cinephiledoc

Blog pour cinéphiles et profs docs

Page 2 sur 77

Avril 2022 : séances et animations du CDI

Comme je l’avais indiqué dans l’article du mois de mars, par souci d’équilibre je présenterai dans cet article les actions menées entre le 25 mars et le 22 avril.

La période ayant été un peu plus calme en terme de séances pédagogiques – cela étant principalement dû au fait que j’ai été absente du lycée pendant une semaine –  j’aborderai ici davantage des questions de communication (notamment autour des journées portes ouvertes du lycée) et de réaménagement des espaces.

Séances et actions pédagogiques

Voici néanmoins un petit point rapide sur les séances menées ce mois-ci, entre le 25 mars et le 22 avril :

  • De la SNT en EMC : comme je l’avais précédemment indiqué, nous abordons avec Roman l’axe thématique de SNT « Réseaux sociaux » en EMC avec deux classes (en plus de deux autres classes avec lesquelles nous faisons bien de la SNT en SNT).

Après une première séance qui permet aux élèves d’analyser leurs pratiques et d’avoir un rappel sur le fonctionnement des réseaux sociaux, la deuxième séance était consacrée à l’escape game ZONE BLANCHE, que j’ai présenté dans l’article du mois de février.

Je suis très contente de cet escape game, je dois l’avouer : les élèves se prêtent complètement au jeu, et certains profitent d’avoir fini avant leurs camarades pour faire les activités bonus sur l’impact écologique du numérique.

Je n’ai pas pu participer à la troisième séance pour 3 demi-groupes, durant laquelle ma collègue d’EMC faisait tirer au sort un réseau social pour que les élèves en fassent la carte d’identité. Je dois normalement participer à la 3e séance du dernier demi-groupe.

  • séances en EMC en seconde : pour le projet autour des réfugiés avec une classe de seconde, nous avons poursuivi les séances durant le mois d’avril.

Les élèves ont poursuivi leur travail sur la situation des réfugiés ukrainiens, avec comme objectif la réalisation d’une exposition, qui devrait être installée dans le hall du lycée.

  • séances en EMC en première : les élèves d’une classe sont venus avec leur enseignante (avec laquelle j’ai déjà l’habitude de travailler) pour trouver des articles de presse sur la recomposition du lien social.

J’avais préparé une fiche pour guider les élèves dans leurs recherches – ils doivent trouver des articles sur les différentes thématiques en lien avec la recomposition du lien social – mais cette dernière n’a pas véritablement été exploitée.

Je la mets tout de même à disposition ci-dessous :

 

Ces séances étant quelque peu bouleversées par les sorties prévues, les absences, les vacances… il est difficile de savoir si les élèves pourront mener à bien leurs travaux.

  • escape game Gustave Eiffel en seconde.

J’en viens au « gros morceau » du mois. En début d’année scolaire, j’avais réalisé l’escape game sur Olympe de Gouges à la demande d’une collègue de français. Comme vous avez pu le constater, cet escape game a servi de support à un certain nombre de séances en première, et a eu, lui aussi, un petit succès.

À la demande d’une amie également collègue de français, j’ai donc réalisé un autre escape game historique / littéraire qui lui permettrait d’introduire une séquence sur la Tour Eiffel.

Ayant une formation littéraire et beaucoup d’appétence pour l’histoire, c’est en effet beaucoup plus facile pour moi de réaliser ce type d’escape game, qu’un escape game autour des sciences par exemple. Je me suis donc prêtée au jeu.

Le scénario que je propose est le suivant : les élèves doivent incarner un visiteur de l’exposition universelle de 1889, et tout en suivant les étapes de la construction de la Tour Eiffel, parvenir au sommet.

En s’aidant du site de la Tour Eiffel, en parcourant les différentes ressources mises à disposition (là encore je fais une sélection d’ouvrages pour l’une des questions), ils doivent résoudre les différentes énigmes. À la fin du scénario, j’ai également glissé un puzzle à réaliser en ligne pour les groupes les plus rapides.

Voilà ce que cela donne :

Les élèves se sont, là encore, bien prêtés au jeu et les deux demi-groupes accueillis ont été très investis et dynamiques.

Voilà pour ces quelques séances menées ce mois-ci. L’an prochain, a priori, j’aurai à présenter des séances en enseignement scientifique et en HGGSP.

Préparation des journées portes ouvertes

Les journées portes ouvertes ont connu au lycée quelques rebondissements assez compréhensibles étant donnée la situation : prévues au calendrier, puis annulées, puis réinscrites à l’agenda, elles ont finalement eu lieu le samedi 26 mars.

Mais revenons un peu en arrière : je l’avais indiqué, Roman et Stéphanie (collègue de français à l’origine de l’escape game Gustave Eiffel) ont travaillé sur des calligrammes avec des élèves de secondes et de premières. Ces derniers étaient destinés à être exposés dans le hall du lycée dans le cadre du printemps des poètes…

À la même période, aux environs du 11 mars, des sons d’abord incongrus, puis un peu plus mélodieux se sont faits entendre dans le hall. En effet, la direction avait décidé d’installer un piano à disposition des élèves.

Après avoir bien râlé – le CDI n’est pas très éloigné du hall – j’y ai vu plus d’avantages que de prétextes à la grogne, allant même jusqu’à réfléchir à des méthodes de piano à commander, pour diversifier le répertoire, qui reste très Lettre à Élise / Harry Potter / Yann Tiersen.

C’est dans ce contexte que nous avons préparé les journées portes ouvertes avec Roman, le CDI ayant déjà reçu les deux fatboys (argument de poids !). Ayant tiré la courte paille, c’est moi qui étais présente ce samedi-là durant 4 heures.

Pour l’occasion nous avions préparé :

  • un panneau d’affichage présentant visuellement les actions sous forme de carte mentale
  • une affiche et un marque-page renvoyant vers le portail E-SIDOC

Quitte à sacrifier un samedi, autant le passer en bonne compagnie : Stéphanie présentait également au CDI l’option LLCA avec deux élèves volontaires.

Nous avons donc passé une matinée très agréable, ponctuée par les visites organisées par des élèves ambassadeurs – j’en profite pour remercier Cassiopée et Tatiana, deux fidèles habituées, d’avoir fait la pub du CDI, si jamais elles passent par ici – et soutenue par le son (très mélodieux ce matin-là) du piano.

Cette initiative m’a amenée également à réfléchir à la façon dont on présente le CDI soit en début d’année, soit à l’occasion des journées portes ouvertes, et j’en tirerai peut-être une partie d’article d’ici juin.

Réaménagement du coin lecture

Durant cette période nous avons poursuivi un réaménagement d’une partie de l’espace du CDI.

J’ai évoqué le mois dernier le projet de COIN ZEN – DO IT YOURSELF que nous avions installé. Les élèves commencent à s’approprier ce petit coin, j’ai vu plusieurs fois des élèves tricoter ou réaliser des origamis.

L’étape suivante a donc été de repenser l’environnement immédiat de cet espace, et c’est ce que j’ai présenté en focus de mon E-INSTANT pour le mois d’avril, ce qui synthétise plus clairement notre travail :

En image, voilà ce que cela donne :

Parallèlement à ça, Roman en a profité pour repenser une partie de la signalétique.

Valorisation du fonds et animation du CDI

Ces différents chantiers (JPO et réaménagement) nous ayant bien accaparé, nous n’avons pas installé durant cette période d’expositions thématiques de conséquence. En revanche, voici les installations et les sélections que nous avons proposées :

  • Sélection sur l’Ukraine (R)

À la fin du mois de mars, Roman a proposé aux élèves une sélection d’ouvrages et de périodiques autour du conflit entre la Russie et l’Ukraine.

Voici l’affiche réalisée pour l’occasion :

Et voici la sélection mise à disposition des élèves :

  • Revue de presse physique (J)

Je l’ai indiqué un peu plus haut dans le cadre du réaménagement du coin lecture : depuis mars 2020 et l’utilisation de la carte sur la liberté de la presse par Reporters sans frontières, j’avais dans l’idée de proposer aux élèves une représentation un peu plus visuelle de l’actualité mondiale.

J’ai beaucoup cogité et j’ai finalement réussi à proposer quelque chose au début du mois d’avril. Il s’agit d’éléments réalisés sur Canva prenant appui sur l’actualité, que l’on affiche autour d’une des versions les plus récentes de la carte.

Deux QR-codes renvoient également à nos deux travaux sur l’actualité de cette année : la revue de presse de Roman et mon ZOOM Actu.

Voilà le rendu final :

  • Présentation des nouveautés

Durant cette période, nous avons mis à disposition des élèves différentes sélections de nouveautés, sans forcément leur adosser de présentations ou d’affiches. Ces sélections sont à retrouver ici :

La dernière semaine avant les vacances j’ai pu proposer une sélection de nouveautés autour de la santé et des sciences principalement…

Voilà la sélection mise à disposition :

  • Tournoi d’échecs : 2e session (R)

Durant les deux semaines précédant les vacances, Roman a organisé une deuxième session d’un tournoi d’échecs au CDI.

Communication : pour les élèves (et pour le lycée en général)

  • Articles publiés sur le blog du CDI

Durant cette période, voici les articles proposés aux élèves : une présentation du coin ZEN / DO IT YOURSELF du CDI, la sélection sur « Comprendre / S’informer sur le conflit en Ukraine », l’annonce du deuxième tournoi d’échecs au CDI, un ZOOM Actu « Vers le premier tour des élections présidentielles » :

et la revue de presse publiée le 7 avril.

  • Articles publiés sur le site du lycée

La petite nouveauté du mois, c’est que j’ai réussi à obtenir de la direction un compte pour publier directement sur le site du lycée – et un compte administrateur de surcroît !

De manière accompagnée (avant la création du compte), j’ai pu publier deux articles, l’un sur les activités de mars au CDI :

l’autre sur le nouvel aménagement de l’espace détente.

Puis, j’ai posté un premier article sur le tournoi d’échecs organisé par Roman. Enfin, j’ai eu le grand plaisir de poster l’article annonçant la publication du premier numéro du journal du lycée de cette année.

En effet, nous avons la chance avec Roman d’avoir cette année un groupe d’élèves très dynamiques qui ont décidé, de manière très autonome, de monter un atelier journal, et d’investir le CDI comme salle de rédaction.

Très investis et à l’écoute de nos conseils (en particulier les conseils précieux de Roman en matière de mise en forme), ils sont parvenus à sortir ce premier numéro début avril.

Journal version finale

Nous étions donc très heureux de donner à cette parution le plus large écho possible…

Communication : pour l’équipe éducative

  • E-INSTANT CDI : focus avril

Pour le mois d’avril, j’ai modifié la page d’accueil de l’E-INSTANT :

et j’ai proposé le focus mentionné plus haut sur le réaménagement du CDI.

Autres activités (réunions, stages, déplacements, publications)

Voici les autres activités menées au lycée ou à l’extérieur durant cette période (du 25 mars au 22 avril), une période un peu plus intense en stages et en réunions que les mois passés :

  • 28 mars: une formation de formateurs à Marly-Le-Roi
  • 31 mars : un conseil pédagogique
  • 4 avril : la première partie d’une formation à initiative locale sur Laïcité et valeurs de la République
  • 11-15 avril : participation en tant que jury aux épreuves orales du CAPES interne et du CAER en documentation
  • 19 avril : la troisième partie de la formation Laïcité
  • 20 avril : un cours à destination des étudiantes de M2 du Master MEEF Documentation

J’ai enfin réussi à finaliser un nouvel épisode de l’histoire numérique de la documentation consacré principalement aux listes et aux lettres de diffusion, et qui sort le même jour que cet article.

Je vous souhaite une très bonne fin du mois d’avril et vous dis à très bientôt pour un nouvel article sur Cinephiledoc !

En compagnie de Sir Ridley

Pour alterner les évocations cinéphiles entre cinéma muet et parlant, entre Hollywood et films français, j’ai choisi pour ce nouvel article de convoquer un réalisateur qui fait partie de mes cinéastes contemporains préférés.

Le titre étant sans ambiguïtés aucunes, je veux évidemment parler de Ridley Scott. J’ai loin d’avoir une connaissance exhaustive et approfondie du cinéma de Ridley Scott, qui me donne souvent l’impression d’exceller dans tous les genres, mais c’est l’un des réalisateurs pour lesquels, lorsque j’entends parler d’une sortie à venir, mes antennes de cinéphiles se dressent.

Gage Skidmore, CC BY-SA 3.0 <https://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0>, via Wikimedia Commons

L’ouvrage qui est à l’origine de cet article, et que je vous présenterai un peu plus bas, m’a permis de faire le point sur la filmographie de Sir Ridley, de retrouver des éléments plus que familiers, et de me dire aussi que j’avais encore quelques confusions à éclaircir et quelques belles découvertes à faire.

Filmographie

Dans le livre consacré à une rétrospective de Ridley Scott, la filmographie apparaît tout à la fin, juste avant les remerciements de l’auteur et les sources. Mais c’est la rubrique que j’ai consultée en premier, histoire de faire un petit point sur l’état de mes connaissances, qui peuvent se résumer ainsi, avec des catégories relativement mouvantes :

  1. les vus, vus, vus et revus : Gladiator, Kingdom of heaven (à un détail près), Robin des Bois, Seul sur Mars
  2. les piliers : Alien, Blade Runner (et les 4 films de la catégories précédente)
  3. les vus une ou deux fois et qu’il faudrait revoir : Les Duellistes, Exodus, The Last Duel (c’est bien historique tout ça)
  4. je l’ai vu une fois et cela me suffit… 1492: Christophe Colomb
  5. ceux qui sont sur ma pile « à voir » : Thelma & Louise, Hannibal, American gangster, House of Gucci
  6. et puis tous les autres…

Mon affection pour le cinéma de Ridley Scott est fluctuante, et ne lui est pas toujours acquise, mais une chose est sûre : il ne m’a jamais laissée indifférente.

Je m’arrange toujours pour aller voir ses films au cinéma – même si certains de ses univers me sont plus familiers que d’autres – mais immanquablement, je vais avoir des trous dans la raquette. À raison de 4 films par décennie, peut-on parler d’un réalisateur prolixe ou méticuleux ? Ou les deux à la fois ?

Maximus, Maximus, Maximus

Le premier souvenir, ce n’est ni Blade Runner, ni Alien.

C’est Gladiator en cours de latin en classe de troisième. Je ne suis pas sûre que l’enseignante avait payé les droits (tiens là c’est la prof doc qui parle) mais c’était encore sur VHS, c’est une certitude.

Gladiator a enraciné en moi un goût très prononcé pour les films historiques et pour Russell Crowe, et a fait se manifester dans mon cerveau une presque vérité : les films de Ridley Scott étaient forcément avec Russell Crowe. Jusqu’en 2010 et le refroidissement de leurs relations, j’avais presque bon…

Mais c’est aussi pour cette raison que, dans ma tête, pendant un petit moment, Master & Commander de Peter Weir et Noé de Darren Aronofsky, avaient été réalisés par Ridley Scott.

Russell Crowe a longtemps fait partie des acteurs (hollywoodiens) pour lesquels j’avais le plus d’admiration, et si je mets hollywoodiens entre parenthèses, c’est parce que je lui adjoins Leonardo di Caprio et les britanniques Gary Oldman et Alan Rickman.

Des acteurs caméléons, capables de prendre 20 kilos pour un rôle et de les perdre juste derrière pour un autre, capables de se métamorphoser, devenant tour à tour gladiateur de l’empire romain, génie des maths schizophrène ou encore capitaine de vaisseau engagé dans les guerres napoléoniennes.

J’ai vu Gladiator un nombre incalculable de fois, je suis capable de scander la musique de la scène de bataille, de réciter un bon nombre de répliques de mémoire, et ma vision de l’histoire romaine est très certainement influencée par la reconstitution que nous en offre Ridley Scott.

Il est donc naturel que les films de Ridley Scott vers lesquels je me tourne le plus naturellement sont ses films historiques : le deuxième de ses films que j’ai visionné à haute dose est Kingdom of Heaven (même si je me suis rendue compte, grâce à mes lectures, que je n’en avais jamais vu la version Director’s cut).

Viennent ensuite :

  • Robin des bois (que j’aime malgré tout ce qu’on peut en dire, et en dépit de la scène de bataille finale*),
  • Les Duellistes et The Last Duel qui forment dans ma tête une symétrie parfaite,
  • Exodus, qui est bien lointain dans mon souvenir et que je croyais même ne pas avoir vu
  • et 1492 : Christophe Colomb, que je garde en tête même s’il ne fait pas du tout partie de mes préférés…

*de toute façon je ne peux pas m’empêcher de voir un film consacré à la figure de Robin des bois, et je n’arrive pas à décider, entre Errol Flynn, Kevin Costner, Russell Crowe ou le renard de Disney, lequel a ma préférence…

Une pincée de SF et d’espace…

Un autre versant du cinéma de Ridley Scott que j’ai découvert bien plus tardivement est celui de la science-fiction, avec Blade Runner et Alien, et avec beaucoup plus récemment Seul sur Mars.

Si j’arrive à reconnaître ce que les deux premiers ont de fondamental pour le cinéma de science-fiction, et si je les ai vus tous les deux plusieurs fois, ce n’est pas cette partie de l’univers Scott qui me fait aller au cinéma. J’ai vu les 3 premiers de la saga Alien, je n’ai vu ni Prometheus, ni Alien : Covenant.

Quant à Blade Runner : 2049 réalisé par Denis Villeneuve et produit par Ridley Scott, il m’a laissé beaucoup moins de souvenirs que son illustre parent.

Parmi ce pan de l’univers, le film que j’apprécie le plus c’est Seul sur Mars, qui rentre dans ma catégorie des « vus, vus, vus et revus », mais ce n’est pas tant pour sa thématique – quoique le thème de la survie en solitaire me parle bien – que pour l’humour dont fait preuve le scénario.

Ridley Scott : rétrospective

C’est avec toutes ces images en tête, celles obsédantes de Maximus, celles dépaysantes autour de Jérusalem, celles terrifiantes d’un vaisseau spatial bientôt dévasté ou celles désertiques de la planète rouge, que je me suis dans l’ouvrage qui m’intéresse aujourd’hui.

Il s’agit, en toute sobriété, d’un livre de Ian Nathan publié en octobre 2021 aux éditions Gründ – la sortie du livre était contemporaine de la sortie en France sur les écrans de The Last Duel et de House of GucciRidley Scott : rétrospective.

C’est un beau livre, qui offre un panorama tout à fait satisfaisant et agréable du cinéma de Ridley Scott, mais qui nous donne aussi un aperçu humain du cinéaste.

Ce qui fait que le livre est plus qu’un beau livre, ce qui le rend beaucoup moins impersonnel que le premier ouvrage venu sur tel ou tel réalisateur, c’est l’intervention régulière de l’auteur. Ian Nathan ne se contente pas de présenter et d’analyser la filmographie de Ridley Scott, il raconte Ridley Scott.

Il évoque non seulement sa biographie, son parcours – ce qui pousse encore un homme qui a maintenant 84 ans à continuer à faire des films tous plus étourdissants les uns que les autres – mais aussi les tournages et les interviews.

On y découvre un cinéaste méticuleux et obsessionnel à la Stanley Kubrick et un amoureux du cinéma qui aime tester les journalistes en entretien, en faisant mine de ne pas se souvenir de tel ou tel acteur ou de tel ou tel réalisateur.

C’est en le lisant, en lisant combien pouvait être épique rien que le tournage d’un film de Ridley Scott, que j’ai eu envie de voir les autres films : enfin découvrir Thelma & Louise, enfin essayer de revoir 1492 : Christophe Colomb (même si je ne parviens pas, certainement, à l’apprécier à sa juste valeur), enfin voir House of Gucci.

Lorsque l’on retourne le livre et que l’on s’attarde sur la quatrième de couverture, on voit les autres cinéastes qui ont arrêté le regard de Ian Nathan : Guillermo del Toro, Wes Anderson, Quentin Tarantino… tous ces noms, avec Ridley Scott, que l’on associe à une identité visuelle bien marquée et à une rare minutie, des cinéastes de l’obsession.

Dans les dernières pages du livre, Ian Nathan m’a rappelé cette promesse avortée de Kubrick et non tenue par Spielberg : ce Napoléon tellement fantasmé pour lequel Kubrick avait accumulé les notes, les idées de costumes et une documentation gigantesque.

Je guette ce Napoléon depuis des années, je l’aperçois de temps à autre dans tel ou tel ouvrage de cinéma, comme une mention, une petite note de bas de page, et cependant, pour une fois, le mirage semble prendre des contours un peu plus nets qu’à l’accoutumée : la fin du dernier chapitre du livre évoque un tournage début 2022 (en Angleterre et à Malte), l’article consacré à Ridley Scott sur Wikipédia annonce une sortie en 2023, certes directement sur Apple TV mais quand même…

Croisons les doigts !

Mars 2022 : séances et animations du CDI

Cet article présente les actions menées au lycée entre le 7 et le 24 mars.

Malgré un mois de mars toujours très riche en événements culturels et éducatifs, cette période a aussi été beaucoup plus calme en termes de projets pédagogiques que les mois passés.

Comme à l’accoutumée, pour équilibrer les articles à venir, je garderai pour l’article du mois d’avril tout ce qui se réfère à la préparation des journées portes ouvertes du lycée, qui ont lieu le samedi 25 mars.

Séances et actions pédagogiques

Voici un petit point rapide sur les séances menées ce mois-ci, entre le 7 et le 24 mars.

  • séances en EMC en seconde : pour le projet autour des réfugiés avec une classe de seconde, nous avons poursuivi les séances durant le mois de mars.

Après un travail sur les demandeurs d’asile, que les élèves devaient effectuer en s’appuyant sur les informations de France Terre d’asile et du site Service public, ma collègue a décidé de faire réaliser aux élèves une exposition sur la situation des réfugiés ukrainiens.

Elle a ainsi établi une liste de thématiques de recherche ainsi qu’une sitographie, à laquelle j’ai participé, pour faciliter les recherches des élèves. Nous avons fait tirer au sort les sujets des différents groupes de travail via l’outil Digiscreen.

Pour chaque demi-groupe le travail prévu est d’une heure et demie, les séances ayant commencé pour ces nouvelles activités le 18 mars.

  • séances d’escape game « Sauvez Olympe » en première générale. Comme le mois dernier, j’ai organisé en collaboration avec des collègues de français des séances pour impliquer les élèves dans la lecture de la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne.

Le mardi 8 mars, j’ai ainsi passé 4h en compagnie d’Olympe de Gouges, avec deux classes. Les collègues de français prenaient en charge un demi-groupe en mezzanine du CDI, pendant que le deuxième participait à l’escape game.

Pour ces quatre séances, les élèves étaient répartis en cinq groupes de trois élèves, ce qui permettait davantage d’implication que les organisations précédentes (trois groupes de cinq).

Le temps de reprise permet, comme à chaque fois, de revenir sur les différents temps de l’escape game, sur les notions abordées, mais aussi, dans le cadre bien spécifique de ces séances, sur la journée internationale des droits des femmes et sur les ressources disponibles au CDI.

Pour certains groupes qui finissaient plus tôt que les autres, je leur ai proposé de lancer « Zone blanche », l’escape game sur les réseaux sociaux présenté le mois dernier.

SNT : poursuite des séances et des cogitations

J’ai indiqué dans l’article du mois de février le déroulé des séances menées autour des réseaux sociaux.

L’enseignement de SNT faisant figure au lycée de « patate chaude », j’ai également mentionné les difficultés que nous avions à intervenir dans cet enseignement.

J’en veux pour preuve les séances menées avec deux classes ce mois-ci : en effet, le collègue en charge de l’enseignement de SNT n’abordant pas durant ses heures l’axe thématique des réseaux sociaux, c’est la collègue ayant en charge l’EMC pour ces deux classes qui nous a approchés pour travailler avec les élèves sur cette thématique.

  • De la SNT en EMC

Le déroulé de la séquence est quelque peu modifié, avec en première séance :

  1. une présentation sur les réseaux sociaux transmise aux élèves
  2. un sondage / questionnaire sur leurs pratiques qui a d’abord été réalisé sur wooclap, puis via un Google Form. Cette année j’ai basculé ce sondage sur Quizinière
  3. la réalisation par les élèves d’une carte mentale de leur identité numérique

Pour la suite, il nous faut encore trancher : escape game ou réalisation par les élèves d’une carte d’identité d’un réseau social…

  • Proposition d’une fiche projet en SNT pour 2022-2023

Le caractère aléatoire de ces collaborations pédagogiques (ainsi que la diminution des heures d’enseignement l’an prochain) nous a amenés à réfléchir à un nouveau mode de fonctionnement pour 2022-2023.

J’ai eu l’occasion de revenir là-dessus durant un stage : j’ai l’habitude, pour différents projets, de proposer à la direction une fiche projet.

L’idée est à la fois d’appuyer son action sur un cadre institutionnel (et ainsi de la légitimer), de lui donner une visibilité au sein de l’établissement et de renforcer notre posture, mais aussi – on le verra un peu plus loin – d’obtenir pour certaines de ces actions, un budget supplémentaire.

Cela n’est pas le cas pour cette fiche projet, qui certes concerne principalement l’enseignement de SNT mais entend aussi proposer une réflexion plus globale sur la construction de la culture numérique des élèves :

Nous avons choisi de nous concentrer sur les axes thématiques « web » et « réseaux sociaux ». À titre tout à fait personnel, je ne me sens aucune légitimité pour traiter des thématiques telles que « géolocalisation », en tout cas en pleine responsabilité.

Le fait d’être en double poste nous permettrait d’avoir, a priori, entre la période de novembre et d’avril, 4h hebdomadaires par classes.

Cette proposition a été bien reçue, même si la poursuite de ces réflexions se fera beaucoup plus tard dans l’année scolaire et en concertation avec les collègues en charge de l’enseignement l’an prochain.

Valorisation du fonds et animation du CDI

Pour ce mois-ci, grâce aux dernières commandes arrivées et aux événements organisés au mois de mars, nous avons pu proposer différentes petites sélections thématiques.

  • Printemps de l’orientation (J)

Les élèves devant finaliser leurs vœux sur Parcoursup d’ici le mois d’avril, j’ai voulu proposer un petit rappel des ressources disponibles sur l’orientation.

  • sélection Printemps des poètes (R)

En complément d’actions menées différentes classes (réalisation en français et en latin de calligrammes par les élèves de seconde et de première), Roman a proposé une petite sélection de ressources sur le printemps des poètes :

  • mise à disposition de ressources pour la semaine de la presse (J)

Ayant reçu tardivement les liasses du CLEMI, et n’ayant pas eu / pris le temps de communiquer bien en amont sur des possibilités d’actions avec les collègues de discipline, nous n’avons pas encore eu de séances autour de la semaine de la presse.

J’avais à la base l’idée d’enrichir les ressources envoyées par d’autres revues, j’ai réussi à acheter 5 revues supplémentaires – cela peut paraître peu, mais je me suis concentrée sur des périodiques qui pourraient être réutilisés en séances et par les élèves, principalement en HGGSP.

J’ai néanmoins mis à disposition les liasses au niveau du coin lecture :

Comme je l’ai indiqué plus haut, le calendrier était relativement chargé, et ne permettait pas forcément d’ajouter d’autres actions à celles déjà organisées par le lycée, à savoir aussi les épreuves du bac blanc de français du 14 au 21 mars.

Nous avions à l’origine l’idée de proposer des choses pour la semaine des maths, pour le printemps des poètes et pour la semaine de la presse, mais il a fallu revoir nos ambitions à la baisse.

Projet : coin zen et do it yourself au CDI

J’avais présenté dans l’article du mois dernier le début de mes cogitations sur la réorganisation des espaces, et les raisons qui m’ont conduit à y réfléchir.

Pour l’occasion, j’ai repris une fiche projet proposé en mars 2018 à la direction de mon lycée où il s’agissait déjà de penser à des évolutions du coin lecture, en changeant complètement le mobilier :

Projet espace détente et créativité

J’ai indiqué les éléments qui m’ont incitée à reprendre cette fiche projet, en la faisant évoluer pour proposer d’autres activités au CDI : compléter le mobilier au lieu de le changer, concentrer une partie des commandes sur de nouveaux ouvrages (loisirs créatifs, origamis, déco, récup, couture, tricot…) et proposer un petit coin dédié pour ces activités.

Le mois de mars a vu ainsi une belle progression de cet espace, avec l’arrivée de deux fatboys, un don d’aiguilles et de laine par une collègue, la réception des commandes et un peu de bricolage sur le meuble DO IT YOURSELF prévu, à l’initiative de Roman.

J’ai réalisé l’affiche suivante :

ainsi que des éléments de signalétique :

et voici quelques photos (comportant également le dernier puzzle réalisé par les élèves) pour vous donner une idée :

Communication : pour les élèves (et pour le lycée en général)

  • Articles publiés sur le blog du CDI

Durant cette période, voici les articles proposés aux élèves : un ZOOM Actu sur la journée internationale des droits des femmes (8 mars)

une revue de presse (10 mars), un ZOOM Actu sur le conflit Russie / Ukraine en prenant comme angle la question des enfants :

les nouveautés sur l’orientation (mentionnées plus haut) et un ZOOM Actu sur les 60 ans des accords d’Évian.

Concernant le ZOOM Actu, comme l’actualité est focalisée sur le conflit entre la Russie et l’Ukraine, j’essaye de varier soit les thématiques (avec des événements et des journées), soit l’angle d’attaque.

  • Site du lycée : actions de février

Comme je l’avais indiqué, le site du lycée a fait l’objet d’une refonte ces derniers mois et j’envoie chaque mois le compte-rendu des actions proposées le mois écoulé.

Pour février, voici la synthèse des actions réalisées :

Communication : pour l’équipe éducative

  • E-INSTANT CDI : focus mars

Pour le mois de mars, j’ai modifié la page d’accueil de l’E-INSTANT :

J’ai fait très tardivement un focus sur la semaine de la presse :

Pour la présentation de la SPME, j’ai recyclé le genial.ly réalisé l’an dernier.

Mon envoi étant assez tardif, ce focus a eu relativement peu d’échos…

Autres activités (réunions, stages, déplacements, publications)

Voici les autres activités menées au lycée ou à l’extérieur durant cette période (du 7 au 24 mars), une période un peu plus intense en stages et en réunions que les mois passés :

  • 7 mars : réunion d’harmonisation du CAPES interne
  • 10 et 14 mars : une session du stage « Jouer au CDI » co-animée à distance avec ma comparse Émilie Baille
  • 22 mars : une formation « phénomènes de rixes » de 3h à laquelle j’ai été inscrite
  • 24 mars : un cours à destination des master 2 de l’université de Montpellier, avant les toutes prochaines épreuves écrites du CAPES externe

Encore une fois, je n’ai pas pris le temps d’avancer sur les prochains articles de #LudoDOC, dont un nouvel épisode de l’histoire numérique de la documentation, j’espère pouvoir m’y consacrer prochainement.

D’ici là je vous souhaite une très bonne fin du mois de mars et vous dis à très bientôt pour un nouvel article sur Cinephiledoc !

Une pionnière du 7e art en 9e art

J’ai eu l’idée de publier cet article à l’instant de la publication de l’ouvrage qui m’intéresse. Je n’avais pas nécessairement prémédité de poster un article au moment de la journée internationale du droit des femmes, mais c’est un petit détail – qui n’en est pas forcément un – qui m’y a poussé.

Avant ma lecture, je ne connaissais pas grand chose d’Alice Guy. Je savais juste qu’il s’agissait d’une pionnière du cinéma : la première femme réalisatrice.

Où j’allie cinéphilie et culture professionnelle

L’origine de mon intérêt, et mon envie d’en savoir plus sur Alice Guy, vient d’un reportage de France télévisions qui, si mes souvenirs sont bons, avait été réalisé à l’occasion de la parution de la bande-dessinée : Alice Guy, de José-Louis Bocquet et de Catel Muller.

Le reportage annonce la sortie de la bande-dessinée, consacrée à cette figure pionnière du septième art. J’écoute avec attention. Et là mon sang ne fait qu’un tour. Une photographie en noir et blanc sert d’illustration au reportage. Une photographie d’Alice Guy ? Non, cette photo, je la reconnais, pour l’avoir utilisée pour un précédent article.

Cette photo, c’est celle de l’actrice américaine Mary Pickford.

Revenons-en, s’il vous plait, à quelques éléments de comparaisons biographiques, si l’on s’en réfère de manière assez succincte à Wikipédia :

  • Alice Guy, née le 1er juillet 1873 à Saint-Mandé et morte le 24 mars 1968 à Wayne dans l’État du New Jersey aux États-Unis, est une réalisatrice, scénariste et productrice de cinéma française, ayant travaillé à la fois en France et aux États-Unis.

Alice Guy :

  • Mary Pickford est une actrice, productrice et femme d’affaires canadienne née le 8 avril 1892 à Toronto (Ontario) et morte le 29 mai 1979 à Santa Monica (Californie).

Mary Pickford :

Je passe sur le fait que les deux femmes ont vingt ans d’écart, que l’une est née d’un côté de l’Atlantique et l’autre, de l’autre côté.

Que l’une est réalisatrice, auteure du premier film de fiction, du premier péplum et première femme à créer une maison de production, que l’autre est également l’une des premières stars hollywoodiennes, co-fondatrice avec Douglas Fairbanks, Charles Chaplin et D.W. Griffiths de la maison de production des Artistes associés.

Que s’est-il passé ? Visiblement l’auteur (ou les auteurs) du reportage consacré à la bande-dessinée a fait, comme je l’ai fait à sa suite, une recherche d’images sur un moteur de recherche, et qu’il a eu certainement ce genre de résultats :

Vous le constaterez aussi bien que moi : sur la première et la troisième photo (de gauche à droite), c’est bien Alice Guy qui est représentée. Sur la deuxième et la quatrième, c’est Mary Pickford.

Ce qui est plus triste, c’est que, sans chercher plus loin, et sans autre raison évidente que le côté « glamour » ou « en action », on ait choisi la photo de Mary Pickford pour parler de Alice Guy. Et encore, si la seule raison invoquée aurait été la présence de la caméra, on aurait pu choisir l’une des deux photos en bas à droite (en s’assurant bien qu’il s’agit d’Alice Guy) où l’on voit réellement une femme et une caméra.

Bref, en une phrase comme en cent, la pionnière du cinéma (tout court) aurait mérité mieux dans un reportage qui lui était consacré que d’être confondue avec la pionnière du cinéma hollywoodien.

Retour sur une lecture de 2018

La première trace que je trouve d’Alice Guy, sans forcément y porter davantage d’attention, date de 2018.

Dans l’ouvrage de Véronique Le Bris, 50 femmes de cinéma, que j’avais découvert à l’époque, elle apparaît en premier.

Et non seulement c’est la première de ces 50 femmes, mais c’est aussi la première du premier chapitre : « Les Pionnières ».

En deux double-pages, Véronique Le Bris revient sur les apports essentiels d’Alice Guy au cinéma :

  • en 1895, elle assiste à l’une des premières projections organisées par les frères Lumière ;
  • la première femme à réaliser des films de fiction ;
  • la première à réaliser un film parlant grâce au chronophone en 1900 ;
  • l’autrice du premier making-of ;
  • la première femme à construire son propre studio, à créer et diriger une société de production

Dans ce livre,  à la suite d’Alice Guy, on croise Frances Marion (première scénariste qui, elle, a côtoyé Mary Pickford de près, et à qui le beau livre Hollywood Boulevard, de Melanie Benjamin, était en partie consacrée), Olivia de Havilland, Tonie Marshall, Jane Campion…

Découpé en trois parties – Les pionnières, les passionnées, les engagées – la force de ce livre est de ne pas classer ces 50 femmes de manière forcément chronologique ou par profession : Olivia de Havilland, actrice, figure parmi les pionnières pour avoir gagné un procès contre les studios hollywoodiens ; Marlene Dietrich, Liz Taylor et Jane Fonda figurent elles parmi les engagées.

Dans les passionnées, on retrouve aussi bien Edith Head, costumière, que Marguerite Duras, Agnès Varda ou encore Marjane Satrapi.

Mais revenons-en à Alice Guy.

De France télévisions à Arte

Avec le reportage de France télévisions, ma curiosité s’était déjà éveillée, et j’ai, dans la foulée, commandé la bande-dessinée de Catel Muller et José-Louis Bocquet, dont je connaissais déjà la précédente publication sur Olympe de Gouges.

Quelques semaines après la parution de cet album BD, en septembre 2021 chez Casterman, j’ai découvert en parcourant la chaîne YouTube d’Arte (ce que j’ai souvent tendance à faire quand je ne sais pas trop quoi regarder), un documentaire, « Alice Guy, l’inconnue du 7e art« .

C’est ce documentaire (disponible sur Arte TV jusqu’au 12 mars) que j’ai donc regardé, avant même de me plonger dans la bande-dessinée de Catel & Bocquet.

J’ai laissé, là encore, son souvenir infuser, et ajouter à mon univers visuel familier du cinéma muet. Au moment de ce visionnage, j’étais plongée dans la lecture du Goncourt, La plus secrète mémoire des hommes, lecture qui était des plus prenantes, que je ne parvenais pas à délaisser pour une autre et qui m’a occupée tout le mois de janvier 2022 et jusqu’à la mi-février.

Hommage en BD

Posons les choses clairement d’emblée : cette bande-dessinée est un indispensable pour tout amoureux du cinéma, et pour tout amoureux de la BD.

Le dessin est magnifique, et l’histoire captivante.

On y suit les pas d’Alice Guy, ce qui nous conduit du Chili à la Suisse, de Paris à la Camargue, de la France aux États-Unis, en près d’un siècle qui voit toute l’éclosion de l’univers cinématographique.

On y croise figures et événements marquants : les frères Lumière, Léon Gaumont, Gustave Eiffel, l’exposition universelle de 1900, l’incendie du bazar de la charité, Méliès, Charlie Chaplin, les luttes féministes, la ségrégation aux États-Unis…

Au fil des pages et des planches, se dessinent les évolutions de la technique et de ce qui n’est pas encore considéré comme le septième art – photographie, chronophone, studios, star system – de la mode et des mentalités.

Le tout se dévore en un rien de temps, et l’énergie de cette pionnière nous emporte d’une décennie à l’autre, avec une curiosité contagieuse et insatiable.

En fin d’ouvrage, on retrouve une chronologie très détaillée qui suit en parallèle la vie d’Alice Guy et les progrès du cinéma.

Pour finir, cette somme d’une richesse incroyable nous propose une trentaine de notices biographiques des figures croisées par Alice Guy tout au long de sa vie, de ses parents jusqu’à son premier biographe, Francis Lacassin, ardent défenseur de la bande-dessinée et des pionniers du cinéma français, et à qui le livre est tout naturellement dédié.

La boucle est bouclée, l’hommage du neuvième art au septième art complet, et à travers cette bande-dessinée, Alice Guy retrouve sa juste place dans l’univers du cinéma : celle d’avoir été la première.

Belle journée internationale du droit des femmes, et à très bientôt pour un nouvel article sur Cinéphiledoc !

Février 2022 : séances et animations du CDI

Après un mois de décembre très axé sur le jeu, et un mois de janvier placé sous le signe de la lecture, voici un article présentant les actions menées pendant le très court mois de février.

Il s’appuie sur les événements très numériques du mois : journée de la protection des données, journée sans smartphone, Safer Internet Day, journée sans Facebook.

Séances et actions pédagogiques

Voici un petit point rapide sur les séances menées ce mois-ci, entre le 31 janvier et le 18 février.

  • séances en EMC en seconde : pour le projet autour des réfugiés avec une classe de seconde et ma collègue d’histoire-géo, nous avons poursuivi les séances début février avec la réalisation d’une revue de presse. Voici pour rappel la fiche élève qui leur était proposée (sur le modèle des documents proposés précédemment par ma collègue) :

Activité 5 EMC 2nde1

Les élèves ont eu trois séances d’une heure par demi-groupe. Nous devons évaluer leurs productions pendant les vacances.

  • séances hybrides : Escape Game Olympe de Gouges / Informations sur l’orientation. J’en avais déjà parlé au mois de novembre : une collègue de lettres m’avait sollicitée pour impliquer ses élèves de 1STMG dans la lecture de la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne.

En février, j’ai fait à nouveau ces séances, tantôt avec une collègue d’histoire, tantôt avec une collègue de lettres. La collègue d’histoire m’avait demandé de faire en fin de séance un petit point à ses élèves sur les ressources en orientation…

Pour leur présenter ces ressources j’ai utilisé le support suivant :

  • enseignement scientifique en terminale : explorer les champs d’application de l’intelligence artificielle.

Avec Christophe, mon collègue de maths avec lequel nous avions déjà travaillé l’an dernier, nous avons repris la séance menée sur l’intelligence artificielle.

À partir d’un corpus de documents, les élèves explorent le champ d’application de l’intelligence artificielle de leur choix : voiture autonome, diagnostics médicaux, marketing, aide à la recherche, robots domestiques, intelligence artificielle et images.

Pendant 20 minutes, par groupes de quatre, ils doivent analyser le potentiel et les limites de ce champ d’application, puis faire une restitution à l’oral de cinq minutes. Un élève fait l’introduction, un deuxième présente les avantages, un troisième les limites, le dernier fait la conclusion. Ils peuvent s’aider d’un pad ouvert sur l’ENT pour lister leurs arguments.

Pour ces séances, j’ai repris et adapté le support proposé l’an dernier et j’ai actualisé les corpus de documents (voiture autonome, diagnostics et aide à la recherche) en concertation avec Christophe :

Seance IA _ Corpus de documents_complet

SNT : un début de refonte des séances proposées

Après les séances de découverte du CDI, les séances en EMC et les projets autour de la lecture entre autres, cette période de l’année voit le retour (encore un peu timide) des séances en SNT.

J’expliquerai dans l’article du mois de mars pourquoi le questionnement est vif autour de la SNT, et j’indique simplement ici les évolutions des séances proposées depuis 2020.

En effet, j’ai pour habitude de traiter avec certaines classes la thématique de programme dédiée aux réseaux sociaux. En 2020, que ce soit en présentiel ou à distance, j’avais pu intervenir avec 8 classes sur 12. En 2021, le nombre est descendu à 2 classes. Cette année, on remonterait a priori au moins à quatre classes.

  • Réseaux sociaux en SNT

La séquence alterne les apports de contenus et les travaux réalisés en autonomie par les élèves, de manière individuelle ou en groupe, et s’organise depuis 3 ans de la façon suivante :

  1. une présentation sur les réseaux sociaux transmise aux élèves
  2. un sondage / questionnaire sur leurs pratiques qui a d’abord été réalisé sur wooclap, puis via un Google Form. Cette année j’ai basculé ce sondage sur Quizinière
  3. la réalisation par les élèves d’une carte mentale de leur identité numérique
  4. la présentation en groupe par les élèves d’un réseau social (cette année tiré au sort via l’outil Digiscreen) déposée sur Pearltrees
  5. une thématique de travail choisie par les élèves : désinformation ou cyberviolence, avec là encore un questionnaire à remplir, des ressources à consulter et une affiche de sensibilisation à réaliser

En fonction du temps dont je dispose, j’ai également commencé à moduler les séances et à proposer les activités 1 à 3, suivies d’un escape game réalisé cette année et recouvrant, entre autres, les thématiques des activités 3 à 5.

  • Zone blanche : escape game

J’avais envie de faire évoluer mes séances en y ajoutant cet aspect ludique (inspiré d’un escape game proposé par Audrey Démonière-Rouvel sur l’identité numérique).

Le scénario est le suivant : durant un voyage, les joueurs se retrouvent en zone blanche, sans aucune connexion internet, et doivent résoudre des énigmes pour récupérer une vieille carte routière et sortir de la zone blanche.

Quatre zones sont à explorer successivement :

  1. l’antre du métavers, avec trois énigmes (chaque réponse trouvée est un élément de définition du mot à récupérer pour débloquer la zone 2 en cliquant sur le morceau de circuit imprimé)
  2. temps de connexion dépassé, avec deux énigmes (même procédé, cliquer sur la montre pour accéder à la zone 3)
  3. et ton empreinte, elle est carbone ? avec deux énigmes et des activités bonus (si l’on clique sur le circuit imprimé et qu’on a juste un message qui s’affiche, se dire qu’une puce peut en cacher une autre)
  4. trolls et autres fake news : deux énigmes.

Pour cette dernière zone, j’ai réalisé un vrai / faux et pour l’énigme concernant les trolls, je me suis grandement inspirée de l’harcèlomètre réalisé par A.Schmit et très relayé notamment sur Twitter.

Il faut ensuite récupérer les 4 premières lettres des quatre mots trouvés sur chaque zone pour sortir de la zone blanche.

Valorisation du fonds et animation du CDI

Comme le mois de février était relativement court, et tout de même assez rythmé, nous n’avons pas eu le temps de désinstaller les expositions de janvier, et d’en programmer d’autres de conséquence.

Cependant, arrivés à la dernière semaine avant les vacances, devant les commandes qui arrivaient et les anciennes commandes qui n’avaient toujours pas été exposées, il a fallu décharger les chariots derrière le bureau…

  • Sélection Technologies, curiosités et sports (J)

J’ai donc repris, de manière un peu artificielle, le modèle utilisé le mois dernier pour les nouveautés Histoire / Société :

Voici cette sélection :

  • Après le mois de la bande-dessinée… les nouveautés mangas (R)

Une nouvelle sélection a été proposée par Roman.

Les élèves ayant fini le puzzle Astérix, nous avons installé un puzzle Pokémon prêté par une collègue de maths la dernière semaine avant les vacances :

  • Sélection réalisée avec les dons reçus selon un regroupement quelque peu artificiel… (J)

Pour alléger le chariot derrière le bureau, j’ai remplacé la sélection proposée par Amie le mois dernier par une sélection « D’Eriador en Orient », qui regroupe des ouvrages poches en fantasy, des contes et des récits se déroulant notamment en Chine, en Inde et au Japon.

J’ai réalisé le visuel de manière expéditive :

  • Sélection « Le monde en cartes » (J)

De manière beaucoup plus soignée, j’ai été davantage satisfaite du visuel réalisé autour des nouveautés et d’une sélection de ressources en géographie / cartographie / géopolitique et voyages.

J’ai travaillé sur Canva pour les affiches qui seront ensuite publiées sur le blog du CDI :

Cette sélection remplace celle proposée au mois de janvier sur les prix littéraires et a été installée le 17 février :

  • Projet : coin zen et do it yourself au CDI (J)

Ce mois-ci j’ai commencé à réfléchir à la façon dont on pourrait élargir les activités du CDI, en repensant également une partie du fonds mis à disposition.

Cette réflexion m’a été inspirée par plusieurs éléments : un contexte quelque peu tendu au lycée (blocus, bagarres, déclenchement d’incendies…), des élèves qui apprécient de plus en plus les activités proposées (jeux, puzzles collaboratifs) sans que jamais ça ne nuise aux autres activités plus « calmes », enfin l’observation d’élèves qui viennent simplement pour trouver une sorte de cocon pour se poser, dormir, ou faire des activités manuelles (dessin, crochet).

J’ai donc décidé de solliciter l’administration et les collègues pour amorcer un réaménagement de l’espace lecture (avec l’ajout de deux poufs) et pour proposer l’initiative suivante :

J’ai complété cette initiative par une commande d’ouvrages, que nous n’avons pour l’instant pas encore reçue. Je vous tiendrai au courant de l’avancée de ce projet et de son organisation.

Travaux de gestion et d’organisation du fonds

Durant cette période, nous avons effectué les tâches de gestion suivantes sur lesquelles je reviens rapidement :

  • catalogage de fictions principalement issues de dons ;
  • réception de deux commandes : l’une dédiée à l’enrichissement du fonds BD et mangas, l’autre actualisant certains rayons documentaires ;
  • mise à disposition des brochures sur l’orientation et affichage

Communication : pour les élèves (et pour le lycée en général)

  • Articles publiés sur le blog du CDI

Durant cette période, voici les articles proposés aux élèves : une revue de presse publiée le 27 janvier, un ZOOM Actu sur les tensions entre Ukraine et Russie :

une revue de presse le 3 février, un ZOOM Actu sur les jeux olympiques d’hiver le 4 février, puis une nouvelle revue de presse le 10 février.

Enfin la présentation des nouveautés (voir plus haut) en documentaires le 14 février.

  • Site du lycée : actions de janvier

Comme je l’avais indiqué, le site du lycée a fait l’objet d’une refonte ces derniers mois et j’envoie chaque mois le compte-rendu des actions proposées le mois écoulé.

Pour janvier, voici la synthèse des actions réalisées :

Communication : pour l’équipe éducative

  • E-INSTANT CDI : focus février

Pour le mois de janvier, j’ai modifié la page d’accueil de l’E-INSTANT :

Les actions tournant principalement autour du numérique et des données personnelles ce mois-ci, j’ai consacré le focus à ces questions :

Autres activités (réunions, stages, déplacements, publications)

Voici les autres activités menées au lycée ou à l’extérieur durant cette période (du 31 janvier au 18 février) – elles ont été considérablement réduites étant donnée l’annulation des formations :

  • une réunion TraAM à distance le 2 février
  • une formation de formateurs le 15 février (réunion d’une heure en visio)
  • la réunion préparant la correction des épreuves d’admissibilité du CAPES interne le 16 février
  • une réunion consacrée au printemps des poètes le 17 février

Je n’ai pas pris le temps d’avancer sur les prochains articles de #LudoDOC, dont un nouvel épisode de l’histoire numérique de la documentation, j’espère pouvoir m’y consacrer prochainement.

D’ici là je vous souhaite de très bonnes vacances pour les chanceux qui en profitent encore, bon courage pour la reprise aux autres, et vous dis à très bientôt pour un nouvel article sur Cinephiledoc !

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén