voici la suite !

  • Sophie : ça passe ou ça casse

Sophie est une collègue d’espagnol, lectrice assidue. Elle aime principalement les polars mais elle n’est pas hostile à l’idée de découvrir d’autres pistes de lectures. Régulièrement, elle vient au CDI « Alors, t’as quoi de neuf ? ».

Parfois, je me dis « Ça, je suis sûre que ça va lui plaire ». Pendant trois ans, je me suis magnifiquement gourée. Immanquablement, Sophie rapportait les livres « j’ai pas réussi, je ne suis pas rentrée dedans, ça m’a pas parlé, ça m’est tombé des mains… » mais je ne me décourageais pas.

Un jour, je lui ai suggéré d’emprunter Tous les hommes n’habitent pas le monde de la même façon de Jean-Paul Dubois. Le déclic. Puis, il y a eu La Police des fleurs, des arbres et des forêts, de Romain Puértolas, qu’elle a triomphalement ramené en salle des profs en le conseillant à tout le monde. Mission accomplie !

Quelques semaines plus tard, Sophie est venue au CDI pour me prêter Par un matin d’automne de Robert Goddard, une quête familiale à l’anglaise que je n’ai pas pu lâcher !

Fin des années 1990. Leonora Galloway entreprend un voyage en France avec sa fille Penelope. Toutes deux ont décidé de se rendre à Thiepval, près d’Amiens, au mémorial franco-britannique des soldats décédés durant la bataille de la Somme. Le père de Leonora est tombé au combat durant la Première Guerre mondiale, mais la date de sa mort gravée sur les murs du mémorial, le 30 avril 1916, pose problème. Leonora est en effet née près d’un an plus tard.

  • L’idée fixe de Sandrine : tu as lu des Tracy Chevalier ?

Depuis que je suis au lycée, je discute pas mal lectures, films et séries télévisées avec Sandrine, professeure d’anglais. Fan comme moi de Downton Abbey (ça rapproche) et d’ambiances à l’anglaise, elle revenait assez régulièrement à la même question : « Tracy Chevalier, tu connais ? »

Non, je ne connaissais pas. Et j’avoue que j’avais un petit a priori négatif bien ridicule envers une romancière qui s’appelait Tracy. Je m’imaginais très bêtement des romans sentimentaux, ou ce que ma copine Catherine appelle affectueusement des « cucuteries » (et autant j’adore regarder des cucuteries, autant j’ai plus de mal à les lire… comme le Victoria de Daisy Goodwyn, qui ne m’avait pas du tout emballé).

Bref, à un moment Sandrine est parvenue à ses fins : j’ai cédé. Je ne sais plus pourquoi, j’ai commencé par Prodigieuses créatures, et ça a été une révélation !

Dans les années 1810, à Lyme Regis, sur la côte du Dorset battue par les vents, Mary Anning découvre ses premiers fossiles et se passionne pour ces « prodigieuses créatures » dont l’existence remet en question toutes les théories sur la création du monde. Très vite, la jeune fille issue d’un milieu modeste se heurte aux préjugés de la communauté scientifique, exclusivement composée d’hommes, qui la cantonne dans un rôle de figuration.
Mary Anning trouve heureusement en Elizabeth Philpot une alliée inattendue. Cette vieille fille intelligente et acerbe, fascinée par les fossiles, l’accompagne dans ses explorations. Si leur amitié se double peu à peu d’une rivalité, elle reste, face à l’hostilité générale, leur meilleure arme.

Depuis, j’ai lu La Jeune fille à la perle, La Vierge en bleu et La Dame à la licorne, mais pour l’instant, Prodigieuses créatures reste mon préféré.

Il me reste quelques conseils de lecture de copains du lycée qui sont encore sur ma pile à lire :

  • Christophe m’a conseillé Zéro de Denis Guedj il y a quelques temps
  • Carla nous a parlé avec enthousiasme de Confiteor, de Raume Cabré en salle des profs pendant l’année
  • et Sandrine, après Tracy Chevalier, m’a recommandé La Cuisinière, de Mary Beth Keane

Où je cherche un titre qui fasse proverbe

Indépendamment de tous les conseils que je glane ici et ailleurs, des copains copines profs docs ou paddocks, sur Twitter ou en salle des profs, mais aussi – mon petit rituel irrégulier auquel je reviens de temps à autre – les recommandations d’Olivia de Lamberterie pour Télématin – ma source principale de lecture reste ma marraine, Mimi.

Je crois avoir déjà parlé de Mimi sur ce blog, déjà pour des conseils de lecture, et je suis convaincue qu’un proverbe adéquat pourrait s’appliquer à ses conseils, du type « Si c’est un conseil Mimi, tu le lis »… c’est ce que j’ai trouvé de mieux pour l’instant.

Je ne dis pas qu’à chaque lecture je tombe sur des révélations exceptionnelles (cela n’arrive que les 3/4 du temps), mais généralement ce sont de belles expériences, et des choses que je n’aurais pas forcément lues de manière spontanée. Voici donc trois conseils Mimi.

  • La Saga des Cazalet, tome 1 : Étés anglais. Un pur bonheur pour la fan d’Angleterre que je suis, et je me suis retenue de dévorer toute la saga d’une traite, justement pour en garder un peu sous le coude !

Juillet 1937. À Home Place, au cœur du Sussex, jardiniers, femmes de chambre et cuisinière sont sur le pont. La Duche orchestre le ballet des domestiques avant l’arrivée de ses trois fils, Hugh, Edward et Rupert Cazalet, en chemin depuis Londres avec épouses, enfants et gouvernantes. Où dormira Clary, adolescente mal dans sa peau en plein conflit avec sa belle-mère ? Quelle robe portera Villy, ancienne ballerine désormais mère au foyer ? Polly, terrorisée à l’idée qu’une guerre éclate, s’entendra-t-elle avec sa cousine Louise qui rêve de devenir actrice ? Rachel, la seule fille de la Duche, trouvera-t-elle un moment pour ouvrir la précieuse lettre de son amie Sid ?

  • Debout payé, de Gauz : une claque magistrale ! Une écriture fabuleuse et une histoire vers laquelle, je dois le dire, je ne serais pas allée spontanément…

Debout-payé est le roman d’Ossiri, étudiant ivoirien devenu vigile après avoir atterri sans papiers à Paris en 1990. C’est un chant en l’honneur d’une famille, d’une mère et de la communauté africaine avec ses travers, ses souffrances et ses différences. C’est l’histoire politique d’un immigré et de son regard sur notre pays, à travers l’évolution du métier de vigile, de la Françafrique jusqu’à l’après 11-Septembre. C’est enfin le recueil des choses vues et entendues par l’auteur lorsqu’il travaillait au Camaïeu de Bastille et au Sephora des Champs-Élysées.

  • Tu seras un homme mon fils, de Pierre Assouline : un texte bouleversant qui évoque aussi l’écriture, et comme j’aime beaucoup les mises en abîme, forcément je n’ai pu qu’y être sensible !

À la veille de la Première Guerre mondiale, Louis Lambert, jeune professeur de Lettres dans un lycée parisien, rencontre par hasard dans le sud de la France son auteur favori : Rudyard Kipling, le romancier adulé du Livre de la Jungle. Kipling est alors le plus célèbre écrivain de l’empire britannique, prix Nobel de littérature, mais surtout l’auteur du fameux poème « If… », que les Français connaîtront bientôt sous le titre « Tu seras un homme, mon fils ». Louis Lambert, qui rêve depuis des années d’en donner lui-même la traduction idéale, tente d’obtenir l’autorisation de l’auteur qu’il admire. Une amitié inattendue va naître entre les deux hommes, vite assombrie par la disparition de John, le fils de Kipling, qui meurt au combat dans les tranchées.

Coup de cœur pour un auteur

Chaque année j’ai l’impression de découvrir un auteur dont je vais retenir le nom pour qu’il puisse m’accompagner pendant un certain temps, je le retrouverai à intervalles réguliers, surtout si une fois passé le premier ouvrage que j’aurai lu de lui je ne suis pas déçue par le deuxième…

Le signe décisif de cette découverte, c’est que soit après avoir emprunté les ouvrages, soit après les avoir lus sur liseuse, je décide quand même de les acheter pour les ajouter à ma bibliothèque.

L’an dernier, j’avais découvert comme ça la Trilogie de Wielstadt de Pierre Pevel, qui m’a donné envie d’explorer toutes les autres œuvres de cet auteur.

Cette année, c’est à nouveau à Mimi que je dois ma révélation, avec Deux hommes de bien d’Arturo Pérez Reverte, un bijou d’écriture et d’érudition, un roman total !

Coup de théâtre dans le Madrid de la fin du XVIIIe : l’Académie royale vote l’acquisition de l’Encyclopédie, malgré la censure. Immédiatement, la bibliothèque don Hermogenes Molina et l’Amiral don Pedro Zarate sont dépêchés à Paris pour y dénicher les précieux volumes. Mais ils ignorent qu’un espion est à leurs trousses, prêt à tout pour faire échouer leur mission…

L’auteur a transformé l’essai pour moi avec la découverte du Capitaine Alatriste. C’est décidé, il continuera à m’accompagner !

J’espère que ces conseils de lecture vous auront plu, je vous souhaite une belle fin d’été, et je vous dis à très bientôt sur Cinéphiledoc !

Hors-série 1 : conseils de lecture estivaux

Pour cet été, je vous propose sur Cinephiledoc deux hors-série en écho avec les articles qui seront proposés sur LudoDOC : en effet, nous avons décidé, avec mes comparses Béatrice, Bénédicte, Fabienne et Sophie, de publier sur LudoDOC nos projets de lectures de cet été (nos PAL).

Vous retrouverez donc ici les ouvrages que je compte lire durant l’été. Sur Cinephiledoc, j’ai décidé de vous proposer cet été une petite sélection des livres que j’ai lus durant l’année scolaire 2020-2021 et qui m’ont particulièrement marquée.

Cet article est un peu à la manière de la présentation que je propose à mes collègues, mes « Conseils de lectures de la #profdoc », mais je donnerai ici à ces conseils un tour un peu plus personnel et plus sélectif.

Ce petit tour d’horizon sera l’occasion de quelques clins d’œil amicaux, car la plupart de mes coups de cœur de cette année m’ont été recommandés par des profs docs et des paddocks que j’affectionne.

Les conseils estivaux de Bénédicte

Parmi les profs docs que je côtoie, il y a quelques profs docs de l’académie de Montpellier, bibliovores narbonnais et carcassonnais toujours à l’affut de belles expériences de lectures.

Je dois l’été dernier à Bénédicte certaines de mes plus belles découvertes, avec des textes souvent assez courts mais dont la qualité d’écriture m’a régulièrement laissée sans voix… Parmi ses nombreux conseils, j’en retiendrai deux :

  • l’évocation de Romain Gary par François Henri Désérable dans Un certain M. Piekielny :

« »Quand tu rencontreras de grands personnages, des hommes importants, promets-moi de leur dire : au n° 16 de la rue Grande-Pohulanka, à Wilno, habitait M. Piekielny… »
Quand il fit la promesse à ce M. Piekielny, son voisin, qui ressemblait à « une souris triste », Roman Kacew était enfant. Devenu adulte, résistant, diplomate, écrivain sous le nom de Romain Gary, il s’en est toujours acquitté : « Des estrades de l’ONU à l’Ambassade de Londres, du Palais Fédéral de Berne à l’Élysée, devant Charles de Gaulle et Vichinsky, devant les hauts dignitaires et les bâtisseurs pour mille ans, je n’ai jamais manqué de mentionner l’existence du petit homme », raconte-t-il dans La promesse de l’aube, son autobiographie romancée.
Un jour de mai, des hasards m’ont jeté devant le n° 16 de la rue Grande-Pohulanka. J’ai décidé, ce jour-là, de partir à la recherche d’un certain M. Piekielny.»

  • les textes fulgurants d’Alessandro Baricco, Novecento : pianiste et Soie, qui m’ont donné envie de tout découvrir de cet auteur :

Né lors d’une traversée, Novecento, à trente ans, n’a jamais mis le pied à terre. Naviguant sans répit sur l’Atlantique, il passe sa vie les mains posées sur les quatre-vingt-huit touches noires et blanches d’un piano, à composer une musique étrange et magnifique, qui n’appartient qu’à lui : la musique de l’Océan dont l’écho se répand dans tous les ports.

Des facéties d’auteurs pour s’évader

Je triche un peu dans ce second regroupement, car je dois à nouveau la lecture suivante à Bénédicte, mais il s’agit de trois ouvrages pleins d’originalité, de drôleries et d’inventions.

  • le livre qui rend hommage aux livres mis au pilon : Le Liseur du 6h27, de Jean-Paul Didierlaurent (ou comment ne pas aimer un livre dont le nom du héros est une contrepèterie…)

Employé discret, Guylain Vignolles travaille au pilon, au service d’une redoutable broyeuse de livres invendus, la Zerstor 500. Il mène une existence maussade mais chaque matin en allant travailler, il lit aux passagers du RER de 6h27 les feuillets sauvés la veille des dents de fer de la machine …

  • un hommage savoureux, irrésistible et attendri aux polars et aux films noirs avec Lino Ventura, Mamie Luger de Benoit Philippon, un conseil de lecture de Johann Jambu, collègue profdoc dans l’académie de Dijon : Johann, un grand merci pour la crise de fou-rire ininterrompue d’un bout à l’autre de cette pépite !

Six heures du matin, Berthe, cent deux ans, canarde l’escouade de flics qui a pris d’assaut sa chaumière auvergnate. Huit heures, l’inspecteur Ventura entame la garde à vue la plus ahurissante de sa carrière. La grand-mère au Luger passe aux aveux et le récit de sa vie est un feu d’artifice. Il y est question de meurtriers en cavale, de veuve noire et de nazi enterré dans sa cave. Alors aveux, confession ou règlement de comptes ? Ventura ne sait pas à quel jeu de dupes joue la vieille édentée, mais il sent qu’il va falloir creuser. Et pas qu’un peu.

  • et à propos de polar, voici l’ouvrage que j’ai réussi à faire le plus circuler parmi les paddocks lecteurs du lycée : une aventure facétieuse organisée par Romain Puértolas : La Police des fleurs, des arbres et des forêts 

Durant la canicule de 1961, un officier de policier est envoyé en mission dans un petit village reculé. Il doit enquêter sur la mort de Joël, 16 ans dont le corps a été retrouvé découpé en morceaux dans une usine à confiture…

Les conseils de lectures des paddocks du lycée (1)

Cette année, j’ai eu le bonheur de voir qu’un petit réseau de profs lecteurs s’organisait au lycée et commençait à s’échanger quelques ouvrages… nous avions d’ailleurs évoqué l’idée d’organiser des cafés littéraires, qui se sont déroulés deux fois à distance.

C’était aussi la première année qu’en plus d’emprunter régulièrement des livres au CDI, certains (ou pour être plus exactes certaines) m’en ramenaient pour me les prêter : j’ai donc pu découvrir quelques pépites, que je vous partage ici en partie dans ce premier hors-série, et dont vous découvrirez le reste le mois prochain !

  • les fresques historiques de Stéphanie : Dans la main du diable d’Anne-Marie Garat, La Part de l’aube et Le Soleil sous la soie (mon préféré) d’Éric Marchal 

Stéphanie est arrivée au lycée en 2019. Elle a fait partie avec Antonella (vous retrouverez Antonella plus bas) des personnes qui adoraient L’Amie prodigieuse d’Elena Ferrante, que je n’avais pas lu. Juste avant le confinement, je suis venue apporter à Stéphanie le tome IV de la saga jusque dans sa salle, et piquée par la curiosité, j’ai emprunté les trois premiers tomes.

C’était le début d’un échange de conseils de lecture, principalement via Whatsapp. Commencé avec Ferrante, nous avons poursuivi avec Bernard Minier, que je lui ai recommandé principalement avec l’argument suivant « Tu en connais beaucoup toi des flics latinistes ? » (Stéphanie a en charge l’enseignement du latin au lycée). Depuis, elle m’a dépassée dans la lecture des aventures de Servaz, dont elle me parle régulièrement.

En novembre 2020, Stéphanie est venue au CDI avec plusieurs conseils de lecture sous le coude, principalement des fresques historiques (mais pas que) : le Garat et les deux Marchal évoqués plus haut. Pour l’instant, c’est Le Soleil sous la soie qui emporte mes suffrages :

À l’aube du XVIIIe siècle, un des plus petits États d’Europe, le duché de Lorraine, se relève de l’occupation française, dans l’espoir de connaître une génération de paix. Nicolas Déruet est chirurgien ambulant. Emprisonné à la suite d’une opération durant laquelle le patient est décédé, il est obligé de s’exiler dans les armées de la coalition en guerre contre les Turcs. De retour à Nancy, il développera son art à l’hôpital Saint-Charles et n’aura de cesse de laver son honneur.

  • l’escapade dépaysante d’Antonella : Tout le bleu du ciel de Mélissa Da Costa 

Antonella est notre collègue d’italien au lycée. Elle lit les ouvrages de Ferrante et d’Erri de Luca (entre autres) évidemment en VO, mais il lui arrive aussi de venir les emprunter dans leur traduction française.

Elle aime les polars et le dépaysement, elle avait notamment beaucoup aimé Le Bourreau de Gaudi, d’Aro Sainz de la Maza, que j’avais lu sur les conseils d’une ancienne collègue de lettres. Elle aussi est convertie à Bernard Minier.

En janvier, Antonella est venue au CDI me déposer Tout le bleu du ciel de Mélissa Da Costa.

Petitesannonces.fr : Jeune homme de 26 ans, condamné à une espérance de vie de deux ans par un Alzheimer précoce, souhaite prendre le large pour un ultime voyage. Recherche compagnon(ne) pour partager avec moi ce dernier périple.
Émile a décidé de fuir l’hôpital, la compassion de sa famille et de ses amis. À son propre étonnement, il reçoit une réponse à cette annonce. Trois jours plus tard, devant le camping-car acheté secrètement, il retrouve Joanne, une jeune femme coiffée d’un grand chapeau noir qui a pour seul bagage un sac à dos, et qui ne donne aucune explication sur sa présence.

C’est sur cette aventure insolite, qui m’a conduit aux abords de l’environnement familier des copains du sud (profs docs de l’académie de Montpellier, la boucle est bouclée) que je vous laisse pour ce premier hors-série, en vous souhaitant à nouveau un bel été, au plaisir de vous retrouver pour de nouveaux conseils de lectures au mois d’août.

N’hésitez pas à partager vos conseils de lectures en commentaires et à très bientôt sur Cinephiledoc !

Bullet journal : an deux

Je vous souhaite à toutes et tous une excellente année 2021.

Pour la deuxième année consécutive, j’ai décidé de consacrer ce premier article de janvier à un sujet pas vraiment cinéphile et pas tout à fait profdoc (quoique).

À nouveau, comme l’an dernier, je précise qu’il s’agit ici d’un simple compte-rendu d’expérience, sur des méthodes de travail et d’organisation que j’ai adoptées, et que ce compte-rendu n’est absolument pas injonctif.

Je ne reviendrai pas ici sur les raisons qui m’ont fait adopter le bullet journal, je les développe suffisamment dans l’article de janvier 2020.

Je ne vais pas non plus revenir sur mes sources d’inspiration, que j’ai pu évoquer dans le même article.

Cet article sera très illustré, parce que j’ai eu l’occasion à certaines périodes de l’année 2020, de prendre régulièrement en photo le bullet journal que j’utilisais, et il sera organisé, finalement, en quatre parties :

  • la forme
  • le fond
  • le bullet journal comme allié du confinement et du télétravail
  • un petit bilan annuel

La forme

  • Le carnet

En 2019, j’avais utilisé la référence suggérée par Solange te parle (voir article de janvier 2020) : un Leuchtturm 1917 à couverture verte avec index, pagination et une rubrique « Future log », la seule rubrique imposée de tout le carnet.

En 2020, j’ai utilisé un carnet Quo Vadis à couverture rouge, mais avec exactement les mêmes caractéristiques que le précédent, si ce n’est que j’ai fait le « Future log » moi-même, que j’ai indiqué les rubriques qui m’avaient été utiles dans le carnet de 2019, et que le Quo Vadis, au lieu des 240 pages du Leuchtturm, n’en propose que 215.

C’est la principale difficulté que j’ai rencontrée avec le Quo Vadis : un nombre de pages plus restreint, ce qui me contraignait vraiment dans son utilisation. Je me sentais très libre avec le Leuchtturm, j’ai laissé plusieurs double-pages vierges à la fin, et j’avais donc opté pour un carnet un peu plus mince en 2020, mais pour m’y sentir finalement très à l’étroit, me demandant dès le mois de juin si je pourrai finir l’année avec.

En 2021, je reprends donc la référence initiale, qui me satisfait pleinement, et avec laquelle je serai parfaitement à mon aise.

  • L’écriture

Concernant l’écriture, j’avais acheté en 2019 des feutres Faber-Castell noirs tailles S, F et B. Globalement les B servent pour écrire les titres, les F pour tracer des lignes, et les S pour écrire au quotidien.

J’écris quasiment tout en noir et j’ai conservé cette habitude, cependant j’ai un peu plus utilisé des surligneurs en 2020 pour pouvoir me repérer, j’aurai l’occasion d’y revenir un peu plus bas.

Le fond

Gestion du temps

Pour la gestion du temps et l’organisation, j’ai conservé de l’année passée une rubrique « future log » sur laquelle j’ai mon calendrier annuel, et j’utilise toujours une double page par mois. Dès que j’arrive à la fin du mois en cours, je prépare le mois suivant.

Pour les semaines j’ai maintenu le même mode de fonctionnement que l’an passé : une double page par semaine pendant les périodes travaillées, une double page par quinzaine pendant les vacances.

Dès que j’arrive à la fin de la double page en cours, même chose, je prépare la double page suivante (j’aime bien anticiper, donc généralement les tableaux à gauche et à droite de la double page sont prêts le vendredi de la semaine d’avant, et j’ajoute simplement après jour par jour les choses à faire au fur à mesure).

Organisation

Le recul d’une année m’a permis de voir de quelles rubriques j’avais le plus besoin, celles que je pouvais regrouper, et celles dont je pouvais me passer. Comme le Quo Vadis commence avec une page unique, je l’ai utilisé pour indiquer les rubriques de 2019 à y reporter au fur à mesure, et j’ai pu rassembler (au moins pour le début d’année) les rubriques qui concernent le travail, celles qui concernent la culture et les loisirs.

Sur l’index j’ai commencé à surligner les pages où je me rends le plus souvent pour mieux pouvoir les retrouver : il s’agit principalement des pages culture, lectures et des pages dédiées au blog.

Sur le mois je fais un suivi de ce que j’ai fait en terme de tâches ménagères, d’occupations, et, avec le suivi de ma consommation d’essence, un simulacre de budget.

Par semaine, j’ai aussi quelques tâches que je note dans une rubrique « À faire » : passer à la poste, retirer des réservations à la médiathèque, appeler telle ou telle personne, réserver des transports, prendre des rendez-vous…

Organisation du travail

Pour cette année, j’ai donc repris et rassemblé les rubriques suivantes :

  • un pense-bête sur les choses à faire au et pour le CDI (une boîte à idées un peu fourre-tout pour le blog, le CDI, etc.)
  • un suivi des séances avec les élèves (avec parfois des comptes-rendus de séances, des notes prises pendant les exposés…)
  • un calendrier de mes formations et de mes réunions (avec aussi parfois dans cette rubrique des comptes-rendus, des notes manuscrites quand je n’ai pas envie d’ouvrir un document sur ma tablette)
  • les choses à ne pas oublier pour le ministère
  • la programmation des tweets sur @eduscol_doc
  • la programmation des activités et des articles à publier sur LudoDOC
Loisirs, culture et sport

Pour le sport, les loisirs et la culture, j’ai également repris un certain nombre de rubriques et j’en ai réorganisé d’autres

  • Culture 2020 avec les films, séries télévisées, expositions et musées, concerts 

J’ai associé à cette rubrique une rubrique « (Re)vu, lu, écouté », ce qui me permet de distinguer ce que je découvre complètement, et ce vers quoi je vais retourner.

J’ai rassemblé les anciennes rubriques « J’ai appris » et « Vécu » pour économiser de la place. J’ai gardé deux rubriques déjà existantes : « À voir / à écouter » et « Sur YouTube », même si j’ai tendance à ne pas être très assidue pour les remplir…

  • Blog 2020 avec les articles à publier sur Cinéphiledoc

J’ai ajouté pour ce domaine une rubrique « Éditeurs de cinéma à surveiller et nouvelles publications » pour faire un suivi des ouvrages sur le cinéma qui peuvent m’intéresser pour le blog.

  • Autres listes

J’ai gardé deux rubriques à l’identique : une rubrique plus superficielle « Liste d’envies », qui canalise mon shopping, et deux rubriques « Prêts » et « Emprunts ».

  • Sport

Concernant le sport, je fonctionnais précédemment avec une rubrique mensuelle qui recensait mes différentes activités (vélo, marche, participation à des cours collectifs…). Avec le confinement et la fermeture de la salle de sport, j’ai supprimé cette rubrique et j’ajoute simplement mon temps de sport quotidien sur la page du mois en cours.

  • Lectures

Enfin, j’ai conservé mes deux rubriques dédiées à la lecture :

  1. « À lire », que je coche au fur à mesure (et qui m’empêche de craquer sur tout et n’importe quoi en librairie)
  2. Et une rubrique « Lectures » où je reporte de la première rubrique ce que j’ai lu, où j’indique ce qui me sert pour le blog et ce que j’ai aimé.

Le bullet journal comme allié du confinement et du télétravail

J’étais déjà très très accro à ce nouveau mode d’organisation, que j’ai adopté maintenant depuis janvier 2019. Mais ce qui a achevé de me convertir, c’est toute la période de mars à juillet 2020.

En effet, mon bullet journal m’a permis d’avoir un aperçu de ma période de confinement, de télétravail à temps plein, puis de reprise au lycée en temps partagés : 2 à 3 demi-journées par semaine sur place, et le reste du temps en télétravail.

Je l’ai utilisé dès le début du confinement :

et j’ai pu y ajouter durant toute cette période les appels, les mails, et les différentes publications, que ce soit sur le portail E-SIDOC du CDI, sur les différents blogs de l’ENT, sur les différents comptes Twitter, la veille et les autres activités.

J’ai indiqué progressivement quelles activités professionnelles (stages, formations, réunions) avaient dû être annulées à cause du confinement.

Globalement, on voit que les semaines sont bien remplies, sauf pour les périodes de vacances, même si j’ai gardé une petite activité professionnelle en avril :

Au fur à mesure, j’ai commencé aussi à surligner les différents temps, surtout lorsqu’il a fallu retourner au lycée pour certaines demi-journées : je pouvais distinguer les séances pédagogiques avec les élèves (à distance) et les temps prévues au lycée.

J’ai gardé ce même mode de fonctionnement jusqu’aux grandes vacances :

Pendant les grandes vacances, j’ai à nouveau repris un fonctionnement par quinzaines, jusqu’au 31 août.

Globalement, pendant la période de confinement et de télétravail, le bullet journal m’a vraiment aidée à m’organiser, à rationaliser mes activités sans culpabiliser, et plus que jamais, à dissocier mon temps de travail et mes temps de pause.

Petit bilan annuel

Voilà donc un nouvel argument, en faveur de ce mode de fonctionnement, et que j’ajoute au bilan, plus que positif, de cette année.

Je ne peux que recommander le bullet journal à tout ceux qui chercheraient un nouvel outil pour différentes raisons (organisation, aide-mémoire, gestion du temps, détox numérique).

J’ai inauguré à la mi décembre mon nouveau Bullet Journal pour l’année 2021, que j’ai choisi encore plus soigneusement que celui de cette année, pour les raisons évoquées plus haut. Je l’ai préparé pour ce début janvier, en y inscrivant les rubriques qui me sont devenues indispensables, en reportant les lectures 2020 que je n’ai pas faites, et en préparant la rentrée.

Voilà pour mes petits secrets de méthode de travail, qui je l’espère vous seront utiles.

Encore une belle année à tous et à très bientôt sur Cinéphiledoc !

Un an de Bullet journal

Je vous souhaite à toutes et tous une excellente année 2020.

Comme annoncé au mois de novembre et au mois de décembre, voici un article un petit peu particulier et que plusieurs personnes m’ont demandé depuis un moment.

En effet, depuis un an maintenant, j’ai radicalement changé mes méthodes de travail et je voulais revenir là dessus pour en expliquer le pourquoi et les avantages.

Je vais exposer ici quelques petits secrets de méthode de travail, dont se servent déjà, j’ai pu le constater, un certain nombre d’enseignants (papier ou en ligne, premier ou second degré).

Je ne cherche donc pas à révolutionner les choses, mais à faire un compte-rendu d’expérience.

Quelques raisons…

Si j’ai décidé de me lancer dans cette aventure du Bullet journal, c’est pour plusieurs raisons, plus ou moins évidentes.

  1. remplacer plusieurs éléments par un seul. Avant, j’avais des notes sur mon portable, un Google agenda dans lequel je notais scrupuleusement mes réunions, séances élèves, formations…, un carnet papier dont je me servais en réunions et formations, un Trello avec mes To-do-lists, divers documents en ligne qui me servaient d’aide-mémoire professionnels, et des post-its, et des papiers et autres feuilles volantes… autant dire que mon bureau, mon sac (et ma tête) étaient assez bordéliques, même si extérieurement j’ai l’apparence de quelqu’un d’assez organisé et ordonné (ce que pourrait démentir Mme Vina, mon instit de CE2, le jour où elle a voulu retrouver un de mes cours dans mon casier à l’école…). Je voulais quelque chose aussi qui reste assez libre dans sa forme, pas aussi contraignant qu’un agenda et tout de même moins anarchique que des notes.
  2. me souvenir de ce que je vois / fais / lis. Lorsqu’on me posait la question avant, j’avais un peu du mal à me souvenir au-delà de six mois des films, séries télévisées, expos, que j’avais vus, en dehors des plus évidents. J’avais du mal à me rappeler de mes lectures et c’est pour cela que l’an dernier, j’avais commencé à les noter sur mon portable, mais cela ne me satisfaisait pas entièrement.
  3. mieux organiser mon temps. Je sais que je passe pour une hyperactive insomniaque, mais c’est loin d’être le cas. Par contre, j’ai du mal à m’arrêter de travailler et je peux être souvent frustrée par le fait d’arrêter une tâche en cours de route. Du coup, cela m’a permis d’établir correctement ce que je peux faire en un jour, une semaine ou un mois, et cela m’a aussi permis de profiter pleinement de mes temps de loisirs. Ça paraît idiot dit comme ça, mais c’est réellement le cas.
  4. avoir une détox numérique. J’ai eu une période où je rentrais chez moi le soir et où, sur le canapé, j’avais la télévision allumée, l’ordinateur sur l’accoudoir, le portable à la main et la tablette sur les genoux. J’ai voulu regagner un peu d’attention en lisant plus, en faisant du sport et en utilisant un outil de travail 100% papier. Donc, certes, j’ai remplacé une addiction (aux écrans) par une autre (à ce carnet que je traine maintenant partout). Mais il fait partie de mon petit temps de déconnexion journalier et cela a été des plus salutaires.

Sauter le pas

Ce qui m’a fait réellement sauter le pas, au-delà de ces diverses considérations, c’est de voir mon compagnon, qui fait un métier scientifique, utiliser cette méthode que je considérais comme des plus littéraires. Il a accepté de me montrer en juillet dernier quelques pages de son bullet journal et j’ai vite été convaincue que c’était ce qu’il me fallait.

Après, restait le défi de tenir la distance : j’ai souvent décidé d’utiliser tel ou tel outil pour le lâcher au bout de quelques semaines ou de quelques mois.

D’abord, sur les conseils de mon compagnon, j’ai consulté le site du créateur du bullet journal, que vous retrouverez ici :

https://bulletjournal.com/

Et je me suis abonnée à sa chaîne YouTube :

https://www.youtube.com/bulletjournal

J’ai feuilleté le livre qu’il a publié :

https://bulletjournal.com/pages/book

Et c’est principalement cette page de son site que j’ai consultée :

https://bulletjournal.com/pages/learn

Mais ce qui m’a aidé et a été déterminant, ce sont les deux vidéos de Solange te parle :

  • la première publiée il y a 3 ans :

  • la seconde ici :

Après je ne suis pas du tout allée voir les merveilles esthétiques que font certains sur Instagram avec leur bullet journal, d’abord parce que je ne voulais pas me donner des complexes et ensuite parce que cela ne correspondait absolument pas à mes objectifs. Néanmoins, si vous avez un tempérament d’artiste, allez regarder, c’est assez fabuleux.

Donc en janvier, je me suis lancée, et j’ai du coup remplacé une organisation par année scolaire, adoptée depuis… et bien depuis que je vais à l’école… par une organisation par année civile.

Ça ressemble à une bonne résolution dit comme ça, et c’est vrai que je suis assez fière de moi d’avoir tenu avec cet outil qui, finalement, me correspond.

Mon mien, à quoi il ressemble

À partir de la mi janvier 2019, mon entourage s’est donc habitué à me voir trainer partout ce petit carnet vert. J’ai commandé sur Amazon la référence suggérée par Solange : un Leuchtturm 1917 à couverture verte avec index, pagination et une rubrique « Future log », la seule rubrique imposée de tout le carnet.

J’ai acheté des feutres suggérés par mon compagnon : des Faber-Castell noirs tailles F et B (j’ai aussi un S mais dont je ne me sers quasiment jamais).

Et je me suis lancée avec angoisse, parce que je suis gauchère et j’espérais que les feutres séchaient vite, parce que, comme à peu près tous les gauchers, j’ai tendance à écrire en ayant la main qui passe assez vite sur la zone où je viens d’écrire, donc après c’est tout sale.

Heureusement, malgré quelques débuts hésitants, j’ai vite trouvé mes habitudes et mon confort.

Mon entourage s’est étonné de me voir adopter un outil non numérique et, de surcroît, d’écrire tout en noir. Mais cela m’a donné une certaine rigueur, et j’ai converti plusieurs personnes à cette méthode (certaines autres attendaient cet article pour se lancer) : un coucou à Audrey, Floriane, Johanna, et Bénédicte !

Gestion du temps

Pour gérer mon temps, j’utilise la rubrique « Future log » sur laquelle j’ai mon calendrier annuel.

Ensuite j’ai une double page par mois, et une double page pour chaque semaine (pour les vacances j’utilise une double page par quinzaine). Dès que j’arrive à la fin du mois, je prépare la page consacrée au mois suivant.

 

Pour les semaines, j’aime bien avoir deux semaines de prêtes, au moins les doubles pages, avec les objectifs que je me suis fixés, sur lesquelles j’ajoute les choses à faire au fur et à mesure jour par jour.

Organisation du travail

J’ai progressivement ajouté plusieurs rubriques en lien avec le travail :

  • la programmation des tweets sur @eduscol_doc
  • l’organisation du collectif #LudoDOC
  • les articles à publier sur Cinéphiledoc
  • un pense-bête sur les choses à faire au et pour le CDI
  • les choses à ne pas oublier pour le ministère
  • une boîte à idées un peu fourre-tout pour le blog, le CDI, etc.
  • un calendrier de mes formations et de mes réunions
  • un suivi des séances avec les élèves avec aussi parfois des tableaux de progression sur certains projets (en SNT et en STS principalement)

Tout cela ne se suit pas, c’est vraiment au gré de mes besoins et des pages, et cela s’étale sur les plus de 200 pages utilisées de 2019.

Gestion du quotidien

Sur le mois je fais un suivi de ce que j’ai fait en terme de tâches ménagères, d’occupations, et, avec le suivi de ma consommation d’essence, un simulacre de budget.

Par semaine, j’ai aussi quelques tâches que je note dans une rubrique « À faire » : passer à la poste, retirer des réservations à la médiathèque, appeler telle ou telle personne, réserver des transports, prendre des rendez-vous…

Loisirs et sport

Enfin pour mes activités culturelles, j’ai plusieurs rubriques que je remplis avec assiduité :

  • Culture 2019 avec les films, séries télévisées, expositions et musées, concerts

 

  • Les rubriques « J’ai appris », « À voir, à écouter », « Sur YouTube » ou « Vécu » : j’y indique ce qui retiens mon attention, et aussi les faits marquants (incendie de Notre-Dame, etc.), j’y ai ajouté tardivement une rubrique avec ce que je relisais, revoyais, réécoutais.
  • Un mémento Hercule Poirot, dans lequel j’ai indiqué pour chaque aventure sa date de parution, si je l’ai lue ou pas encore, si je l’ai vue en film ou série télévisée et si je l’ai aimée

  • Une rubrique plus superficielle « Liste d’envies », qui canalise mon shopping
  • Deux rubriques « Prêts » et « Emprunts »
  • Une rubrique mensuelle avec mes activités sportives : vélo, marche, participation à des cours collectifs…
  • Enfin mes deux rubriques lectures :
  1. « À lire », que je coche au fur à mesure (et qui m’empêche de craquer sur tout et n’importe quoi en librairie)
  2. Et une rubrique « Lectures » où je reporte de la première rubrique ce que j’ai lu, où j’indique ce qui me sert pour le blog et ce que j’ai aimé.

Bilan

La tenue scrupuleuse de ce premier carnet en 2019 m’a permis d’établir une page de bilan :

Concernant mes impressions, je n’ai que du positif à retirer de cette expérience, et je ne peux que la recommander à tout ceux qui, pour les raisons que j’ai évoquées plus haut, chercheraient un nouvel outil.

J’ai inauguré à la mi décembre mon nouveau Bullet Journal pour l’année 2020, un carnet Quo Vadis à couverture rouge, mais avec exactement les mêmes caractéristiques que le précédent. Je l’ai préparé pour ce début janvier, en y inscrivant les rubriques qui me sont devenues indispensables, en reportant les lectures 2019 que je n’ai pas faites, et en préparant la rentrée.

Voilà pour mes petits secrets de méthode de travail, qui je l’espère vous seront utiles.

Encore une belle année à tous et à très bientôt sur Cinéphiledoc !

Page 1 sur 5

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén