cinephiledoc

Blog pour cinéphiles et profs docs

Auteur : juliettefiliol (Page 1 sur 85)

Février 2024 : séances et animations du CDI

Dans ce nouvel article, je vais présenter les actions menées au CDI entre le 29 janvier et le 9 février, ainsi que certaines activités menées à l’extérieur.

Je choisis de publier cet article pendant les vacances de la zone C, qui sont arrivées très tôt cette année, également parce que j’ai publié coup sur coup l’article cinéphile de février et un épisode de mes notes de lecture sur les données numériques tout début février.

Cet article revient donc sur trois semaines d’activités, mais qui ont été relativement denses, puisque mes vacances sont assez studieuses, et la reprise promet elle aussi d’être assez intense…

Animations du CDI

Afin d’anticiper sur les échéances à venir, j’ai profité de mes mercredis studieux pour préparer un certain nombre de sélections thématiques jusqu’au début du mois d’avril, ce qui m’a fait gagner beaucoup de temps (j’aurai l’occasion d’y revenir un peu plus bas).

objectif : une sélection thématique par semaine

Pour la période janvier – mars, mon objectif est de pouvoir proposer une sélection thématique par semaine en m’appuyant, comme je l’ai indiqué dans l’article consacré au bullet journal, sur les événements nationaux et internationaux.

Sur cette période, j’ai donc préparé les sélections thématiques de février (deux sélections), mars (cinq sélections et la présentation de la semaine de la presse pour les enseignants) et avril (une sélection). Je les présenterai progressivement dans les articles à venir.

  • Safer Internet Day (6 février)

J’ai préparé cette sélection et l’ai installée le 1er février, pour remplacer la sélection sur le harcèlement qui était mise à disposition des élèves depuis le mois de novembre.

La version cliquable de l’affiche réalisée sur Canva a été publiée sur le blog du CDI et renvoie vers une sélection de ressources et d’articles en lien avec la thématique du Safer Internet Day.

Pour l’occasion, j’ai également publié l’épisode deux de mes notes de lecture, auquel j’ai pu intégrer le travail de deux élèves de seconde, Timothée et Flavien, qui avaient travaillé sur le cyber-contrôle en Chine.

  • Journée internationale des femmes et des filles de science (11 février)

Les vacances arrivant relativement tôt, il a fallu choisir une sélection à proposer pour la deuxième semaine, sélection qui est amenée à rester installée quelques semaines, puisque plusieurs classes travaillent sur les femmes scientifiques en ce moment.

En effet, notre lycée fête cette année ses 50 ans, et une cérémonie d’anniversaire est organisée le 2 avril, à l’occasion de laquelle est conviée Emmanuelle Charpentier, prix Nobel de chimie, et qui a été élève au lycée.

J’ai proposé une présentation réalisée sur Genial.ly, qui renvoie vers une sélection d’ouvrages, des brochures sur l’orientation et des ressources en ligne :

C’est cette présentation que j’ai mis du coup en focus de ma lettre de diffusion à destination des enseignants pour le mois de février (voir plus bas).

Les ouvrages ont été mis à disposition des élèves le 5 février pour remplacer la précédente sélection sur Martin Luther King :

autres actions mises en place
  • Puzzle collaboratif

Le puzzle collaboratif installé début janvier et qui met en scène l’univers de Harry Potter a été terminé par les élèves la dernière semaine de janvier.

Il en manque malheureusement une pièce, mais après un démarrage un peu laborieux, il a connu une accélération fulgurante, que nous n’arrivons pas toujours (comme l’année dernière) à expliquer.

  • Sélection « Livres de SF adaptés au cinéma »

Cette sélection a été proposée par Roman également la dernière semaine de janvier, après une sélection installée début janvier avec les élèves sur les biographies.

  • Mise à jour de la revue de presse 

Durant cette période, j’ai enfin réussi à mettre à jour la revue de presse que j’avais installée durant la précédente période au CDI.

Voici les cartes proposées et réalisées sur Canva :

Et voilà ce que cela donne sur la carte proposée à l’entrée du CDI :

Séances et actions pédagogiques

Voici les séances menées entre le 29 janvier et le 9 février, ce sont principalement des séances en SNT, et comme je n’ai été présente au CDI sur cette période que six jours, il s’agit plutôt de dresser le bilan de la séquence « Internet et web », et de partager, comme je l’avais indiqué précédemment, la fiche élève et l’escape game de la troisième séance.

Pour plus de lisibilité je vais indiquer ici les séances, leur intitulé et leurs objectifs, et les classes concernées.

internet et web
  1. Comprendre le web et internet à travers Google. Au retour des vacances, j’ai vu deux classes : les 2nde7 et les 2nde11.
  2. Comprendre les enjeux de l’utilisation d’internet et de publication en ligne. Au retour des vacances, les 2nde11.
  3. Comprendre le droit d’auteur et la citation des sources. Pour cette séance (ma préférée) j’ai conçu un escape game qui remplace une précédente séance dont je n’étais absolument pas satisfaite. Pour ces deux dernières semaines, j’ai vu les 2nde11. La séance avec les 2nde7 est reportée au retour des vacances.

Voici l’escape game réalisé pour cette séance :

Je tiens à indiquer que je partage sous licence Creative Commons le lien de cet escape game, qui peut faire appréhender aux élèves les notions de droit d’auteur et de citation des sources.

Si jamais vous souhaitez le réutiliser dans le cadre de vos séances, je vous remercie donc à l’avance de me prévenir et de rappeler que j’en suis l’auteure, cet escape game ayant fait l’objet d’une trentaine d’heures de travail.

Je partage ci-dessous le recto de la fiche élèves (le verso indique les éléments que les élèves doivent noter pour l’étape de debriefing de la séance) :

autres séances

Durant cette période, j’ai également co-animé d’autres séances :

  • EMC (seconde) : une collègue m’a sollicitée pour suivre ses élèves dans le cadre de recherche au CDI. Les élèves travaillent, comme je l’ai indiqué plus haut, sur les femmes scientifiques.
  • Histoire-géo (seconde) : un collègue est venu travailler en demi-groupe avec sa classe sur la mallette « Rebâtir Notre-Dame » que nous avons reçue grâce à lui au CDI début janvier (voir plus bas la communication proposée pour l’occasion aux enseignants du lycée)
  • EMC (première) : deux classes travaillent eux aussi sur les femmes scientifiques en s’appuyant sur les ressources du CDI, avec les mêmes modalités d’organisation que les classes de seconde en EMC.
  • EMC (terminale) : un collègue nous a sollicité pour travailler avec deux de ses classes sur les controverses scientifiques.

Communication

Ce mois-ci, les actions de communication se sont concentrées sur les animations proposées et mentionnées plus haut.

Bulletin de veille E-INSTANT CDI

Concernant ce bulletin de veille que j’essaye d’envoyer à peu près régulièrement aux enseignants, j’ai réussi à le mettre à jour fin janvier et l’ai envoyé début février, avec, comme je l’indiquais plus haut, un focus sur les femmes de science :

Blogs sur l’ENT

Pour ces trois blogs, j’ai pris l’initiative la dernière semaine de décembre de les basculer en mode public, afin de leur donner un peu plus de visibilité et que vous puissiez voir plus concrètement comment ils fonctionnent, même si je ne les alimente pas toujours avec la dernière assiduité…

Ce mois-ci, 4 articles publiés : une mise à jour du Zoom Actu CDI (la revue de presse cliquable que je propose – presque – régulièrement) consacrée à la mobilisation des agriculteurs,

les présentations du Safer Internet Day et de la journée internationale des femmes et des filles de science, et la to-do-list des vacances :

Deux articles publiés ce mois-ci sur des webinaires et des formations à destination des enseignants (reçus par mail).

Ce mois-ci, la période est un peu plus chargée en journées portes ouvertes, j’ai pu publier 8 articles sur les JPO organisées par différents lycées et établissements du supérieur.

Généralement, une fois les dates passées, je supprime les articles concernés.

Compte Instagram du CDI

Le compte Instagram du CDI poursuit sa lancée, et c’est le canal de communication sur lequel j’ai le plus de facilité à publier.

  • photos et vidéos postées directement

Le 1er février, j’ai voulu valoriser l’ensemble des sélections proposées au CDI, la revue de presse mise à jour et les avancées du puzzle.

Ce jour-là j’ai également posté une story à la demande des enseignants qui coordonnent les actions des éco-délégués, pour promouvoir une action proposée le mardi 6 février autour de l’empreinte carbone.

Le 2 février, j’ai posté une vidéo du puzzle terminé.

  • visuels postés sur le blog du CDI et relayés sur le compte Instagram

Durant cette période, j’ai relayé sur le compte le visuel du Safer Internet Day (2 février), celui consacré aux femmes de science (5 février) et la to-do-list des vacances (9 février).

  • les aventures de Chat Bla-bla

Du coup Chat Bla-bla continue à apparaître dans quelques publications (surtout quand je me déplace) : il m’a donc suivie pour mes deux déplacements à l’IH2EF à Chasseneuil-du-Poitou fin janvier :

Autres activités

Enfin j’en termine comme à mon habitude par les autres activités professionnelles de la période, et avec la mini-rubrique des mercredis studieux.

Réunions, stages, déplacements
  • 30 janvier : intervention à l’IH2EF à Chasseneuil-du-Poitou pour présenter les champs d’action du professeur documentaliste devant les IA-IPR EVS de la promotion Colette Besson à la demande de Martine Sache
  • 1er février : le premier cours du second semestre pour les étudiants de Master 2 MEEF Documentation de l’université Paul Valéry, ce cours était consacré aux missions respectives des CPE et des professeurs documentalistes et leurs possibilités de collaboration
  • 2 février : une réunion en visio avec les intervenants de la Journée Inter-Académique des Professeurs Documentalistes, qui aura lieu le 27 février et à laquelle j’ai été invitée à participer pour la table-ronde des praticiens
  • 7 février : la première partie en distanciel d’une formation EAFC que j’anime « Dynamiser sa veille et visibiliser son action »
  • 14 février : le deuxième cours du second semestre pour les étudiants de Master 2, un cours consacré aux compétences et aux collaborations interdisciplinaires
  • 16 février : réunion d’harmonisation du CAPES interne, en vue de la correction des écrits, qui se sont déroulés le vendredi 2 février

Les mercredis studieux

Voici un petit aperçu de mes mercredis de cette période, dans lesquels pour certains je mixe également les autres travaux menés sur mon temps libre, puisque, comme je l’ai indiqué, j’ai cherché à m’avancer le plus possible pour anticiper sur les échéances à venir.

  • 31 janvier – 3 février

Pour cette semaine bien chargée, j’ai profité du mercredi et de la fin de semaine pour réaliser 3 visuels de sélections thématiques pour la période mars – avril, mon deuxième et mon troisième cours de Master 2, pour finir mes lectures d’ouvrages et de presse sur les données numériques, pour préparer le printemps des poètes et pour envoyer mes documents en vue de mon PPCR

  • 5 – 7 février

La dernière semaine avant les vacances était un peu plus calme, et j’en ai profité pour finir d’écrire mes notes de lecture sur les données numériques (publiées le 6 février) et pour commencer à écrire cet article. L’après-midi, j’ai animé à distance la première partie de ma formation sur la veille.

J’ai également préparé une présentation de la semaine de la presse pour les enseignants, la lettre de diffusion E-INSTANT, la communication sur « Rebâtir Notre-Dame », j’ai collaboré à la fiche récap en SNT de ma collègue sur les données structurées pour y intégrer les activités des élèves sur l’intelligence artificielle, et j’ai commencé à réfléchir sur une séance sur l’axe thématique « Cartographie et localisation » à mener l’an prochain.

  • 14 février

La période s’achève avec le deuxième cours à destination des étudiants de Master 2, et je n’aurai du coup que mes copies de CAPES interne à corriger pendant les vacances, qui seront assez studieuses…

Je vous souhaite également de belles vacances (peut-être moins studieuses que les miennes), vous souhaite bon courage et vous dis à très bientôt sur Cinephiledoc !

Notes de lecture sur les données (épisode 2)

Pour ce nouvel épisode de mes notes de lecture, que je vais tâcher de publier fort opportunément au moment du Safer Internet Day 2024, je fais la recension de deux ouvrages qui font figurer le Big Data dans leurs titres.

Néanmoins, si le sujet les rapproche, beaucoup de choses les éloignent dans la façon dont ils abordent la question, et c’est aussi ce qui m’a intéressée. C’est également leur approche du Big Data qui m’a rendu la tâche complexe pour en faire la synthèse.

Encore une fois, j’ai voulu me plonger dans des lectures présentes dans le fonds documentaire du CDI de mon établissement, et je n’ai pas forcément choisi les ouvrages que j’aurais moi-même commandé sur la question ou qui aurait forcément attiré mon attention de prime abord.

Dans cet épisode :

  1. un aperçu de ces deux ouvrages : Dans l’ombre de la peur : Le Big Data et nous et Petit dico critique du Big Data
  2. un panorama de la presse récente sur la question

Dans l’ombre de la peur : Le Big Data et nous, Michaël Keller et Josh Neufeld

Au moment où je commence l’écriture de cet article, ma lecture de cet ouvrage commence à dater, et j’ai un souvenir plus récent du second.

Par ailleurs, son format m’a donné l’idée de consacrer prochainement un cinquième épisode de notes de lecture à l’intelligence artificielle, un sujet qui ne cesse de me captiver cette année et qui retarde d’autant plus mes autres lectures professionnelles en projet, sur le numérique, les écrans ou encore sur le jeu.

Le format de cet ouvrage en rend la recension compliquée, puisqu’il s’agit d’une bande-dessinée publiée en 2017 aux éditions Ça et Là pour sa version française. En effet, il s’agit à l’origine d’une publication américaine datant de 2014.

Le traitement de la question du Big Data remonte ainsi à une dizaine d’années, mais en pose les jalons et revient sur certains éléments qu’il est intéressant de remettre en perspective aujourd’hui.

Le point de départ de cette bande-dessinée, qui aborde la question sous un angle états-unien, c’est une rencontre en 2004 entre les dirigeants de Google, l’ancien président Al Gore et une sénatrice américaine, Liz Figueroa pour parler de Gmail, et de la façon dont la messagerie proposait de la publicité ciblée en analysant les mots-clés présents dans les messages.

Cette sénatrice avait alors déposé un projet de loi exigeant que Google obtienne le consentement des utilisateurs avant d’appliquer toute analyse systémique des données, un projet qui finalement n’a pas été approuvé par le sénat de l’État de Californie.

Ce point de départ donne lieu à une analyse de la façon dont les données personnelles sont collectées dans les différentes applications numériques de la vie courante.

Il donne aussi un aperçu de l’accélération des technologies et de la façon dont les questions que l’on se pose ou que l’on a pu se poser sur cette collecte des données personnelles sont presque instantanément rendues obsolètes par le développement même de ces technologies.

Par exemple, au moment où ils posent la question de l’analyse des données cellulaires pour générer un bulletin du trafic routier, Google Maps opère déjà cette analyse, et leur offre comme perspective l’analyse quotidienne de la boîte noire d’un véhicule, les voitures autonomes, la question du traitement des données dans le domaine des assurances… enjeux que l’on retrouve au coeur des questionnements sur le Big Data en 2024.

Parmi les personnes interrogées sous le format BD par les deux auteurs, on retrouve danah boyd, autrice de C’est compliqué : la vie numérique des adolescents, publié en 2016, qui revient sur la façon dont les jeunes tentent de maîtriser les contenus postés sur les réseaux sociaux, ou encore Amanda Caswell, qui revient sur la façon dont les montres connectées récupèrent les données de santé de leurs utilisateurs.

L’épilogue de l’ouvrage « En voiture avec l’Uber économie » évoque le cas d’un chauffeur qui filme ses passagers, la façon dont usagers et employés d’un service se surveillent et se notent mutuellement, amenant un glissement vers les systèmes de crédit social chinois.

Je profite de ce glissement pour présenter ici le travail réalisé en EMC par deux élèves de seconde.

Timothée et Flavien se sont intéressés aux différentes formes de cyber-contrôle en Chine et ils ont utilisé le support ci-dessous (présenté ici avec leur autorisation à tous deux) pour illustrer leur exposé oral, qui était également de grande qualité.

Diapos issues de la présentation d’EMC de Flavien Amy et Timothée Cailleux (2nde13 – 2023/2024)

Exposé Timothée et Flavien cyber-sécurité

Mon avis sur l’ouvrage

L’ouvrage nous propose, avec un point de départ en 2004, une manière d’effectuer un arrêt sur image en 2014, que l’on peut remettre de notre côté en perspective en 2024, à l’heure où Google vient de fêter ses 25 ans, où Facebook souffle les bougies de son vingtième anniversaire et que Zuckerberg fait partie des dirigeants de réseaux sociaux interrogés par le Sénat américain, et que l’intelligence artificielle générative fait s’emballer différents domaines de publication en ligne.

Finalement, en feuilletant à nouveau cet ouvrage, j’y ai glané plus d’informations qu’à ma première lecture, que j’avais trouvé un peu plus récréative, puisque c’était la forme qui avait retenu mon attention et non le fond.


Petit dico critique du Big Data, sous la direction de Anaïs Theviot

Si le premier ouvrage me paraissait compliqué à résumer, ce n’est rien à côté du second, qui a été pour moi un véritable coup de cœur de lecture.

Il est rare pour moi de parler de « coup de cœur » pour une lecture scientifique et / ou professionnelle, mais c’est le cas pour cette dernière, au point que j’ai eu envie, ma lecture terminée, d’acheter le livre pour ma bibliothèque personnelle, après avoir accaparé pendant environ deux mois l’exemplaire du CDI…

Il faisait partie de ma commande de début d’année avec Data-Philosophie et un ouvrage sur Chat GPT dans lequel je me plongerai prochainement, et il s’agit d’une publication relativement récente, puisqu’il a été publié aux éditions Fyp en avril 2023.

Si j’ai eu du mal à décrocher de ce livre, c’est pour deux raisons.

La première, c’est parce qu’il propose un véritable travail de vulgarisation, sous la plume d’experts de la question : on y retrouve entre autres trois articles ou encarts écrits par Arnaud Mercier, l’article « Culture algorithmique » rédigé par Laurence Allard, l’article « Cyberharcèlement » rédigé par Sophie Jehel, ou encore le PageRank analysé par Guillaume Sire.

Bref, du beau monde, et les sources auxquelles ils renvoient invitent à prolonger le questionnement, comme l’article « Wikipédia » qui s’appuie sur l’ouvrage passionnant publié par Rémi Mathis en 2021.

La seconde, c’est la forme même de l’ouvrage, celle du dictionnaire, qui rend le propos à la fois transversal et très accessible au lecteur. Et c’est également cela qui le rend quasiment impossible à résumer, à moins de faire une liste des différents articles, ce qui ne serait pas très pertinent…

Si l’on se contente du sommaire, on peut voir que ce Petit Dico critique du Big Data aborde aussi bien les implications du Big Data dans des domaines aussi variés que l’administration, les assurances, la politique, le journalisme, l’environnement, la santé, les véhicules autonomes ou l’urbanisme.

Si je choisis d’utiliser cet article comme un classeur de marques-pages personnels, voici ce que je retiens :

  • l’article « Algorithme prédictif » de Baptiste Kotras qui revient sur la façon dont les algorithmes peuvent prédire nos comportements, et les biais et discriminations algorithmiques (avec un encart de rappel sur la notion de machine learning)
  • l’article « Big data électoral » d’Anaïs Theviot, qui m’a renvoyé à la lecture de précédente de Toxic Data, et qui propose ensuite un encart sur l’affaire Cambridge Analytica, de Camila Péres Lagos
  • l’article « Bulle de filtre » de Coralie Le Caroff et l’encart déjà mentionné sur le PageRank de Guillaume Sire
  • l’article « Cyberharcèlement » de Sophie Jehel qui en rappelle les différentes formes, ainsi que les mesures législatives pour lutter contre, et qui renvoie à la lecture de l’ouvrage de Bérengère Stassin publié en 2019
  • l’article « Data journalisme et soft journalism » de Erik Neveu qui revient sur les évolutions du métier de journalisme
  • les articles « Désinformation » de Lorella Sini, « Fact-checking » de Magali Prodhomme et « Fake news » d’Arnaud Mercier.

Ce dernier article revient sur la notion de fake news (auquel on préférera le terme « infox ») comme art de forger des informations pour tromper l’opinion publique par quatre voies : la numérisation, la plateformisation, la dissémination algorithmique et la ressemblance formelle avec les médias traditionnels pour en accroitre la crédibilité.

  • l’article « Données personnelles » d’Anne Bellon propose un rappel chronologique de la reconnaissance de la vie privée dans la loi (avec l’évolution des missions de la CNIL et l’adoption du RGPD)
  • l’article « Réseaux sociaux » de Frédéric Clavert qui fait lui aussi un rappel historique et revient sur la notion de bulle de filtre, avec un encart sur les GAFAM
  • l’article « Surveillance numérique » de Olivier Aïm avec un encart d’Arnaud Mercier sur Wikileaks
  • l’article « Web des émotions » de Camille Alloing et de Julien Pierre, et enfin l’article « Wikipédia » de Bernard Jacquemin

Mon avis sur l’ouvrage

Vous l’aurez compris, la lecture de cet ouvrage m’a complètement happée, et je le considère comme l’un des meilleurs que j’ai pu lire sur la question, et je pense qu’il s’agit d’une excellente porte d’entrée pour quelqu’un qui s’intéresserait à la question de l’utilisation des données numériques.

Je n’hésiterai pas à signaler ce livre aux élèves qui s’intéresseraient à ce domaine, que ce soit pour des recherches en EMC, en SNT ou dans le cadre de la préparation de leurs sujets de grand oral.

Vous l’aurez compris également, même si ce type d’ouvrage est irrémédiablement condamné par certains aspects à une certaine obsolescence, dans les applications qu’il donne en exemples, sa solidité théorique et son accessibilité font qu’il ne tardera pas à rejoindre ma bibliothèque personnelle.


Revue de presse

Concernant la revue de presse, j’ai retenu deux magazines abordant la question des données numériques selon deux approches différentes : le numéro d’Epsiloon de mai 2022 avec un article “Data, elles parlent” de Muriel Valin, et le numéro de Questions internationales de septembre 2021 consacré aux GAFAM. 

Questions internationales n°109, septembre-octobre 2021

Pour ce dernier, le dossier couvre près de 80 pages et propose 10 articles signés par différents experts. 

Parmi eux, l’article “Une géopolitique des GAFAM” de Laurent Carroué revient sur le berceau de ces big tech : la Silicon Valley, et sur la façon dont elles participent au hard power et soft power des États-Unis, finissant par concurrencer les puissances étatiques. 

Laurent Carroué revient sur le rôle des GAFAM dans la circulation de l’information mais aussi dans la diffusion des différentes formes de désinformation (deepfakes, thèses complotistes) à des fins politiques, posant régulièrement la question de leur régulation. 

Se pose également la question du stockage des données et de leur sécurisation, pour contrer la dépendance à ces géants du numérique. 

En deuxième lieu, j’ai retenu un encart de Maud Quessard dans ce même numéro : “L’administration américaine et les GAFAM : de la confiance à la défiance”, avec une photo qui a particulièrement retenu mon attention, puisqu’on y voit Mark Zuckerberg auditionné (déjà) en 2018 par le Congrès des États-Unis. 

L’encart montre l’ambivalence des États-Unis : lutter contre leur monopole tout en bénéficiant de leur rôle de moteur de croissance économique. Il revient également sur les ingérences étrangères et les manipulations de l’information dans le cadre des campagnes électorales en particulier sur Facebook et Twitter, ce qui a donné lieu à cette audition de Zuckerberg par le Congrès après le scandale Cambridge Analytica. 

Entre 2021 et 2022, les réseaux sociaux ont tenté de restaurer leur image, avant que Twitter ne soit racheté par Elon Musk et avant qu’en janvier 2024, Mark Zuckerberg soit de nouveau auditionné cette fois par le Sénat américain, avec d’autres dirigeants de réseaux sociaux, pour n’avoir pas suffisamment protégé les usagers les plus jeunes contre les risques d’exploitation sexuelle et de suicide. 

Enfin, le dernier article à retenir mon attention dans ce dossier est celui d’Anne Perrot, “Plateformes numériques, régulation et droit de la concurrence”, qui revient sur leur position dominante et sur les problématiques qu’elles posent en matière d’utilisation des données personnelles. 

Pour la France, Google détient en 2021 90% de part de marché dans le secteur des moteurs de recherche, et Facebook 70% dans celui des réseaux sociaux. Les données collectées sont monétisées via la publicité ciblée. 

L’article pointe la nécessité de réguler ces plateformes, avec l’élaboration fin 2020 de deux projets de réglements par la Commission européenne : le Digital Service Act pour les contenus et le Digital Markets Act pour essayer de limiter les situations de monopole. 

Valin, Muriel. Data : elles parlent. Epsiloon n°011, 05/2022, p.70-77

Cet article revient de manière très illustrée sur le macroscope, un outil scientifique proposé et présenté par David Chavalarias dans Toxic Data, qui faisait l’objet de mes précédentes notes de lecture sur les données numériques. 

L’article rappelle qu’en une seule minute sur Internet, 5.7 millions de requêtes sont lancées sur Google, 167 millions de vidéos sont regardées sur TikTok et 575000 tweets postés. 

David Chavalarias remet l’immensité des données collectées dans une perspective historique en rappelant que D’Alembert en 1751 rêvait déjà d’un arbre généalogique de la connaissance, rendu aujourd’hui possible avec les progrès de l’algorithmie. 

L’article propose différents exemples du macroscope : la représentation visuelle des publications scientifiques, des communautés climatosceptiques ou encore des échanges sur Twitter entre pro-vaccins et anti-vaccins durant la pandémie de Covid-19. 


Ressources complémentaires

  • Les infographies Data never sleepsavec ce qui se produit sur Internet en une minute

Nouvelle vague, entre rêve et réalité

Pour la première fois depuis quelques années, je n’ai pas en ce début d’année 3 ou 4 (voire 5) articles tout prêts et rédigés, écrits pendant les soirées d’hiver et les vacances de la Toussaint ou de Noël.

Si j’ai quelques lectures d’avance dans ma pile de livres sur le cinéma (enfin quelques… disons deux) et si j’ai aussi dans cette pile déjà les pistes des prochains articles, la transformation de la lecture en article a été bousculée par le planning de début d’année – dont vous avez ou aurez un aperçu dans les articles #profdoc.

Comme j’essaye également de poursuivre mes lectures scientifiques et professionnelles, les lectures cinéphiles et plus récréatives prennent aussi parfois du retard, et j’ai tendance à d’autant plus les savourer, sans forcément que me vienne immédiatement l’idée ou l’analyse qui me permettront d’écrire dessus.

Néanmoins, l’ouvrage qui m’intéresse aujourd’hui était en 2023 ma dernière lecture sur le cinéma (avant quelques romans, deux ouvrages scientifiques et trois bandes-dessinées), et j’avais la certitude d’avoir envie de lui consacrer un compte-rendu.

Suspension consentie de l’incrédulité

Autant le dire tout de suite, ce livre fait partie de mes coups de coeur de lecture de 2023.

Pas seulement parce qu’il parle de cinéma, mais aussi parce qu’il fait partie de ces textes à qui je laisse une place de choix dans ma bibliothèque, pour la simple et bonne raison qu’ils vont magistralement tisser un univers fictif autour du cinéma, et qui vont faire que, malgré une analyse très fine de la réalité, je vais en tant que lectrice marcher constamment sur le fil entre rêve et réalité.

En d’autres termes : ce sont les ouvrages qui me procurent cette « suspension consentie de l’incrédulité ».

Je recherche sans arrêt cette expression, je sais ce qu’elle évoque, j’ai souvenir dans une discussion avec des amis l’avoir eue sur le bout de la langue et très agacée de ne pas la retrouver, l’avoir recherchée sur Chat GPT.

Vous remarquerez que la formulation de ma question laissait quelque peu à désirer et que j’ai tout de même obtenu satisfaction… je n’en suis tout de même pas à faire rédiger l’intégralité de mes articles par une IA, et lorsque j’ai commencé à rédiger celui-ci, au lieu de retourner directement sur Chat GPT, j’ai cherché directement « suspension d’incrédulité » et suis allée consulter Wikipédia.

L’expression suspension consentie de l’incrédulité (de l’anglaiswilling suspension of disbelief) décrit l’opération mentale effectuée par le lecteur ou le spectateur d’une œuvre de fiction qui accepte, le temps de la consultation de l’œuvre, de mettre de côté son scepticisme.

Et cette définition était plus en accord avec l’ouvrage dont je vais parler dans un instant. En effet, mon interpellation de Chat GPT intervenait juste après la projection du dernier volet d’Indiana Jones, durant laquelle justement je peinais à ressentir cette suspension consentie de l’incrédulité.

En revanche, pendant ma lecture, j’étais comme un funambule sur le fil tendu par l’auteur qui, selon moi, s’amusait constamment à tester cette suspension : rêve ou réel ? Et cette tension, c’est elle que je perçois dans les meilleurs romans (du moins mes préférés) sur le cinéma.

Vertige littéraire dans l’usine à rêves

Dans mon panthéon des romans sur le cinéma, il y a entre autres :

  • Londres après minuit, d’Augusto Cruz qui est une pépite sur le cinéma muet,
  • Un renoncement de René de Ceccatty sur la figure de Greta Garbo,
  • Numéro Deux de David Foenkinos consacré au garçon qui n’a pas été retenu pour jouer Harry Potter,
  • et Le Figurant, qui nous entraine dans l’univers cinématographique de Truffaut, en particulier le tournage de Baisers volés.

Pour chacun de ces livres, je me suis demandée si ce que je lisais appartenait au domaine du rêve ou de la réalité, et l’ouvrage étant consacré au cinéma, la mise en abyme était double : une histoire de rêve dans une histoire rêvée.

Voilà donc ce que je guette quand j’ouvre un roman consacré au cinéma : ce vertige où j’en viens à douter et à hésiter entre fantasme, coulisses, reconstitution savante ou architecture minutieuse, et où finalement l’écrivain s’amuse avec moi comme si nous étions dans une scène d’Inception.

Le titre, avant et après la virgule

Je me souviens d’avoir vu ce livre et sa couverture jaune sur les présentoirs de la librairie Albin Michel du boulevard Saint-Germain à Paris.

Je me souviens (et je plagie à dessein Georges Perec, pour le citer plus loin) d’avoir pris le livre et d’avoir considéré pendant un moment la photo de Jean-Paul Belmondo et de Jean Seberg dans À bout de souffle qui figurait sur la première de couverture.

Je me souviens avoir été persuadée que le titre me donnerait une idée fidèle de l’ouvrage, et mon idée originelle était une reconstitution, elle aussi fidèle, exacte et exhaustive d’une époque.

Et ce n’est que quelques mois après, au fil de ma lecture, que j’ai pris toute la mesure de ce que supposait le titre, avant et après sa virgule : Nouvelle Vague, roman.

334. Je me souviens de la Nouvelle Vague

Nouvelle Vague, roman est donc le vertige sublime écrit par Patrick Roegiers et publié aux éditions Grasset en mai 2023.

Et autant j’étais persuadée qu’un des « Je me souviens » de Georges Perec était « Je me souviens du Parc Montsouris » – mais ma mémoire doit me trahir et c’est plutôt Prévert qui se souviens du Parc Montsouris…

– autant j’étais aussi convaincue en ouvrant le livre que j’irai avec lui d’un point A à un point B, des prémices de la Nouvelle Vague dans les bureaux des Cahiers du cinéma à ses influences les plus récentes.

J’ai donc suivi l’auteur dans ses pérégrinations, persuadée qu’il était un historien et un archéologue, et en cela mes petites brèches dans la connaissance du cinéma de la Nouvelle Vague lui étaient des aides précieuses.

Il y avait bien sûr des allers-retours, des percées poétiques de cette promenade, des détours entre hier et aujourd’hui (où aujourd’hui n’était pas tout à fait aujourd’hui) mais je suivais toujours mon guide.

Il m’a séduite à la page 122 avec son évocation du Parc Montsouris, forcément le plus beau de Paris, parce que c’est celui où j’allais petite et où déjà mes grands-parents emmenaient se promener mon père et son frère, et dont je guette chaque réappropriation du poème de Prévert* …

Il m’a définitivement conquise avec ses chapitres sur Truffaut, en particulier encore, toujours et encore, encore et toujours, l’évocation de cette scène sublime de Baisers volés, Delphine Seyrig, Jean-Pierre Léaud, Fabienne Tabard, Antoine Doinel et ce « Oui, monsieur ».

* Des milliers et des milliers d’années
Ne sauraient suffire
Pour dire la petite seconde d’éternité
Où tu m’as embrassé
Où je t’ai embrassée
Un matin dans la lumière de l’hiver
Au parc Montsouris à Paris
À Paris
Sur la terre
La terre qui est un astre.

Nouvelle Vague : rêve ou réalité ?

Et du coup si j’ai suivi l’auteur pendant les premiers chapitres en voyant dans son texte la reconstitution millimétrée d’une époque, j’ai très vite accepté de lâcher prise et d’être la spectatrice amusée de ses facéties littéraires et de ses manies.

Des listes, des énumérations, des dialogues, des sauts temporels, des rencontres (fictives ou avérées, au bout d’un moment on ne cherche plus à savoir) et puis à intervalles réguliers, comme un running gag, cette réécriture d’une scène du film On connait la chanson, avec Jean-Pierre Bacri et André Dussolier qui visite un appartement… jamais le même, mais toujours celui d’un film, d’un acteur ou d’un réalisateur de la Nouvelle Vague.

Et à lire ce dialogue savoureux entre Bacri et Dussolier, on entend presque leurs voix si singulières, et on s’imagine nous aussi les croiser pour visiter l’appartement d’à côté.

D’ailleurs, même si ce sont eux dont on se souvient le mieux, parce qu’ils viennent souvent au détour d’une page visiter un appartement, on croise les autres personnages du film, Camille, Odile, Claude… et évidemment on en croise bien d’autres, d’autres films, et d’autres réalisateurs.

Alors démêler dans cette fresque délirante ce qui appartient au rêve ou à la réalité devient véritablement secondaire, et on se laisse emporter par ce vertige, ou plutôt par cette vague, qui si elle nous est familière, parce qu’on en reconnaît certaines scènes vues et revues, parvient à nous sembler de nouveau nouvelle, grâce à la virtuosité et à l’ingéniosité de son auteur.


Grâce à ce roman j’ai eu envie de voir ou de revoir bon nombre de films qui y sont mentionnés :

  • évidemment Baisers volés pour cette scène troublante que je ne finis pas de savourer entre Delphine Seyrig et Jean-Pierre Léaud,
  • évidemment On connaît la chanson pour la thèse sur les paysans de l’an mil au lac de Paladru mais aussi pour sa bande-annonce où l’on voit Jean-Pierre Bacri réciter « Siffler sur la collline » Zaï zaï zaï zaï
  • et c’est le film Garçon ! de Claude Sautet que j’ai découvert à cette occasion, parce qu’il faisait partie des films de Claude Sautet que je n’avais jamais vus, moi qui pourtant revois régulièrement ceux avec Romy Schneider et le diptyque Un coeur en hiver / Nelly et Mr Arnaud.

Je vous laisse donc sur ces quelques images en suggestions et vous donne rendez-vous très bientôt pour un nouvel article sur Cinéphiledoc !

Janvier 2024 : séances et animations du CDI

Je vous souhaite à nouveau à toutes et tous une excellente année 2024.

Je publie un peu précocement cet article de janvier, car comme je fais partie des académies de la zone C, nous n’avons que cinq semaines entre la reprise de janvier et les vacances de février.

Cependant, comme je l’avais annoncé dans mon article du mois de décembre, ces cinq semaines sont particulièrement denses sur le plan professionnel, et il a fallu que je m’organise et que j’anticipe un certain nombre de choses au retour des vacances, et aussi que j’établisse clairement des priorités dans les activités à mener.

Aussi bien du point de vue des activités extérieures que des séances pédagogiques, mon agenda était bien rempli, et je vais tâcher d’en dresser un aperçu ici pour la période du 8 au 26 janvier.

Animations du CDI

Pour cette période de janvier, j’ai réussi à la fin des vacances à anticiper et à préparer un certain nombre de sélections thématiques, ce qui m’a fait gagner beaucoup de temps.

objectif : une sélection thématique par semaine

Pour la période janvier – mars, mon objectif est de pouvoir proposer une sélection thématique par semaine en m’appuyant, comme je l’ai indiqué dans l’article consacré au bullet journal, sur les événements nationaux et internationaux.

J’avais donc préparé trois sélections juste avant les vacances, et j’en ai préparé trois autres pendant cette période.

  • Journée mondiale Tintin / sélection BD (10 janvier)

J’ai installé cette sélection le lundi de la rentrée, en y ajoutant deux ouvrages que j’avais chez moi sur les jurons du Capitaine Haddock et sur les inventions du Professeur Tournesol.

Cette sélection a été proposé du 8 au 22 janvier.

  • Martin Luther King’s Day (16 janvier)

Cette sélection a été installée le 11 janvier et est toujours en place au moment où j’écris cet article.

  • Nuits de la lecture (18 – 21 janvier)

Pour cette sélection, je me suis appuyée sur les articles proposés sur le site officiel de l’événement, et je l’ai proposé au dessus des dernières nouveautés du rayon fiction mises à disposition au CDI.

La sélection a été installée le 15 janvier et est toujours en place.

  • Journée de la mémoire (27 janvier)

Enfin, le 22 janvier j’ai proposé une sélection autour de la Journée de la mémoire des génocides et de la prévention des crimes contre l’humanité :

Cette sélection permettait de mettre en valeur des ouvrages assez récents, en particulier en bandes-dessinées, sur cette thématique.

autres actions mises en place
  • Un nouveau puzzle collaboratif

Pour faire suite au deuxième puzzle qui n’avait pas vraiment fonctionné, nous avons laissé l’une de nos élèves choisir le puzzle suivant, qui met en scène l’univers de Harry Potter.

Installé le lundi de la reprise, il est toujours en place et peine quelque peu à avancer… même si les bords ont été posés.

  • Journées Portes Ouvertes (13 janvier)

Cette année, les JPO étaient organisées très tôt au lycée, directement le samedi de la semaine de la reprise, et il a du coup été un peu compliqué d’anticiper, mais nous avons tout de même réussi à réaliser un panneau de présentation et des marques-pages.

Nous nous sommes partagés la matinée : Roman a assuré la présentation du CDI sur les deux premières heures, et j’ai assuré les deux dernières.

Il s’agissait donc d’une reprise sur les chapeaux de roues, et pas seulement en terme d’animations, d’autant que d’autres actions ont été organisées au CDI (la suite des interventions de l’AJMF et la réunion des éco-délégués, entre autres).

Séances et actions pédagogiques

Voici les séances menées entre le 8 et le 26 janvier, ce sont principalement des séances en SNT.

Pour plus de lisibilité je vais indiquer ici les séances, leur intitulé et leurs objectifs, et les classes concernées.

internet et web
  1. Comprendre le web et internet à travers Google. Durant cette première séance, je pars d’un outil que tous les élèves connaissent et utilisent pour aborder avec eux des éléments historiques, la différence entre navigateur et moteur de recherche et le fonctionnement d’un moteur de recherche. Au retour des vacances, j’ai vu deux classes : les 2nde7 et les 2nde11.
  2. Comprendre les enjeux de l’utilisation d’internet et de publication en ligne. À l’aide de ressources mises à leur disposition, les élèves font par groupe des petits exposés de 2 à 5 minutes. Au retour des vacances, les 2nde11.
  3. Comprendre le droit d’auteur et la citation des sources. Pour cette séance (ma préférée) j’ai conçu un escape game qui remplace une précédente séance dont je n’étais absolument pas satisfaite. Au retour des vacances, les 2nde13, les 2nde4, et il me restera les 2nde11 et les 2nde7 début février.

Je sais que j’avais indiqué partager cet escape game et sa fiche élèves dans cet article, mais par souci d’équilibre, je le partagerai plutôt dans l’article du mois de février.

J’ai donc fini cette séquence pour quatre classes, avec en tout trois notes :

  • une note de participation individuelle et collective calculée avec les points gagnés sur l’application ClassDojo (en gros je convertis les intervalles de points en note sur 20),
  • une note d’exposé sur 10 avec 5 points sur la prestation à l’oral (note individuelle) et 5 points sur le contenu (note de groupe)
  • la participation à une campagne PIX dont le pourcentage de réussite est converti en note sur 20.
objets connectés et intelligence artificielle

Sur cette thématique, et en m’appuyant sur un scénario pédagogique construit à l’aide de mes lectures scientifiques, j’ai pu tester une séance avec une première classe lors de la semaine de la reprise.

Pour la deuxième classe avec laquelle j’ai travaillé, j’ai eu le privilège que l’une des séances soit observée par Mme Elisabeth Carrara, IGESR, qui m’a également sollicitée pour intervenir à l’IH2EF sur la question de l’intelligence artificielle le 25 janvier.

C’est la raison pour laquelle je ne partage pas encore le détail de cette séance et de cette intervention, que vous retrouverez un peu plus tard dans l’année.

autres séances

Durant cette période, j’ai également co-animé d’autres séances :

  • EMC (seconde) : une collègue m’a sollicitée pour suivre ses élèves dans le cadre de recherche au CDI. Au mois de janvier, nous avons poursuivi l’évaluation conjointe des passages à l’oral des élèves.
  • EMC (première) : deux classes travaillent sur le thème du lien social en s’appuyant sur les ressources du CDI, avec les mêmes modalités d’organisation que les classes de seconde en EMC.
  • EMC (terminale) : un collègue nous a sollicité pour travailler avec deux de ses classes sur les controverses scientifiques.

Communication

Ce mois-ci, les actions de communication se sont concentrées sur les animations proposées et mentionnées plus haut.

Bulletin de veille E-INSTANT CDI

Concernant ce bulletin de veille que j’essaye d’envoyer à peu près régulièrement aux enseignants, je n’ai absolument pas eu le temps de le mettre à jour, donc je le garde sous le coude pour février.

Blogs sur l’ENT

Pour ces trois blogs, j’ai pris l’initiative la dernière semaine de décembre de les basculer en mode public, afin de leur donner un peu plus de visibilité et que vous puissiez voir plus concrètement comment ils fonctionnent, même si je ne les alimente pas toujours avec la dernière assiduité…

Ce mois-ci, 4 articles publiés : la sélection Tintin, le Martin Luther King’s Day, les Nuits de la lecture et la Journée de la mémoire.

Généralement, lorsque j’installe une sélection, je publie directement l’article dans la foulée et je fais également un post sur Instagram.

Pas d’article publié ce mois-ci.

Un article publié ce mois-ci, pour présenter les webinaires de l’université Paris-Saclay.

Généralement, une fois les dates passées, je supprime les articles concernés.

Compte Instagram du CDI

Le compte Instagram du CDI poursuit sa lancée, et c’est le canal de communication sur lequel j’ai le plus de facilité à publier.

  • photos postées directement

Le 9 janvier j’ai posté une vidéo présentant le réaménagement du coin VO ANGLAIS (à retrouver plus bas dans la présentation sur la signalétique).

Le 11 janvier, en prévision des Journées Portes Ouvertes, j’ai posté les sélections thématiques installées au CDI.

  • visuels réalisés ce mois-ci

Le 7 janvier, la veille de la rentrée, j’ai posté une vidéo réalisée sur Canva pour souhaiter une bonne année aux abonnés du compte :

J’ai ensuite posté successivement les sélections thématiques déjà mentionnées plus haut.

Le 18 janvier j’ai posté un rappel sur la fermeture du CDI, puisque se tenait le lendemain la réunion de bassin des professeurs documentalistes à laquelle nous participions.

  • les aventures de Chat Bla-bla

Du coup Chat Bla-bla continue à apparaître dans quelques publications (surtout quand je me déplace), notamment durant cette réunion de bassin.

Autres activités

Enfin j’en termine comme à mon habitude par les autres activités professionnelles de la période, et avec la mini-rubrique des mercredis studieux.

Réunions, stages, déplacements
  • 11 janvier : j’ai passé la certification PIX au médiapôle de Gif.
  • 19 janvier : réunion de bassin des professeurs documentalistes du Centre Essonne et du Sud Essonne sur le marketing documentaire.

Durant cette réunion, j’ai proposé une intervention sur les évolutions de la signalétique au lycée.

La présentation revient notamment sur les travaux de refonte réalisés par mes collègues dans les différents rayons, ainsi que sur la façon dont on peut repenser, rafraichir ou rendre visible certains rayons, tout en tenant compte de la problématique de l’évolution des espaces.

  • 25 janvier : intervention à l’IH2EF à Poitiers sur intelligence artificielle générative et professeurs documentalistes

Je reviens ultérieurement plus en détail sur cette intervention.

Les mercredis studieux

Voici un petit aperçu de mes mercredis de cette période, dans lesquels pour certains je mixe également les autres travaux menés sur mon temps libre.

  • 4 – 7 janvier : j’ai préparé sur ces quelques jours pour m’avancer et anticiper sur ma charge de travail plusieurs supports d’intervention :

une première version du support pour l’intervention du 25 janvier à l’IH2EF sur l’intelligence artificielle ; une présentation pour une autre intervention prévue le 30 janvier à destination des IA-IPR EVS stagiaires à la demande de Martine Sache ; un temps de travail avec Ketty Joly, CPE à Brétigny avec qui je dois justement intervenir le 30 janvier ; un escape game préparé pour l’occasion ; les trois visuels (Bonne année / Nuits de la lecture / Journée de la mémoire) réalisés sur Canva.

  • 10 janvier : c’est reparti, retour des mercredis studieux :

J’ai animé une séance de SNT sur l’intelligence artificielle avec les 2nde14, j’ai fait une deuxième puis une troisième version pour l’intervention du 25 janvier, l’inscription à la semaine de la presse et des médias à l’école, et j’ai fini la journée avec : la publication d’un article sur les données numériques, la préparation d’un cours de master 2 pour le deuxième semestre, la suite de la lecture d’un ouvrage sur le Big Data.

  • 17 janvier : ça continue et ça déborde un peu sur le week-end

J’ai animé une séance de SNT sur l’intelligence artificielle avec les 2nde1, j’ai préparé la présentation sur la signalétique au lycée, j’ai suivi d’une oreille un webinaire du CLEMI « De la donnée à l’infographie », j’ai préparé la première demi-journée d’un de mes stages sur « Dynamiser sa veille et visibiliser son action » et j’ai poursuivi mes lectures sur le Big Data.

  • 24 janvier : on ralentit un peu mais parce que les autres jours que le mercredi sont bien remplis

J’ai passé la matinée à préparer mon PPCR, prévu cette année, et j’ai rédigé cet article. J’ai terminé la journée en révisant mon intervention du lendemain.

Voilà pour ces activités des trois premières semaines de janvier, je m’arrête pour cet article. Vous retrouverez prochainement le premier compte-rendu de lecture cinéphile pour 2024, et le prochain article #profdoc un peu plus tard dans le mois de février.

D’ici là, je vous souhaite bon courage et vous dis à très bientôt sur Cinephiledoc !

Notes de lecture sur les données (épisode 1)

Dans ce nouvel épisode de mes notes de lecture, j’ai voulu me pencher sur la question des données numériques, pour prolonger les précédentes notes de lecture consacrées plus spécifiquement à l’intelligence artificielle.

Pour préparer cet article, je me suis donc plongée pour l’instant dans deux ouvrages, et dans une sélection de ressources que j’avais consultées durant le traditionnel Cybermoi/s, et qui m’ont également servi à construire mes séances en SNT.

Petite précision concernant ces notes de lecture, il s’agit encore une fois de comptes-rendus subjectifs, et qui me permettent de garder une trace de mes lectures.

Je donne aussi mon ressenti global à la lecture des ouvrages et des articles qui me tombent sous la main, moins pour en faire une critique que pour témoigner de leur accessibilité et en indiquer les prolongements possibles.

Dans cet épisode :

  1. un aperçu de deux ouvrages que j’ai parcouru et qui abordent la question d’un point de vue philosophique et politique : Data-Philosophie et Toxic Data
  2. sélection de ressources

Data-Philosophie, de Sonia Bressler

J’ai acheté ce livre pour le CDI en septembre 2023, parce qu’il m’apparaissait important d’enrichir le fonds philosophie d’ouvrages traitant de problématiques récentes, et propices à intéresser les élèves suivants notamment les spécialités HLP et HGGSP mais également pour permettre à l’ensemble des élèves d’approfondir des notions abordées en cours de philosophie.

L’ambition de ce livre, comme son titre et son avant-propos le rappellent, est donc de lier la pensée philosophique à la question des données numériques, et il soulève des problématiques déjà abordées dans les ouvrages que j’avais pu consulter sur l’intelligence artificielle (voir épisode 4), notamment la question du transhumanisme.

Dans l’introduction, l’auteure rappelle les domaines que recouvre la data-philosophie, à savoir la connaissance, les enjeux éthiques de la collecte et de l’utilisation des données, et, dans une moindre mesure pour cet ouvrage (en tout cas moindre que par exemple l’ouvrage de Pascal Boniface), les implications géopolitiques.

Data-Philosophie est construit en trois parties : contextualisation de la data-philosophie, implications de cette dernière et perspectives critiques.

Première partie : contextualisation de la data-philosophie

Dans cette partie, l’auteure propose un historique de la pensée philosophique en lien avec les données numériques. Elle étudie les ramifications les plus anciennes de la philosophie avec les enjeux actuels de l’accès à la connaissance, de l’esprit critique, de l’intelligence artificielle, etc.

Voici quelques étapes de ces ramifications :

  • Platon et l’allégorie de la caverne
  • Aristote et la classification des connaissances, ainsi la nécessité d’utiliser les données de manière éthique et responsable
  • Descartes : doute méthodique (esprit critique), dualisme homme / machine
  • Leibniz : système de notation binaire, langage universel
  • Kant : impératif catégorique et éthique des données
  • Charles Sanders Peirce : distinction entre signe / objet et interprétant, ce qui permet d’avoir un recul sur la manière dont sont traitées, analysées et interprétées les données
  • les relations entre données et connaissance avec Bertrand Russell, Karl Popper et Thomas Kuhn

L’auteure revient ensuite sur l’émergence du domaine de la data-philosophie à proprement parler (ordinateurs  – internet – réseaux sociaux) et sur :

  • les problèmes éthiques qu’elle soulève : respect de la vie privée, sécurité des données, biais algorithmiques, transparence et responsabilité
  • les problèmes épistémologiques et ontologiques : rapport à la connaissance et à la vérité (fiabilité de l’information), biais, représentativité des données
  • l’interdisciplinarité de la data-philosophie avec les sciences de l’information, la sociologie, la psychologie et les sciences politiques

Elle évoque les apports de deux contributeurs à la data-philosophie : Luciano Floridi qui a introduit le concept d’infosphère et Tim Berners-Lee, fondateur du World Wide Web, concepteur du web sémantique et défenseur de la démocratisation et de la décentralisation du web.

Enfin, cette première partie revient sur les concepts clés de la data-philosophie, déjà rapidement évoqués :

  1. la relation entre les données, la connaissance et la réalité : biais potentiels des algorithmes, interprétation des données, utilisation des données personnelles à des fins politiques, infodémie et relation des individus à l’information
  2. la représentativité des données et la façon dont ces dernières peuvent influencer notre compréhension de la réalité
  3. les principes éthiques de l’utilisation des données (vie privée, confidentialité, transparence, responsabilité)
Deuxième partie : les implications de la data-philosophie

Dans cette deuxième partie, l’auteure revient sur les enjeux politiques, sociaux et humains que soulèvent les données numériques, et propose des pistes de réflexion afin d’appréhender leur utilisation de manière éthique et responsable.

Je ne vais pas revenir de manière approfondie sur ces différents enjeux, sauf ceux qui ont plus particulièrement retenu mon attention.

Dans un premier chapitre, Sonia Bressler aborde les implications éthiques : l’importance du consentement et de la transparence (avec les problématiques de respect de la vie privée), la nécessité d’un accès équitable aux données et de la lutte contre les discriminations.

Dans un second chapitre, elle aborde les implications épistémologiques : les limites de la connaissance basée sur les données et la question de la fiabilité de l’information.

Elle revient sur les enjeux de la sélection des données dans le fonctionnement des modèles prédictifs et explicatifs (machine learning, agents) et à nouveau sur les biais algorithmiques notamment dans le domaine de l’emploi (recrutement), de l’économie (accès au crédit, publicité) et de la reconnaissance faciale.

Le dernier chapitre porte sur les implications politiques et sociales :

  • démocratie et gouvernance : la façon dont les données numériques participent de la polarisation des débats politiques, des bulles de filtres et de la manipulation des opinions publiques (ce qui est développé par le deuxième ouvrage que j’évoquerai dans cet article, Toxic Data), l’atteinte à la vie privée, mais également la question de la désinformation avec les biais de confirmation et l’influence sur les comportements électoraux et sociaux
  • protection des droits fondamentaux avec un rappel de la protection des données (RGPD, droit à l’oubli…)
  • la transparence et la responsabilité des institutions, la question de l’ouverture des données / open data (voir le site data.gouv)
  • la participation citoyenne des individus aux questions relatives aux données et donc la nécessité de l’éducation (littératie des données, esprit critique)
  • la relation des données aux domaines de l’économie et du travail (automatisation, protection des travailleurs et innovations technologiques)
troisième partie : perspectives critiques

Dans cette dernière partie consacrées aux débats et controverses en lien avec les données numériques, Sonia Bressler revient dans un premier temps sur les questions de neutralité et d’objectivité des données.

Les données et algorithmes peuvent-ils être neutres ? La question permet de rappeler les différents biais qui peuvent intervenir dans le traitement des données, que ce soit en amont dans la collecte de ces données (échantillonnage non représentatif) ou en aval dans leur traitement (biais de confirmation). Elle aborde également les biais qui interviennent durant la conception des algorithmes ou dans leur fonctionnement (apprentissage automatique).

Humanisme et technologie revient sur les différents penseurs qui alertent sur la déshumanisation de la société (incitation à la surconsommation, dépendance numérique) et sur les enjeux éthiques des innovations technologiques, avec la nécessaire collaboration entre humains et machines.

Le dernier chapitre de l’ouvrage revient sur les enjeux actuels des données numériques et de l’intelligence artificielle, avec à nouveau la nécessité de transparence, les implications éthiques et sociales, la relation entre intelligence artificielle et développement durable, la mise à jour des cadres réglementaires et de la législation.

Mon avis sur l’ouvrage

J’ai trouvé cette mise en relation entre la philosophie (et plus particulièrement ses ramifications anciennes) et les données numériques particulièrement éclairante.

Cela m’a rappelé d’autres lectures, plus anciennes, que j’avais pu faire lorsqu’il s’agissait de préparer les épreuves du CAPES de documentation, et même encore plus loin, les cours de philosophie suivis en terminale et en prépa.

C’est tout l’intérêt de cette question, de voir également la transversalité des données numériques.

Par contre, l’ouvrage a tendance, en voulant insister sur les différents aspects et enjeux des data, parfois à se répéter et à étirer ces problématiques, et j’avoue que cette lecture a été pour moi un peu plus laborieuse que les autres.

Elle permet cependant de prendre de la hauteur par rapport à l’ouvrage que je vais désormais aborder, et que pourtant j’avais lu en premier.


Toxic Data, de David Chavalarias

J’avais ce livre depuis le mois de juin dans ma bibliothèque, et après mes quelques lectures sur l’intelligence artificielle, il m’a paru presque récréatif…

Il apporte un éclairage spécifiquement politique à la question des données numériques et complète à la fois l’ouvrage de Sonia Bressler sur la data-philosophie et l’ouvrage de Pascal Boniface sur la géopolitique de l’intelligence artificielle.

L’auteur ancre son contexte dans la crise provoquée par la prise d’assaut du Capitole par les militants trumpistes suite aux résultats des élections américaines en 2021. Son analyse porte ensuite sur la manière dont les réseaux sociaux transforment la circulation de l’information et influencent les comportements politiques.

Il s’appuie sur un projet lancé en 2016 avec une équipe du CNRS : le Politoscope, qui collecte les messages émis sur Twitter par les comptes appartenant à la sphère politique.

L’ouvrage se décline en 14 chapitres que je vais tâcher de résumer, et propose également des visuels et des outils pour mieux appréhender la question.

chapitre 1 : la france dans le collimateur de l’alt-right

David Chavalarias étudie dans ce chapitre l’utilisation des mèmes pour marquer l’opinion publique, et donc sur le ressort émotionnel de l’information.

Ce mode de communication est utilisé durant la campagne de 2017 par les militants extrémistes, qui vont utiliser la faille de notre système électoral : le fait de ne retenir au second tour des élections que les deux candidats arrivés en tête, ce qui polarise d’autant plus la campagne.

Il analyse également la provenance de ces messages et leur temporalité, l’utilisation des bots pour diffuser les messages, la rapidité de circulation de l’information, et souligne l’habitude que nous avons prise de recevoir cette information de manière instantanée sans forcément la remettre dans son contexte.

chapitre 2 : que se passe-t-il derrière l’écran ?

Ce chapitre revient principalement sur le fonctionnement du réseau social Twitter, la façon dont se forment les communautés (homophilie / influence sociale).

chapitre 3 : nos réseaux sociaux vus du ciel

L’auteur y étudie la participation des différentes communautés politiques à des campagnes de dénigrement de personnalités, et la représentation cartographiques des comptes politiques sur Twitter.

Cela lui permet d’approfondir les phénomènes de diffusion des fausses informations, de bulles de filtres et de repli sur soi.

chapitre 4 : quand les algos partent en vrille

Ce chapitre est l’un des plus captivants : il s’intéresse à une expérience menée par un utilisateur de Facebook qui avait décidé de liker tout ce qui apparaitrait sur sa page Facebook, pour observer la façon dont le fil d’actualités se modifiait en conséquence (filtrage collaboratif).

chapitre 5 : libres de se laisser enfermer

L’auteur étudie trois phénomènes intervenant sur les réseaux sociaux :

  • renforcement
  • contagion algorithmique
  • bulle de filtre

ainsi que le biais de confirmation, mais également le biais de négativité, qui consiste à privilégier ce qui va accentuer nos peurs dans la réception des messages (les informations négatives) plutôt que les informations positives, et là encore le ressort émotionnel des réseaux sociaux.

chapitre 6 : toxicité à tous les étages

Citation de Marshall McLuhan :

Nous façonnons nos outils, et par la suite, nos outils nous façonnent.

À la différence d’un repas familial où nous allons adapter (généralement) nos sujets de conversation à l’auditoire pour éviter de fâcher untel ou untel, nous recevons sur les réseaux sociaux (l’auteur étudie ici le fonctionnement de l’algorithme de Facebook) toutes les informations postées par notre entourage, mettant en lumière des divergences qui autrement auraient pu rester invisibles.

chapitre 7 : quand c’est gratuit, c’est vous le produit

Dans ce chapitre, l’auteur revient sur la collecte systématique et à grande échelle des données, sur le ciblage publicitaire et sur le détournement de ce ciblage à des fins politiques.

Il se penche aussi sur la manipulation des résultats de recherche et sur les suggestions proposées, notamment par l’algorithme de Google. L’auteur propose à titre d’exemples les suggestions de recherche obtenues en tapant le nom des cinq candidats les mieux placés aux élections présidentielles de 2022.

chapitre 8 : diviser pour mieux régner depuis l’étranger

Ce chapitre étudie les phénomènes de désinformation intervenant dans les campagnes électorales (États-Unis, France) depuis l’étranger (Russie) pour influencer les résultats – ou comment l’information (et la désinformation en l’occurence) est utilisée comme moyen de déstabilisation et de division intérieure.

Ces stratégies sont proposées dans l’ouvrage de Sun Tzu, L’Art de la guerre : division entre inférieurs et supérieurs, désinformation (aussi appelée division de mort), corruption.

Elles sont approfondies dans le chapitre suivant, Subversion 2.0, qui revient également sur l’émergence du réseau social Tik Tok.

chapitre 9 : subversion 2.0
  • le réseau social Tik Tok et ses critères de modération contestables
  • retour sur le chatbot Tay lancé par Microsoft capté par des trolls
  • premières analyses du fonctionnement des agents GPT-2 et GPT-3
chapitre 10 : check-up d’une démocratie malade

L’auteur revient ici sur les évolutions du monde politique induites par les réseaux sociaux : fragmentation du monde politique, dérapage vers les extrêmes.

Ces problématiques sont approfondies dans le chapitre suivant, « La démocratie, première victime du Covid-19 », qui se penche sur les chambres d’écho antivax.

Le chapitre 12 s’intéresse quant à lui à la montée du populisme, en étudiant les principales sources de désinformation sur Twitter et les rapports ambigus entre médias traditionnels et médias numériques (rôle de C News dans la campagne d’Éric Zemmour), avec un prolongement dans le chapitre 13, introduit par une référence à la pièce Rhinocéros de Ionesco.

L’auteur finit par étudier dans le dernier chapitre deux concepts à l’oeuvre dans la société actuelle et mettant en péril le processus démocratique : la rigidité d’une société (influence sociale) et la dépendance au chemin (phénomène de renforcement).

En conclusion, il propose deux types de recommandations, au niveau individuel et collectif pour renverser la vapeur, parmi lesquelles :

  1. puisez à la source, aiguisez votre sens critique, identifiez vos « vrais amis », dissociez vos différents réseaux, ayez l’oeil sur vos émotions, prenez vos distances, fuyez les notifications…
  2. donnons la priorité à l’éducation

En annexe de son propos il donne une liste de sophismes à éviter pour de meilleurs débats en ligne, ainsi qu’un glossaire.

Mon avis sur l’ouvrage

Cet ouvrage est absolument captivant, et je me suis retenue de ne pas en faire une recension encore plus poussée.

Les recommandations en fin d’ouvrages peuvent, selon moi être réutilisées en classe pour travailler avec les élèves sur l’esprit critique. De même le glossaire reprend les termes incontournables de l’ouvrage.

Toxic Data m’a permis de tirer des fils et de revenir sur des ressources que j’avais déjà repérée : la vidéo de Fouloscopie sur les réseaux sociaux, le site Seriously qui permet de pacifier des discussions sur Internet, ou le site de Stéphanie de Vanssay, Dompter les trolls.


 Ressources

Page 1 sur 85

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén