cinephiledoc

Blog pour cinéphiles et profs docs

Étiquette : cinéma (Page 2 sur 40)

Celui par qui le scandale se projette

Lorsque j’ai commencé à feuilleter le livre qui m’intéresse dans cet article, c’est une scène de Cinema Paradiso qui m’est revenue en mémoire.

Flashback

L’une des premières scènes, au début du flashback.

Seul dans la salle de cinéma, le curé du village de Sicile fait projeter sur l’écran les films qui seront proposés aux spectateurs du cinéma.

À chaque scène tendancieuse, à chaque baiser sulfureux entre deux personnages, à chaque dévoilement érotique d’une forme féminine, ne serait-ce qu’entrevue, le même geste est répété d’une manière comique : le père Adelfio agite frénétiquement sa clochette avec réprobation et fait couper la scène par le projectionniste.

Caché derrière un rideau, Toto assiste à ce découpage systématique qui prive les spectateurs d’une partie du film.

Lui qui est le témoin des coulisses n’en est que amusé lorsqu’il observe les réactions de ses voisins de fauteuil une fois la projection lancée : sifflements, huées, et manifestations de désespoir, l’un d’eux commentant le fait que depuis tout le temps qu’il va au cinéma, « j’en n’ai jamais vu qui s’embrassent ».

Par Elena Green artist — Travail personnel, CC BY-SA 4.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=85728347

Après l’incendie du cinéma, celui-ci est reconstruit grâce au millionnaire Spaccafico, et prend le nom de « Nuovo cinema paradiso ». Durant la projection organisée pour l’inauguration, la première scène de baiser non censurée est acclamée par les spectateurs, qui remercient le nouveau propriétaire, lequel se frotte les mains à la pensée de cette opportunité financière à venir, confirmée par la projection quelques années plus tard du film Et Dieu… créa la femme.

Mises en abyme et séries cinéphiles

Petit saut et allers-retours dans le temps puisque je profite de cette lecture, et de ces souvenirs qu’elle a suscités, pour en évoquer d’autres.

Cinema Paradiso reste encore aujourd’hui l’un de mes films préférés (avec La Nuit américaine), et s’il me permet d’aborder la thématique de la censure, il pourrait me permettre (ou m’a déjà permis) d’évoquer n’importe quel autre sujet, au choix : le cinéma en général, les histoires d’amour et d’amitié, l’Italie et la Sicile, Philippe Noiret, Jacques Perrin, les musiques d’Ennio Morricone, les affiches de cinéma et Autant en emporte le vent

Au moment où j’écris cet article, une série télévisée française sur Brigitte Bardot est diffusée, et j’y reviendrai dans un instant, puisque Bardot semble être devenue, un peu malgré moi et malgré elle, le fil conducteur de cet article.

J’ai eu plusieurs fois l’occasion d’y revenir : j’adore les mises en abyme.

C’est donc tout naturellement que je vais être attirée par Cinema Paradiso comme par La Nuit américaine (ou plus récemment par Once upon a time in Hollywood) et plus généralement par tout ce qui met en scène les coulisses de la création (artistique), que ce soit dans la peinture, la littérature, le cinéma ou les séries télévisées, au premier rang desquels en la matière je place :

  • The Newsroom : une série en trois saisons créée par Aaron Sorkin qui revient sur le quotidien d’une chaîne d’information en continu ;
  • Dix pour cent, qui reste pour moi l’une des meilleures séries télévisées françaises, avec la vie d’une agence artistique ;
  • Et tout en haut du podium à un niveau que je qualifierais de stratosphérique, la série Feud qui met en scène la rivalité de Bette Davis et Joan Crawford sur le tournage du film Qu’est-il arrivé à Baby Jane ?

C’est donc à nouveau tout naturellement que la série Bardot aura titillé ma curiosité, ajoutant à cet intérêt pour la mise en abyme un intérêt pour l’histoire du cinéma, dont Bardot fait évidemment partie, et un intérêt pour la période historique évoquée par cette création.

Chapitre Bardot

Soyons honnête, je ne connais Bardot que de manière très rudimentaire, et même ce qui constitue les pièces maîtresses de son mythe, je ne les connais que par échos et par référence : les extraits projetés dans Cinema Paradiso et les évocations dans tel ou tel documentaires.

Je n’ai vu ni Et Dieu… créa la femme, ni Le Mépris, qui sont généralement les incontournables des cinéphiles en la matière. Le seul film que j’ai pu voir et revoir avec elle est Viva Maria ! avec Jeanne Moreau.

Finalement je connais mieux Bardot telle que l’a chantée et faite chanter Serge Gainsbourg, puisque pour moi elle reste indissociable de Bonnie and Clyde et Initials BB.

C’est tout de même avec curiosité que je me suis plongée dans la lecture du chapitre consacrée à Et Dieu… créa la femme, l’un des plus de 80 chapitres du l’ouvrage auquel s’intéresse cet article.

Pourquoi ça coupe ?

Il s’agit de l’ouvrage de Guillaume Evin, C’est un scandake ! Ces films qui ont choqué leur époque : de 1915 à nos jours, publié en mai 2022 chez Casa éditions.

Si je l’ai choisi, c’est pour deux raisons.

D’abord pour l’intérêt que l’on peut qualifier de professionnel qu’en tant que professeur documentaliste je porte au phénomène de censure.

En 2019, j’avais proposé une exposition thématique aux élèves sur les livres qui ont un jour été interdits (et sur les livres qui peuvent être interdits pour des raisons parfois surprenantes) :

Ensuite, en tant que cinéphile, pour la façon dont cette dernière s’est manifestée dans l’histoire du cinéma, notamment à travers le fameux Code Hays aux États-Unis :

  1. « Aucun film ne sera produit qui porterait atteinte aux valeurs morales des spectateurs. De la même manière la sympathie du spectateur ne doit jamais aller du côté du crime, des méfaits, du mal ou du péché ».
  2. « Des standards de vie corrects, soumis uniquement aux exigences du drame et du divertissement, doivent être montrés ».
  3. « La loi, naturelle ou humaine, ne sera pas ridiculisée et aucune sympathie ne sera accordée à ceux qui la violent »

mais surtout à travers la façon dont les cinéastes redoublaient de virtuosité et d’ingéniosité pour s’en affranchir ou le contourner, comme Hitchcock dans Les Enchaînés, La Main au collet ou La Mort aux trousses.

Pourquoi à un moment donné, pour tel ou tel film, il va y avoir un père Adelfio qui va agiter une clochette, et pourquoi quelques années plus tard, on se demandera, à la manière de Shakespeare, si tout cela n’était pas, finalement, beaucoup de bruit pour rien ?

C’est l’entreprise que propose de reconstituer Guillaume Evin dans son ouvrage : en se penchant sur un peu plus de 80 films, de Naissance d’une nation de Griffith (1915) à Grâce à Dieu de Ozon (2019), il étudie le contexte historique, politique, religieux et social qui fait que la sortie d’une oeuvre cinématographique va échauffer, voire enflammer les esprits, avant généralement un épilogue heureux, ou du moins apaisé qui voit le film reconnu, ou en tout cas accepté.

Le décryptage est passionnant, et l’on peut feuilleter le livre littéralement et dans tous les sens :

  • soit chronologiquement, ce qui permet en quelque sorte d’étudier l’évolution en parallèle du cinéma et de la société,
  • soit au hasard d’un film qui nous a marqué ou dont nous avons perçu, comme pour un séisme, les répliques de ce scandale qu’avait suscité sa sortie en salle… comme l’a fait pour moi la diffusion de la série Bardot, laquelle m’a donné envie de relire le chapitre dédié à Et Dieu… créa la femme.

Chaque chapitre s’ouvre de la même façon, et va mettre le lecteur / spectateur en appétit : le titre du film, son réalisateur et l’année de sa sortie. Puis un sous-titre qui donne très brièvement une clef de lecture, suivi d’un synopsis rappelant là aussi très succinctement l’intrigue.

Quelques exemples glanés au fil des pages :

  • Scarface, d’Howard Hawks (1932) : Les Borgia au temps de la prohibition
  • Le Corbeau, d’Henri-Georges Clouzot (1943) : Un volatile si encombrant : antifrançais sous Vichy, antipatriotique à la Libération
  • La Vie est belle, de Roberto Benigni (1998) : Peut-on rire avec la Shoah ?

Pour ne les avoir pas vus, ou pour qu’ils m’aient laissée indifférentes, je suis passée rapidement sur certains films, non sans en avoir retenu les arguments des censeurs : ces films choquant tel ou tel camp de tel ou tel conflit, ou les ligues de vertus de pour le regard porté sur un élément ou un autre de la religion…

Si d’autres m’ont intriguée ou amusée (de La Grande illusion à Tenue de soirée), le tour de force en revient très curieusement au film de Marcel Carné Drôle de drame, dont je n’aurai pas pu soupçonné qu’il ait pu prêter au scandale, et dont un détail, glané au cours de ma lecture, m’a donné l’envie immédiate de revoir le film :

L’image n’étant peut-être pas des plus parlantes, il faut que j’y ajoute une explication : cette page revient en détails sur ce qui a pu choquer dans le film Drôle de drame, et ce n’est pourtant pas ces informations qui ont mis ma lecture en pause.

En effet, dans ce film que je croyais connaître (pas forcément sur le bout des doigts), Guillaume Evin glissait quelque chose qui m’avait complètement échappé : le petit rôle de Jean Marais, une apparition des plus furtives qu’il m’a quand même fallu vérifier.

Et peut-être l’ai-je déjà dit un nombre incalculable de fois : ce qui fait d’un livre sur le cinéma, selon moi, un excellent livre sur le cinéma, ce n’est pas seulement de susciter chez le lecteur / spectateur le souvenir des scènes, et les allers-retours constants d’un film à l’autre ou d’une image à l’autre, c’est l’envie irrépressible de mettre la lecture en pause pour lancer le film.

Et cela, Guillaume Evin le réussit à la perfection dans C’est un scandale !


Voilà pour ce dernier article cinéphile de la période, avant le dernier article profdoc du mois de juin, et les hors-série de cet été. Belles lectures et beaux films à toutes et tous et à très bientôt sur Cinephiledoc !

La recette de la bonne humeur

Au moment où je commence à écrire cet article, nous sommes au lendemain du 27 janvier.

Oui j’ai décidément cette année une belle avance dans l’écriture de ces articles cinéphiles.

Si je rajoute que j’avais ce livre sur ma pile de lecture depuis le mois de décembre 2022, et que je l’ai également lu à cette période, cela peut donner une petite idée de mon rythme d’écriture de cette année.

Je n’ai pas eu de grandes difficultés, comme les années précédentes, à trouver ou à lire les ouvrages dont je souhaitais faire un compte-rendu, et j’aime bien profiter de quelques week-ends pluvieux ou grelottants pour écrire ces articles.

Pour celui-ci, le thermomètre est légèrement sous la barre des zéros degrés, mais il fait un grand soleil d’hiver par la fenêtre… de quoi avoir envie de se réchauffer avec un plat bien réconfortant.

Que mon article sorte au mois de mai ne change rien à la donne : le printemps aura fini peut-être par pointer le bout de son nez et d’autres recettes pourront aisément convenir.

Si je me suis décidée à écrire cet article juste après le 27 janvier, c’est parce que le livre qui était sur ma pile de lecture s’intitulait : En cuisine avec Louis de Funès, et parce que le 27 janvier dernier marquait les quarante ans de la disparition de cet acteur mythique.

C’est donc après avoir vu passer un certain nombre d’interviews, de reportages, d’extraits de films (et de films en totalité), d’images d’archives, que j’ai repris ce livre lu en décembre et me suis replongée dedans pour vous en donner un aperçu.

Les comédiens dans ma bibliothèque : état des lieux

J’ai sans doute eu déjà l’occasion d’en parler sur ce site – j’ai dû avoir trois ou quatre fois l’occasion d’évoquer Louis de Funès dans des articles qui lui étaient exclusivement consacrés.

C’est moins que Truffaut ou Romy Schneider, moins qu’Hitchcock ou Chaplin, mais cela reste pour le coup certainement l’acteur masculin dont j’ai parlé le plus – peut-être à égalité avec Lino Ventura.

C’est curieux d’ailleurs : ayant une certaine prédilection pour le cinéma hollywoodien, et me concentrant dans mes lectures soit sur des domaines transversaux, soit sur des figures de réalisateurs, je me rends compte que c’est finalement les comédiens français qui prédominent (et généralement toujours les mêmes : un panthéon féminin composé de Romy, Signoret et Girardot) dans ma bibliothèque, si l’on excepte deux figures : Audrey Hepburn et Marilyn Monroe.

Même les plus appréciés y sont moins à l’honneur : l’autobiographie de Lauren Bacall, deux livres sur Humphrey Bogart, deux sur Cary Grant, un livre sur Grace Kelly et un sur Greta Garbo…

Un comique à bonne maturation

Comme je le disais un peu plus haut, c’est donc Louis de Funès (avec Lino Ventura) qui a généralement eu les honneurs de ce site, ce qui m’a toujours paru quelque peu inattendu, étant donné le temps que j’ai mis à l’apprécier.

Mes parents lui préféraient toujours Bourvil et m’avaient appris à le trouver insupportable et gesticulant. C’est avec ce genre de préceptes que l’on construit d’abord sa cinéphilie puis qu’on la reconstruit avec un nouveau regard une fois que l’on a appris à aimer les choses par soi-même… Ainsi :

  • non, Vivien Leigh n’était pas forcément dans la vie en tout point conforme à Scarlett O’hara (même s’il est désormais avéré que son trouble bipolaire n’en faisait pas la personne la plus facile à vivre)
  • non, je ne déciderai pas de préférer Dewaere à Depardieu (quoique) ou Dorléac à Deneuve parce que les premiers ont eu le malheur de mourir tragiquement
  • oui, on peut apprécier De Funès autant que Bourvil parce que leur art comique repose sur des ressorts complètement différents et donc complémentaires

Au fur à mesure, le charme a fini par opérer, au gré des rediffusions régulières de ses films et de l’exposition organisée par la Cinémathèque qui lui rendait enfin l’hommage mérité.

Alors le nombre d’articles qui lui est consacré sur ce site, je ne sais plus… mais je suis sûre pour le coup d’avoir déjà parlé d’un compte Twitter que je suis avec assiduité et qui fait mes délices :

au même titre que le compte Twitter et le compte Instagram qui reprennent des images des films d’Yves Robert Un éléphant ça trompe énormément et Nous irons tous au paradis… mais je m’égare une fois de plus !

J’échange régulièrement avec une amie quelques répliques de La Folie des grandeurs ou de La Grande vadrouille, qui viennent agrémenter nos conversations au milieu de citations de Kaamelott ou de quelques « Papuche » bien senties tirées de Moi moche et méchant.

Au palmarès de ces répliques : « Qu’est-ce que je vais devenir ? Je suis ministre, je ne sais rien faire » et « Non sire, pour une fois c’est pas moi, j’étais là, je priais. »

Un film de De Funès, c’est comme un bon petit plat… ça réchauffe.

Ynnis Éditions

On voit qu’avec la phrase précédente, je soigne mes transitions (ou pas). L’ouvrage qui m’intéresse aujourd’hui, En cuisine avec Louis de Funès, a été publié chez Ynnis Éditions en décembre 2022.

C’est un livre à six mains : comme on le découvre dès les premières pages : « Minh-Tri Vo aux fourneaux, Photographies mitonnées par Marion Saupin, Contextes concoctés par Eugénie Michel ».

J’ai déjà eu l’occasion d’évoquer ici quelques-unes des publications d’Ynnis Éditions, des ouvrages qui retiennent souvent mon attention non seulement par leur thématique mais aussi par le soin apporté à leur mise en page.

Parmi mes préférés, on retrouve la collection « Hommages » dont voici en images quelques exemples :

un bon nombre de livres sur le cinéma d’animation japonais, l’ouvrage Voyage avec Chihiro de Marta Garcia Vilar dont j’ai parlé l’an dernier, et quelques livres de recettes.

La grande majorité de ces derniers concerne l’univers Ghibli ou le cinéma d’animation, avec parmi eux trois exceptions au moment où j’écris cet article :

Lorsque j’ai appris ces publications, j’étais déjà décidé à me procurer le livre consacré à Louis de Funès. Un manque d’attention m’a fait croire que le deuxième livre était consacré à Jurassic Park, et quand je me suis rendu compte de mon erreur, ce qui dans ma tête pouvait être un article sur les livres de cuisine en général s’est transformé en article sur Louis de Funès. Tant pis, ou tant mieux.

Si je peux garder une idée spécifique aux livres de cuisine que j’ai pu feuilleter ces derniers temps, c’est là encore le soin apporté à la mise en page, et que justifie les six mains associées à la conception : un cuisinier, un auteur qui va ici se pencher sur les « contextes » et un photographe qui va donner reproduire fidèlement les plats réalisés dans les films et donner envie au lecteur, à son tour, de passer aux fourneaux.

En cuisine avec Louis de Funès

L’ouvrage propose dix-neuf recettes. Dix-huit d’entre elles sont tirées des films cultes de Louis de Funès, à commencer par La Soupe aux choux et en terminant par un cheesecake qui apparaît dans Les Aventures de Rabbi Jacob.

La dernière recette est celle d’un des plats préférés de Louis de Funès : le canard à l’orange.

Chacune des recettes est introduite par une double-page de contexte qui revient sur la scène du film et le film en lui-même dont la recette est tirée.

Voici un exemple avec La Soupe aux choux :

Puis on passe à la recette en elle-même, sur plusieurs pages en fonction du degré de complexité de cette dernière :

Feuilleter ce livre procure un réel plaisir, car certains films avec Louis de Funès sont de véritables odes à la gourmandise. Évidemment on songe à L’aile ou la cuisse ou au Grand restaurant. Et l’on ne se restreint pas à la cuisine française, puisque sont évoquées la culture japonaise grâce à La Zizanie, ou les affres de la cuisine anglaise grâce aux Grandes vacances (sans toutefois qu’une recette du repas que subit Michonnet soit retenue).

De mon côté j’ai une tendresse toute particulière pour la mère supérieure dans La Grande Vadrouille qui sort à Big Moustache : « Vous aimez bien tout ce qui est bon ? eh bien c’est très mauvais ». Et je pense régulièrement à ces images d’archives de Louis de Funès, faisant l’éloge des produits de son jardin :

Après avoir évoqué Lino Ventura et sa cuisine (un peu plus gargantuesque) dans mon article de février, je poursuis cet itinéraire cinéphilo-gastronomique avec Louis de Funès.

L’ouvrage réussit à merveille le pari à la fois de nous donner envie de cuisiner et de revoir les films qui y sont évoqués.

Mon seul regret ? Que ne soit pas reproduite la recette du soufflé à la pomme de terre donnée à Herr Muller dans cette scène mythique du Grand restaurant :

car pour connaître cette scène quasiment par coeur, j’aurais adoré pouvoir la retrouver sous la forme d’une recette réalisable… peut-être à retrouver ailleurs ?

Espérant vous avoir mis de bonne humeur avec ces évocations cinéphiles et culinaires, je vous souhaite un excellent appétit et vous dis à très bientôt pour un nouvel article sur Cinephiledoc !

Truffaut en poésie

Voici, comme à l’accoutumée, au moins l’un des deux articles consacrés chaque année à François Truffaut sur ce site.

J’ai beau parfois m’efforcer de choisir d’autres ouvrages, d’autres sujets cinématographiques, je n’y peux rien, Truffaut revient.

Questions préliminaires

Et à chaque fois avec cette surprise éventuelle : l’article sera-t-il court ou long ?

Reviendra-t-il comme à chaque fois sur l’origine de cette singulière obsession que j’ai du cinéma de Truffaut et de ce réalisateur ?

S’attardera-t-il comme tous les ans, comme dans tous les articles ou presque, sur cette bibliothèque en expansion où l’étagère Truffaut semble s’échapper toute seule à force de se développer, comme par une volonté qui lui est propre ?

Fera-t-il à nouveau la liste de tous ces livres au sujet commun et dressera-t-il à nouveau le palmarès qui distingue le nécessaire si nécessaire du superflu qui ne l’est pas tant que ça ?

À chacune de ces questions, pour une fois, je répondrai non, et je préférerai faire tourner l’article, comme un argile encore malléable entre mes mains, d’une autre manière…

Une rencontre

C’est l’histoire d’un petit livre à couverture jaune.

Mais reprenons d’abord les choses à leur commencement. Comment ça, quel commencement ? Comme d’habitude, c’est aussi l’histoire d’une rencontre.

On me l’a répété il y a quelques temps, toute la beauté d’une rencontre tient à la surprise, à tout ce qui ressort de l’improvisation et de la spontanéité. On ne rencontre pas quelqu’un / quelque chose en cochant des cases. On ne rencontre pas quelqu’un en s’y préparant… tiens, cela me rappelle quelque chose !

Cela me rappelle mes pages préférées de Proust que j’ai encore relu il y a peu de temps :

… des photographies manquées… pas si éloignées de la passante de Baudelaire…

Cela me rappelle la façon dont Fanny Ardant parle de sa rencontre avec François Truffaut dans une interview qui ne ressemble en rien aux interviews que donnent les comédiens et les metteurs en scène actuellement :

On ne rencontre jamais quelqu’un qu’on a aimé impunément. Aimer quelqu’un, ce n’est pas forcément le voir ou le toucher, c’est d’avoir changé quelque chose de soi, pas parce qu’on a abandonné, mais parce qu’on a été impressionnée au sens fort du terme – imprégnée – par des façons de penser, par des façons d’agir, par des façons de raisonner, qui fait qu’on ne sera plus jamais la même. Alors la véritable impression, c’est ce qui fait que comme sur un tableau, la couleur ne peut plus changer.

Et voilà, j’ai encore digressé… et pour retrouver cette citation exacte, j’ai dû aller me promener dans les bonus du DVD de La Femme d’à côté, ce qui m’a donné aussi envie de revoir tout le film, et surtout Mme Jouve, cela m’a donné envie de reprendre la lettre à La Femme d’à côté que j’avais publiée sur Cinephiledoc (rubrique Écriture), mais je m’égare encore, décidément !

J’en étais à cette histoire de livre à la couverture jaune.

Au détour d’Instagram

Depuis quelques mois, j’utilise un peu plus mon compte Instagram, principalement à des fins personnelles.

Les publications que j’y poste en tant que profdoc sont rarissimes – généralement pour des activités qui me tiennent vraiment à coeur, pour suivre les élèves de la MDL ou de l’atelier Journal ou pour interpeler de manière totalement infructueuse le compte Instagram de la ville de Sainte-Geneviève-des-Bois, qui ne répond jamais….

Sur mon compte Instagram on trouve principalement trois types de publications :

  • mes lectures en cours, qu’elles soient cinéphiles ou non (un peu)
  • mes escapades (beaucoup)
  • mes sorties restau ou des réalisations culinaires dont je suis particulièrement fière (trop)

J’y glane à mon tour quelques idées de lecture, et si je suis quelques collègues ou copains copines profs docs ainsi que leurs activités professionnelles, l’intitulé de ce compte et les publications qui lui sont associées m’autorisent plus de liberté, et de pouvoir tout autant suivre les nouvelles publications aussi bien de ma prof de yoga, de mon restaurant préféré, de Véronique Gallo que de Lady Gaga.

Voyez comme avec souplesse je fais rimer dans cette phrase yoga et gaga.

Et comment je n’ai toujours pas parlé du petit livre à couverture jaune.

Le petit livre à la couverture jaune

Il y a environ un an sur Instagram, justement, j’avais posté la photo d’un livre sur François Truffaut, un livre dont j’ai tiré l’un de mes articles de 2022, et qui lui aussi avait une couverture jaune.

Ce livre, c’était celui-ci, François Truffaut : La leçon de cinéma, publié chez Denoël :

Sous mon post Instagram, j’ai pu voir le « J’aime » d’une personne qui à l’origine n’était pas abonnée à mon compte, peut-être avais-je pour une fois ajouté à ma publication un hashtag pertinent ou insolite qui lui avait fait trouver mon post…

Et pour une fois, il ne s’agissait pas du genre de compte qui a le don de m’exaspérer quand il ne suscite pas chez moi le dégoût ou l’effroi, à savoir les comptes de « vieux gars creepy » qui aiment dix de vos publications en moins de trente secondes et tentent d’engager la conversation avec des « Coucou ça va ? » débordant d’originalité.

Non cette fois, il s’agissait d’un compte tout à fait bienveillant et aux apparences des plus rassurantes, avec a priori pour seule idée fixe celle de faire imprimer sur ma rétine une couverture jaune.

C’est ainsi que j’ai rencontré le petit livre à la couverture jaune.

Sur son compte, Anne Terral le met en scène comme un véritable personnage, et cela m’a rappelé de manière très prosaïque (j’espère qu’elle excusera la comparaison si cette dernière lui déplaît) le nain de jardin dans Amélie Poulain qui devient l’acteur des Polaroïds envoyés des quatre coins de la planète au père d’Amélie pour l’inciter à partir en voyage.

Invitation au voyage, invitation à la lecture, il n’y a pas loin (c’est même rigoureusement la même chose selon moi).

Pari gagné, donc, en voyant se multiplier sous mes yeux les photos de François Truffaut en 24 images/seconde, ces deux bandes jaunes encadrant une photo de tournage de L’Argent de poche, j’ai voulu absolument l’avoir entre les mains pour le découvrir.

Truffaut en poésie

Des livres sur Truffaut, j’en ai des palanquées… de manière plus réaliste et moins imagées, j’en ai environ deux étagères pleines.

Parmi ces livres, il y a désormais deux ovnis qui se distinguent par le genre et par l’écriture :

  • Le François Truffaut en BD de Noël Simsolo et Marek qui ne m’a absolument pas laissé un souvenir impérissable (bien au contraire) et qui ne survit dans ma bibliothèque que par son sujet et son genre ;
  • Le François Truffaut en 24 images/seconde d’Anne Terral parce qu’il se dégage de ce livre une poésie extrêmement douce et tout autant de simplicité…

Son texte fait partie de ceux, rarissimes dans mes étagères (parce que je ne les cherche pas ou parce que je ne les ai pas encore trouvés) qui associent cinéma et poésie.

Poésie en prose me direz-vous, mais poésie tout de même. Les 24 scènes proposées par Anne Terral sont belles, délicates tout autant qu’efficaces, à la lisière instantanée de l’évocation et du témoignage.

Je les ai découvertes page après page, en essayant de réfréner une certaine gloutonnerie qui m’aurait fait dévorer ce petit livre d’à peine quatre-vingt pages sans lui accorder le temps et l’attention qu’il méritait.

Il est difficile de le résumer, ce petit livre, sinon en disant qu’il porte très bien son titre, une succession (je me répète) d’instantanés, que le lecteur spécialiste de Truffaut reconnaitra aisément. Il est impossible d’en extirper une citation ici ou là sans avoir l’impression d’en amputer le texte.

Qu’il me suffise de dire que l’auteure alterne les scènes biographiques du réalisateur, les scènes tirées de ses films ou de ses tournages, et ses propres souvenirs de spectatrice.

J’ai refermé le livre en me disant que, si j’avais été capable d’écrire un livre entier (et pas seulement de me complaire dans la forme courte de l’article) sur François Truffaut, c’est le livre d’Anne Terral que j’aurais voulu écrire.

Et même si cet article est un peu court, comme le texte d’Anne Terral, je le trouve suffisant, sans qu’il y ait besoin d’ajouter autre chose.

Ah si, peut-être juste une chose :

François Truffaut en 24 images/seconde, Anne Terral chez Mediapop Editions, publié le 21 octobre (évidemment) 2022.

Un petit bijou à garder précieusement mais aussi et surtout à partager.

Ce bijou partagé, je vous dis à très bientôt pour un nouvel article sur Cinephiledoc !

YouTube et cinéma

Pour ce compte-rendu de lecture du mois de mars, j’avais pensé à deux angles d’attaque différents, que je vais finalement croiser.

En effet, je vais profiter de l’ouvrage qui m’intéresse aujourd’hui pour faire un petit point sur ma fréquentation et mes habitudes de la plateforme qui donne son titre à cet article.

Productrice ou consommatrice ?

Si je me penche sur les usages que je fais des réseaux sociaux sur lesquels je suis inscrite, je peux constater à chaque fois la même tendance : je m’inscris, je consomme, je produis, puis j’apprends à prendre de la distance, je redeviens spectatrice et je ne publie ou ne consulte que de manière très irrégulière…

Excepté Copains d’avant, ma première inscription sur un réseau social remonte à 2008 avec Facebook, je me suis ensuite inscrite sur Twitter en 2012, à peu près à la même époque j’ai commencé à consulter des vidéos sur YouTube et mon premier post sur Instagram remonte à 2019. 

Mon pic d’utilisation de Facebook remonte certainement à avant mon inscription sur Twitter, et si je continue à me connecter au moins une fois par jour, je ne poste plus grand chose, contrairement à Instagram que je lui préfère désormais, pour un usage exclusivement personnel, et où je ne poste que des photos de repas, de livres et de visites touristiques principalement. 

Concernant Twitter, c’est encore celui (malgré Elon Musk) que j’utilise le plus pour ma veille, puisque j’anime ou co-anime d’une manière plus ou moins suivie 4 comptes Twitter.

J’avais créé un compte sur Mastodon qui a vu son nombre d’abonnés frémir en octobre 2022, mais j’avoue ne pas y mettre les pieds, et je serais bien en peine d’en saisir à nouveau le fonctionnement si je devais m’y replonger. 

Néanmoins mon usage de Twitter est beaucoup moins compulsif qu’à une époque où j’y étais complètement accro…

Enfin concernant YouTube, j’ai commencé en 2012 par regarder les vidéos du Joueur du grenier (alors que je n’étais pas du tout gameuse) avec une préférence pour ses hors-série, je regardais des vidéos de vulgarisation qui touchaient à des domaines très divers, et j’ai brièvement publié des vidéos entre 2014 et 2016. 

Sur YouTube, comme sur les autres réseaux, j’ai commencé par tâtonner avant de trouver les vidéos et les chaînes que j’allais suivre avec assiduité, principalement des chaînes d’histoire, ce qui reste encore aujourd’hui les vidéos que je regarde le plus, et non des vidéos sur le cinéma comme on aurait pu s’y attendre.

YouTube cinéphile

Pendant très longtemps, les vidéos que je guettais dès leur sortie sur le cinéma étaient celles du Fossoyeur de films et celles de Blow Up, de la chaîne Arte, qui fait toujours mes délices à l’heure actuelle, et qui n’est pas sans rapport avec le livre qui m’intéresse aujourd’hui.

Il s’agissait vraiment très spécifiquement des deux chaînes ciné que je ne loupais pour rien au monde.

Les autres chaînes cinéma ne captaient pas aussi radicalement mon attention, je pouvais regarder quelques vidéos sans forcément en devenir une fidèle habituée.

D’autres chaînes dont la finalité première n’était pas forcément le cinéma l’abordaient cependant dans quelques vidéos pour mon plus grand plaisir, comme deux chaînes que je continue encore à suivre, celle de Nota Bene (histoire) et celle de Gastronogeek (cuisine).

De temps en temps, je tombais aussi sur quelques pépites isolées d’une chaîne YouTube trouvée au hasard, je guettais les vidéos suivantes, pour finalement découvrir qu’il faudrait savourer la rareté, voire se contenter des vidéos existantes quand elles sont toujours en ligne (c’est le cas de la chaîne de Ginger Force, celle de Fabien Campaner ou celle de Mr Meeea).

Comme tout abonné qui se respecte, j’ai de temps à autre accueilli avec plaisir les autres initiatives et travaux des YouTubeurs auxquels j’étais le plus attachée. Concernant le cinéma, c’est donc tout naturellement que T’as vu le plan ? de François Theurel figure dans ma bibliothèque.

On connaît les vidéos, on achète le livre. Concernant ma lecture de ce mois-ci, c’est cependant l’inverse qui s’est produit.

Le livre qui fait découvrir la chaîne

Lorsque j’ai terminé le livre dont je vais parler dans un instant, j’avais deux idées sur la façon dont je pourrais en parler.

La première, vous venez de la lire, c’était de questionner mon rapport à la plateforme de vidéos en ligne YouTube, et de voir dans quelle mesure le cinéma avait sa place dans mes abonnements à des chaînes… une place toute relative, comme vous avez pu le constater.

La seconde, c’était de faire en sorte d’écrire cet article pour le mois de mars, où j’ai souvent envie de mettre des femmes à l’honneur, qu’il s’agisse des autrices qui ont écrit les livres dont je parle, ou des actrices, réalisatrices, scénaristes auxquelles vont être consacrés mes articles.

Ce n’est pas forcément systématique : pour rédiger l’article de mars 2022, je me suis replongée dans les articles des mois de mars antérieurs, et je ne m’étais tenue à cette discipline (le terme est peut-être un peu trop fort) que deux fois sur les cinq dernières années… l’an dernier pour la BD de Catel et Bocquet consacrée à Alice Guy, et en 2018 avec l’article « Femmes au cinéma« .

Bref, j’avais tout de même envie d’en faire un nouveau rituel, et de m’efforcer sur Cinephiledoc de parler de livres écrits par des femmes ou consacrés à des femmes au mois de mars, et l’on verra l’an prochain si je m’y tiens.

D’autant que ce fameux livre qui tarde encore à arriver représentait pour moi un champ que je n’avais encore exploré : celui des YouTubeuses qui parlent de cinéma.

Je l’ai dit un peu plus tôt, parmi les YouTubeuses que je suivais, il n’y avait que Ginger Force (dont les vidéos ne sont désormais malheureusement plus disponibles en ligne) pour parler de cinéma.

Récemment, je n’avais pas pris la peine d’essayer de découvrir de nouvelles chaînes, même s’il est vrai que de nombreuses chaînes que j’avais plaisir à suivre ont depuis un moment déjà cessé leurs activités ou se sont tournées vers d’autres activités et d’autres formats… comme la cultissime Parlons peu, mais parlons ! des non moins fabuleuses Maud Bettina Marie et Juliette Tresanini.

C’est donc en fréquentant une librairie et non en naviguant sur YouTube que j’ai découvert le livre (et la chaîne) de Mélanie Toubeau.

T’as la Ref ? … et bien non !

En furetant dans le rayon cinéma de cette librairie, je suis tombée sur cet ouvrage, publié chez Hors collection en octobre 2022 : T’as la Ref ? : Un film peut en cacher un autre, de Mélanie Toubeau.

Après l’avoir pris en photo et posté sur Instagram au moment de ma lecture, c’est une amie qui m’a clairement fait comprendre que, si j’avais généralement les ref évoquées dans le livre, je n’avais pas la principale, et je ne connaissais absolument pas la chaîne de Mélanie Toubeau, La Manie du cinéma, ignorance que je me suis empressée de combler entretemps.

J’ai donc fait pendant quelques jours des allers-retours très sympathiques entre son ouvrage et sa chaîne, et ça ne faisait que rendre encore plus savoureux les allers-retours entre les films qu’elle évoquait et leurs sources d’inspiration.

Car c’est bien de cela qu’il est question dans son livre : les références entre les films, et les citations. Comment Blade Runner de Ridley Scott fait référence à Metropolis de Fritz Lang, comment Chicken Run propose une réécriture de La Grande évasion, comment La La Land rend hommage à Chantons sous la pluie, ou encore comment George Lucas est un fan absolu d’Akira Kurosawa.

Avec la chaîne YouTube et le livre de Mélanie Toubeau, on passe de l’agaçant « attends mais ça je l’ai déjà vu quelque part et je l’ai sur le bout de la langue » à l’inévitable « bon sang mais c’est bien sûr ».

J’ai retrouvé dans ce livre et dans cette chaîne le même petit bonheur des associations d’idées que j’affectionne dans Blow Up, où je scrute chaque semaine les films qui parlent de cheveux, d’escaliers ou de bowling… à la différence que l’association ne se fait plus en sautant d’un film à l’autre mais bien par les échos à l’intérieur d’un film.

Dans T’as la Ref ?, Mélanie Toubeau dissèque ainsi 40 films, leurs sources d’inspiration et les films qu’ils ont à leur tour inspirés, allant même jusqu’à glisser les épisodes des Simpsons où ces films apparaissent (Jurassic Park, Matrix, The Shining).

L’ouvrage est sacrément bien illustré avec affiches et plans, et donne pleinement à voir les jeux de miroirs entre deux films, voire plus.

À intervalles (presque) réguliers, elle glisse quelques pages consacrées aux références cinématographiques : la référence ou le plagiat, les clichés au cinéma, le cri de Wilhelm, les affiches du Festival de Cannes. Elle propose même deux petits jeux dans le livre que je ne spoilerai pas ici.

Lorsque l’on referme le livre, il nous reste deux petits regrets, l’un purement matériel – sur certaines pages partiellement imprimées en noir, l’encre blanche est illisible (petit défaut d’impression, qui pourra être corrigé, je l’espère, lors des rééditions éventuelles) – et l’un de lecteur : celui d’avoir fini le livre.

Mon livre rangé, je suis donc retournée sur YouTube pour voir les vidéos que je n’avais pas encore regardées, et j’ai lancé un film… histoire la prochaine fois d’avoir la ref…

10 ans de Lombard

Dans ce premier compte-rendu de lecture pour 2023, j’aimerais une nouvelle fois fêter l’anniversaire de ce blog.

En 2021, j’avais déjà fêté les 10 ans de l’obtention de mon CAPES en documentation.

J’ai déjà fêté son tout premier article, le tout tout tout premier (il manque un tout ici, non ?) publié en mai 2012, j’ai remis ça en septembre 2022, pour fêter mes 10 ans de carrière en tant que profdoc titulaire.

Cette fois-ci, je fête un anniversaire très particulier : celui du premier article qui a donné à ce blog sa forme actuelle, et à laquelle je me suis tenue depuis.

Les 10 ans d’une bibliothèque idéale sur le cinéma

Le 5 février 2013, je publiais un article sur ce site, intitulé «Une bibliothèque idéale sur le cinéma».

Je reprends ici d’ailleurs la même illustration pour l’article d’aujourd’hui…

En effet, Cinephiledoc n’avait alors que quelques mois, et j’étais déjà consciente du temps que pouvait prendre l’écriture de chaque article.

Toute à mon envie d’écrire et à mon enthousiasme d’avoir enfin trouvé une forme et un canal de publication qui me correspondaient, j’avais un rythme de production d’articles qui était assez frénétique, et qui n’aurait certainement pas tenu sur la durée.

Je suis toujours admirative des personnes qui tiennent un blog et arrivent à publier un article par semaine, voire plus. J’ai, depuis cet article d’intention publié en 2013, adopté un rythme des deux articles par mois (sauf l’été), l’un cinéphile, l’autre profdoc, qui me convient parfaitement.

Également dans cet article du 5 février 2013, j’expliquais l’origine de ce projet – ou plutôt les origines : un environnement personnel, une formation et l’écriture d’un mémoire sur le non-film et l’idée de maintenir sur ce blog l’aspect hybride, personnel et professionnel.

Ce qui me permettait aussi de maintenir ce blog sur la durée, c’est que la lecture de livres sur le cinéma ne m’a jamais lassée, j’y ai toujours trouvé mon compte, ce qui n’aurait sans doute pas été le cas si j’avais dû évoquer d’autres lectures – je laisse les comptes-rendus de lecture de romans, de bandes-dessinées, de littérature jeunesse à d’autres amoureux de la lecture bien plus compétents que moi pour les écrire…

J’estime de mon côté qu’il y a un type de livres dont j’aime parler et dont je sais (à peu près) parler : ce sont les livres sur le cinéma (et à la rigueur les séries télévisées, les dessins animés), bref je me réserve ce petit pan de lecture qui constitue aussi mon petit pan d’expression écrite numérique personnelle.

7 février 2013

Deux jours après cette déclaration d’intention, où je faisais référence à un compte-rendu de lecture publié un peu plus tôt et consacré à 5e avenue, 5 heures du matin (un livre magnifique consacré au film Breakfast at Tiffany’s), je décidais de rédiger le premier article cinéphile de Cinephiledoc.

J’en profite d’ailleurs pour préciser que j’ai mis longtemps moi-même à savoir comment écrire Cinephiledoc, omettant (in)volontairement l’accent aigu sur le E de cinéphile.

Cet article, intitulé « Gabin, Ventura, et compagnie… » commençait ainsi :

Je l’avais annoncé, le voici : le premier compte-rendu de lecture cinéphile. Ce mois-ci, et pour commencer, j’ai choisi de vous parler d’un ouvrage paru en octobre 2012, Les Grandes gueules du cinéma françaisde Philippe Lombard. Il est publié aux éditions Express Roularta, maison d’édition qui, je dois l’avouer, m’était jusqu’alors complètement inconnue.

Cela fait donc 10 ans que je publie des articles sur le cinéma, cela fait 10 ans que je parle sur ce site de Philippe Lombard, et cela fait aussi 10 ans qu’entre la parution de ses livres et la rédaction d’un article que je leur consacre, il peut s’écouler entre quatre et six mois – mais ça, il ne le savait pas encore…

Par un hasard assez incroyable, c’est avec la plume de Philippe Lombard que la véritable vocation de Cinéphiledoc (bon sang, avec un accent cette fois ou pas ?) a vu le jour. Et c’est ainsi, également, que presque chaque année depuis, les ouvrages issues de la même plume se sont retrouvés sur mon site, avec quasiment la même récurrence que l’association du prénom François et du nom de famille Truffaut.

Alors, cher Philippe Lombard, vous vous attendiez à un tel préambule pour l’article consacré aux deux petits derniers – qui, si ça se trouve, entretemps, ne sont plus tant les petits derniers que ça, étant donné votre rythme d’écriture, qui me fait pâlir de jalousie à chaque fois ?

En tout cas, ça se fête !

42 bouquins… en 2022

En octobre 2022, le sieur Lombard revendiquait d’avoir écrit avec Ça tourne mal… à la télé ! son 42e ouvrage.

Si l’on met de côté les contributions aux ouvrages collectifs – le fait que Belmondo en a écrit le même nombre dans Le Magnifique, et le fait que 42 est, comme chacun sait, la réponse à La grande question sur la vie, l’univers et le reste, on peut d’une part établir que la réponse est forcément cinéphile, et elle est forcément présente dans les livres écrits et publiés par Philippe Lombard entre octobre 2022 et février 2023.

Sur ces 42 ouvrages (ou 43, ou 44, voire peut-être même 45), voici donc ceux qui jusqu’ici figurent dans ma bibliothèque – je rappelle, idéale et sur le cinéma :

  • Les Grandes Gueules (déjà citées) du cinéma français 
  • Le Paris de François Truffaut (évidemment)
  • Paris 100 films de légende
  • Arrête de ramer, t’attaques la falaise ! – La face cachée des titres de films enfin révélée !
  • Ça tourne mal !
  • Sous la casquette de Michel Audiard – Les secrets de ses grandes répliques
  • Louis de Funès à Paris, les aventures d’un acteur en vadrouille
  • Tarantino Reservoir Films
  • 300 anecdotes de tournage
  • Ça tourne mal… à Hollywood !
  • Ça s’est tourné près de chez vous !

À l’heure où j’écris cet article, je peux faire trois constats :

  1. l’article de Wikipédia consacré au sieur Lombard n’est pas à jour, et du coup c’était difficile de compter les 42 livres (au moment de ma consultation, la dernière mise à jour remonte au 4 novembre 2021) : j’en ai donc deux de plus dont je vais parler aujourd’hui !
  2. à force de parler de lui sur mon site, j’ai commencé à recevoir gratuitement et très généreusement les ouvrages de Philippe Lombard dans ma boite aux lettres, parfois même avant lui, mes remerciements sont alors régulièrement mêlés de contrition…
  3. depuis les 300 anecdotes de tournage, j’ai droit à des dédicaces que j’aime autant découvrir que la suite des livres, parce que j’ai toujours aimé quand on m’offre un livre qu’on y glisse un petit mot dedans ou dessus !

Sélection automne / hiver 2022

J’ai donc reçu dans ma boîte aux lettres en octobre dernier quasiment deux livres coup sur coup…

Passée la première page où je retrouve avec impatience la dédicace (et parfois le petit running gag qui me fait toujours sourire), je profite de cette découverte pour feuilleter ces petits nouveaux qui viennent garnir ma bibliothèque, et j’envoie un petit message de remerciement.

Le premier d’entre eux, pour le coup, rendait cet article de dix ans de Lombard, sinon obligatoire, du moins indispensable.

Il s’agit de Lino Ventura : Le livre coup de poing ! publié en octobre 2022 chez Hugo Image.

  • Un Lino qui se savoure

Avec Les Grandes gueules du cinéma français publié en 2012, mais pas seulement, j’ai lu un certain nombre d’ouvrages sur Lino Ventura, notamment ceux écrits par sa fille Clelia (en fait trois des quatre livres qu’elle a écrits sur son père, et j’ai une affection toute particulière pour Lino tout simplement : Souvenirs d’enfance et recettes de famille).

J’avais une maman qui adorait Lino Ventura et qui m’a transmis le virus, même si je suis loin d’avoir une connaissance exhaustive de sa filmographie.

Mais tout de même… je connais Les Tontons flingueurs quasiment par cœur, j’aime revoir cette blague de potaches qu’est L’Aventure c’est l’aventure, je contrebalance généralement la mélancolie de certaines chansons de Jacques Brel pas seulement avec Les Bonbons mais avec son « Je glisse Monsieur Milan » de L’Emmerdeur, et j’adore L’Armée des ombres et Garde à vue.

Lorsque je lis un livre sur Lino Ventura, je m’attends donc à deux choses :

  1. avoir faim
  2. vouloir immédiatement revoir l’un de ses films

Avec ce Lino Ventura haut en couleurs, où l’on se plonge dans cette filmographie foisonnante entrecoupée d’anecdotes, j’ai découvert avec plaisir cette double-page qui m’a immédiatement mise en appétit :

et j’ai revu Les Barbouzes (longtemps négligés parce que lorsque je veux revoir un Audiard/Lautner je me rue sur Les Tontons flingueurs)

Au-delà d’être un livre coup de poing, ce cru octobre 2022 est une véritable bible sur Lino Ventura – ce pourrait être un dictionnaire, un Lino de A à Z, si la construction n’était pas chronologique.

On y retrouve son parcours, les figures marquantes (les grandes gueules) : Gabin, Audiard, Blier, Belmondo, et j’en passe – le tout assaisonné de ces double-pages d’une indéniable efficacité : des scènes cultes, des « moments clefs » (les repas chez Lino, le plateau de tournage, Perce-neige, et pourquoi Lino n’a presque jamais embrassé ses partenaires…).

À la manière du livre qui se clôt sur ce grand cru qu’était Lino Ventura, on peut dire que ce Lombard là, lui aussi, est un grand cru.

  • Un nouvel opus dans la collection des « Ça tourne mal »

Le deuxième cru de l’automne / hiver 2022 fait partie de cette collection publiée chez La Tengo depuis 2019.

Après le premier Ça tourne mal, puis Ça tourne mal… à Hollywood et Ça s’est tourné près de chez vous (consacré aux faits divers qui inspirent le cinéma) voici le petit dernier (mais non l’ultime) : Ça tourne mal… à la télé !

Il se replace dans la lignée des deux premiers, revenant avec un certain plaisir fripon de sale gosse sur les déboires de la télévision, américaine mais pas que, et sur l’univers des séries télévisées.

Depuis l’épisode pilote foireux jusqu’à la fin pas toujours bien accueillie, les différents chapitres de Ça tourne mal… à la télé ! reviennent sur une petite sélection de déboires télévisuelles, de curiosités en animation et de projets en mode « ça aurait pu être dingue mais finalement ça n’a pas marché »… comme ce sabotage par Godard de son incursion dans cet univers du petit écran, avec une adaptation de série noire qui finalement ne se passera pas du tout comme prévu (mais avec Godard, comment s’attendre à autre chose).

Malicieux, facétieux, corrosif, comme à l’accoutumée, ce nouvel épisode de Ça tourne mal est comme tout épisode d’une bonne série, on en attend directement le suivant…

Et donc, cher Philippe, c’est reparti pour 10 ans ? et combien d’autres « bouquins » du coup ?

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén